Jul 08, 2021 12:32 UTC
  • Israël frappé à Dubaï...!

Qui a fait sauter ce mystérieux navire cargo à Dubaï en pleine nuit de 7 à 8 juillet? La chaîne satellite Al Jazeera a rapporté qu'une forte explosion était survenue dans un pont principal de Dubaï, mais que la source de l'explosion reste toujours inconnue.

Ce jeudi matin, des sources locales ont confirmé que l'explosion était massive et que les maisons dans un périmètre d'un km dans ce port "mythique" s'étaient mis à trembler. WAM, l'agence officielle émiratie, quant à elle, confirme une explosion tout en soulignant que celle-ci s'est produite dans un conteneur à bord du navire cargo, alors qu'il venait d'accoster au port de Jebel Ali, l'un des ports les plus importants des Emirats, situés à 35 kilomètres de Dubai : "les sapeurs pompiers en sont venus très rapidement au bout de l'incendie à bord du navire qui appareillait bien loin de la ligne de navigation. Et heureusement l'incident n'a fait ni mort ni blessée". WAs en reste là sans fourni le moindre détail supplémentaire.  

Le journal Al Bayan, lui aussi émirat, évite là encore très subtilement toute référence aux causes de l'incident tout comme Al Khalij qui à travers ses tweets se contente de louer les unités d'extinction du feu qui ont maîtrisé l'incendie au bout de "40 minutes". "L'enquête se poursuit pour élucider la cause de l'incendie. On cherche surtout à rassurer les gens et à éviter des rumeurs, car cet incendie pourrait se produire n'importe où dans le monde, l'essentiel étant que l'équipage a été évacué à temps et qu'aucun autre cargo ou pétrolier n'a été lésé, dit par ailleurs le brigadier Thani al Matrouchi, commandant en chef des forces de défense civiles émiraties qui se félicite de ce que "le processus de refroidissement se déroule dûment. 

Mais n'en déplaise à Ben Zayed, les rumeurs s'enflent à l'heure qu'il est, surtout que l'explosion s'est produite près du Clubhouse de Jebel Ali, ce port qui abrite une base d'hydravions dont la propriété est attribuée aux Américains et que ce genre d'incident que les Emirats tentent de banaliser dans une claire tentative d'éviter toute répercussion sur le prestige de ce hub de transit et du commerce du golfe Persique, ne s'était jamais produit auparavant, même au pire moment de collaboration des Emirats avec l'Arabie des Salmane par exemple contre le Yémen, Ansarallah ayant toujours évité d'avoir dans son viseur Dubaï.  

Vidéo: l'explosion à Dubaï, le 7 juillet/Sabereen News

Certains analystes ne pourraient ne pas penser à cette méga brouille Riyad/Abou Dhabi au sein de l'Opep plus qui a fait que les jumeaux MBS/MBZ lavent leurs linges sales en public, s'accusent mutuellement des pires des choses, les Emirats voulant une hausse de production de l'or noir et de son quota et les Saoudiens, cherchant à l'éviter. Ce seuil arrêté à la date d'octobre 2018 correspond pour les Émirats à 3,17 millions de barils par jour, alors que la pleine capacité de production du pays est montée à plus de 3,8 millions de barils par jour en avril 2020. l'explosion de Dubaï est-il une "punition pétrolière" infligée à un Abou Dhgabi qui tend de plus en plus à ne faire qu'à sa tête, et dont les mercenaires ont presque éliminé de la course les pro Riyad au sud du Yémen? Mercredi 7 juillet, Riyad a d'ailleurs donné le feu vert aux forces nommées « Ali al-Mohsen » pour attaquer Aden et affronter les factions du Conseil de transition affilié aux Émirats arabes unis. 

Mais il se pourrait qu'il ne s'agissement pas uniquement de règlements de compte pétrolier d'autant plus qu'il y peu, Ben Salmane reconnaissait que malgré leur complémentarité, Dubaï, est une rivale pour sa ville futuriste Neom que ce soit en termes commerciales que dans le domaine de hi-tech, de biotechnologie, de médias et de compagnies aériennes. Riyad irait-il jusqu'à faire sauter un cargo conteneur au port de Dubaï pour que Neom, largement éprouve par l’épreuve de Covid-19 et celle des contrats d’armement fou, inutilement signés avec les USA, renaisse de ses cendres? 

Certains observateurs ont du mal à retenir la piste saoudienne quand ils apprennent que le navire cargo aurait été "israélien" et que cette méga explosion dont les images glacent par leur violence, ait été provoqué" quelques heures après que le bâtiment eut accosté à Dubaï. Le 3 juillet, Al Mayadeen a rapporté une explosion suivie d'un incendie à bord d'un navire cargo israélien "CSAV Tyndal' alors qu'il battait le pavillon du Liberia, reliant le port saoudien de Djeddah, via l'océan Indien,  aux Emirats. Après avoir reconnu l'attaque sur la chaîne 12, Israël s'est mis à renier, prétendant que l'homme d'affaire israélien Ofer "aurait vendu le cargo juste après une première frappe iranienne contre le navire logistique Hélios Ray" visé il y plusieurs semaines dès son passage via le détroit d'Hormuz. Peu de gens ont cru l'entité sioniste et ont vu surtout à travers ce démenti, un désistement.

