Jul 02, 2021 07:12 UTC
  • Syrie/Irak: les USA reculent!

Un convoi logistique américain a été pris pour cible dans la ville de Hilla en Irak. L’attaque n’a fait aucune victime.

Les attaques contre les convois américains en Irak se poursuivent alors que Washington cherche à retarder les pourparlers stratégiques entre l'Irak et les États-Unis sur le retrait des troupes américaines.

Il ya deux semaines, un convoi logistique des troupes américaines a été visé à l’intérieur de la section militaire de l’aéroport de Bagdad et un groupe irakien se faisant appeler Fasil al-Maqawama al-Dawlah en a revendiqué la responsabilité.

Un mois après qu'un drone chargé d'explosifs a ciblé les forces américaines sur une base irakienne, le haut commandant américain pour le Moyen-Orient a déclaré que trouver de meilleurs moyens de contrer de telles attaques relevait des priorités absolues et que les Américains seraient toujours en train de trouver des solutions aux problèmes.

Le général de marine, Frank McKenzie a déclaré aux journalistes que l'utilisation de petits drones par les combattants de la Résistance irakienne ne ferait que croître au cours des prochaines années.

«Les drones qui sont bon marché et faciles à acheter, sont souvent difficiles à détecter et problématiques pour vaincre», a-t-il dit.

 McKenzie a déclaré que les États-Unis doivent trouver plus de moyens de contrer leur utilisation par les ennemis de l'Amérique au Moyen-Orient et ailleurs.

"Nous travaillons très dur pour trouver des correctifs techniques qui nous permettraient d'être plus efficaces contre les drones", a déclaré aussi McKenzie qui a ajouté par là:

"Des efforts sont en cours pour rechercher des moyens de couper les liens de commandement et de contrôle entre un drone et son opérateur, d'améliorer les capteurs radar pour identifier rapidement la menace à l'approche et de trouver des moyens électroniques et cinétiques efficaces de les faire tomber".

Il a précisé aussi que des clôtures et des filets hauts pourraient aussi être utilisés comme mesures de protection.

«Nous sommes ouverts à toutes sortes de choses», a-t-il déclaré. « L'armée travaille très dur. Pourtant, je ne pense pas que nous soyons là où nous voudrions être », a-t-il déploré.

Les USA reculent face à l'Iran 

Un porte-parole du département d'État américain a affirmé que le but de l'armée américaine en attaquant les positions des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chabi) à la frontière irako-syrienne n'était pas d'exacerber les tensions avec l’Iran.

«L'Iran a été informé "par plusieurs canaux" que l'objectif de Washington était de mettre fin aux attaques contre les forces américaines et d'empêcher de futures attaques», a déclaré le porte-parole dont le nom n’a pas été évoqué par le journal américain, le Washington Post.

Le département d'État américain les a mis en garde par divers canaux des «dangers du soutien de l'Iran aux militants armés en Irak», a rapporté le Washington Post.

«Nous avons explicitement indiqué que ces opérations sont destinées à arrêter [les attaques contre les forces américaines] et à prévenir de futures attaques, et non pas à aggraver les tensions», a dit le porte-parole.

«Nous devons montrer qu'une attaque contre les Américains ne reste pas sans réponse. Si vous nous attaquez, nous vous donnerons une réponse», a ajouté le Washington Post citant le responsable du Département d’État américain.

Le président américain, Joe Biden a ordonné le dimanche 27 juin  aux forces militaires de mener des frappes aériennes contre des installations utilisées par des combattants de la Résistance déployés dans la région frontalière irako-syrienne, selon un communiqué de presse du Département à la Défense.

«Cette décision de Biden montre la démarche de Washington face à toute attaque contre les installations américaines dans la région», ont déclaré des responsables américains.

«Le message transmis à l'Iran par la voie diplomatique, veut dire que la donne a changé par rapport à l’époque de l’ancien président Donald Trump, et que Washington a allégé le recours à l’action militaire», prétend le Washington Post.

Les hauts responsables de l'administration Biden pensent que Trump n'a pas fait grand-chose pour empêcher les groupes irakiens de tirer des roquettes sur les installations américaines en Irak, et que les attaques se sont drôlement intensifiées en 2019 et 2020.

Les frappes aériennes du président Biden, le week-end, contre les combattants de la Résistance en Irak et en Syrie irritent les démocrates frustrés par sa décision de contourner le Congrès – une dynamique qui promet d'alimenter la longue campagne du parti pour freiner les pouvoirs de guerre présidentiels.

Mais certains membres du parti de Biden tirent la sonnette d'alarme sur d'éventuels abus de ce pouvoir que les présidents des deux partis auraient d'ailleurs utilisés pour contourner le Congrès et justifier légalement diverses opérations militaires. Les frappes aériennes interviennent alors que les législateurs s'efforcent déjà d'abroger les autorisations vieilles de deux décennies pour l'utilisation de la force militaire en Irak, un effort que Biden soutient.

«Le danger ici est que vous tombiez dans un schéma d'escalade militaire qui devienne une guerre sans que les électeurs n'aient jamais leur mot à dire», a déclaré le sénateur Chris Murphy,  un membre de la commission des relations étrangères, dans une interview.

Le sénateur Bob Menendez, président du panel des relations étrangères, a suggéré qu'il souhaitait un examen plus large de la justification juridique de Biden pour les grèves. Les pouvoirs du président au titre de l'article II ont longtemps été considérés comme larges et étendus par les administrations démocrate et républicaine.

Ce qui complique les choses pour le gouvernement Biden, c'est l'opposition du gouvernement irakien aux attaques. Des responsables du gouvernement irakien ont qualifié lundi l'opération militaire américaine de "violation flagrante" de la souveraineté territoriale irakienne.

Mots clés