L'ex commandant en chef de la marine israélienne, Elie Marom est même allé jusqu'à publier dans les colonnes d’Israël Hayoum une tribune pour appeler "les militaires à l'ordre", leur demander " de "réfléchir aux conséquences leurs actes avant d'agir", car à quoi bon cette guerre naval anti Iran qu’Israël a commencé et dont il n'a vraiment pas les moyens? et qui commence à s'étendre aux océans alors qu’Israël sait parfaitement qu'il n'est pas en mesure de se battre contre l'Iran à l’échelle océanique"? 

Marom faisait aussi part de sa "crainte de voir une escalade navale éclater avec un Iran dont la marine vient de faire avec succès sa première mission en haute mer en envoyant sa 77e flotte composée du plus grand navire logistique du Moyen-Orient, Makran, et du destroyer Sahand en Atlantique, une 77e flotte "dont on ne connaît pas la mission et qui selon toute vraisemblance a fait route pour la Méditerranée orientale, près de Haïfa".

"C'est Israël qui a commencé cette guerre en prenant pour cible des pétroliers iraniens en partance pour la Syrie sans soupçonner un seul instant que l'étendu pourrait en aller au-delà de la mer Rouge et la Méditerranée pour arriver dans les océans. Israël a-t-il la capacité de se défendre en zone océanique? Ce sont des coups qui depuis qu'ils sont rendus publics, ne font que nuire aux intérêts d'un Israël qui vient de vivre un blocus de 11 jours naval, aérien et qui dépend pour 70% de sa survie aux mers", et d'adresser aux militaires israéliens: "Ne compliquez pas davantage la donne pour Israël et réfléchissez aux conséquences de vos actes!" 

Le spectaculaire coup de Dubaï pourrait-il avoir été un coup de l'Iran?  Avia.pro, site militaire russe, le croit en tout cas :

Vers minuit, dans le port de Jebel Ali, une puissante explosion a retenti. Il s'est avéré que l'explosion a eu lieu à bord d'un navire israélien, qui a été attaqué par l'armée iranienne avec un missile de croisière. L'explosion s'est avérée si puissante qu'elle pouvait être vue à une distance de plusieurs dizaines de kilomètres. Selon diverses sources, des armes et du pétrole pourraient s'être trouver à bord du navire israélien et, à en juger par les premières séquences vidéo de la scène, le navire a été complètement détruit et l'infrastructure du port a été gravement endommagée. Une première base israélienne à Dubaï a-t-il rasée avant même de naître? Une chose est sûre : cette explosion intervient moins d'une semaine après l'ouverture de l'ambassade israélienne aux Emirats. 

Et le site d'ajouter : « Il n'y a pas de commentaires officiels à ce sujet de la part des autorités émiraties, de même que la version selon laquelle le navire a été attaqué par une frappe de missile n'a pas été confirmée. Mais les sources militaires syriennes citées par Arab News affirment que  le navire israélien est entré dans le port un jour avant l'explosion, et, apparemment, nous parlons du même navire israélien qui a été attaqué il y a deux jours dans l'océan Indien".

Et bien ce serait extraordinaire de savoir le CGRI à même de traquer les navires israéliens à travers les océans jusqu'à leur port d'attache. C'est d'autant plus extraordinaire que selon des sources syriennes trois pétroliers iraniens font route en ce moment même vers la Syrie et qu'ils viennent de traverser le canal de Suez et qu'ils ont l'intention de décharger leur pétrole et leur mazot à Baniyas et que tout ceci se déroule, alors même que la Résistance vient d'enregistrer ce mercredi 7 juillet son troisième attaque contre le site américain du pillage du pétrole syrien à al Omar à Deir ez-Zor. Ces trois pétroliers appareilleront non loin de Haïfa et pourront même aller de Baniyas à Beyrouth, là où Nasrallah a promis de briser le blocus US et les queues interminables aux stations de service libanais.

Reste à savoir si oui ou non la marine israélienne osera agir ... Pour la petite histoire, le ministère israélien de la guerre a accepté mercredi d'acheter quatre nouveaux """navires"" pour la marine à un chantier naval """national"", pour un montant de 25 millions d'euros, des Shaldag. des patrouilleurs avec des mitraillettes à bord sans doute pour intercepter les pétroliers iraniens.. sinon ces drones sous marines qui se sont étrangement manifesté en mai non loin de Tamar! 

Mots clés