Jul 10, 2021 18:20 UTC
  • Israël s'est fait sauter à Dubaï?

Les différends entre les États du Conseil de coopération du golfe Persique, tels qu'ils étaient au siècle dernier, ne sont plus confinés et cachés.

Ils se sont aggravés et sont devenus à l'heure actuelle des rivalités, accompagnées de mesures de boycott, de siège et d'échanges médiatiques, comme cela s'est passé et s'est produit entre le Qatar et l'Arabie saoudite, Bahreïn et les Émirats il y a trois ans.

Aujourd'hui, les relations saoudo-émiraties atteignent un point de tension et de désaccord public, après un long parcours de relations de coopération et de stabilité entachées de prudence, d'anticipation et de suspicion.

D’après Rai Al-Youm, notre région connaît des changements qui contribueront à creuser le fossé et à approfondir les rivalités entre les pays du Conseil de coopération du golfe Persique, en particulier ceux qui ont un rôle ou cherchent un rôle politique efficace dans la région et dans le monde, et je veux dire Arabie Saoudite, Qatar et Emirats.

Quelles sont alors ces variables qui contribueront à approfondir et à perpétuer les différences ou rivalités entre les pays mentionnés, s’interroge le journal.

La plus importante de ces variables est le nouveau rôle politique, économique et militaire d'Israël parmi les pays du Conseil de coopération du golfe Persique, après la campagne de normalisation. Où Israël et le sionisme ont-ils installé la sédition ? Quelle sera la situation lorsqu'elle pénétrera économiquement et culturellement dans les Émirats, et à travers elle dans d'autres arènes, secrètement ou ouvertement !

« Israël utilise ses relations bilatérales et internationales pour ses intérêts stratégiques. C'est l'affaire de tous les pays à cette différence qu'Israël est une entité occupante et usurpatrice et non un État à composantes : Israël n’est pas reconnu dans ses frontières actuelles et ses habitants n'ont aucun lien historique ou géographique avec la terre qu'ils occupent, et il lui manque une identité nationale globale », a écrit Rai Al-Youm.

Selon le journal, pour perdurer, il lui faut créer et perpétuer des conflits et répandre la dévastation et la corruption dans son environnement, et l'arme la plus dangereuse qui menace Israël n'est pas nucléaire, mais plutôt la paix, la stabilité et le développement dans son environnement, c'est-à-dire la paix, la stabilité et le développement pour nos pays et nos peuples.

« Dans son intervention et son travail de sabotage et de sédition, Israël se tourne vers les pays qui ont des ambitions d'influence politique stratégique régionale ou internationale. Et peu importe que le désir des pays de la région de consolider leur influence politique stratégique au Moyen-Orient ou au niveau international soit en faveur d'Israël ou à son détriment. Par exemple, le développement d'un pays comme l'Iran va définitivement à l'encontre des intérêts du régime sioniste et est considéré comme une menace pour lui ; Mais les ambitions des Emirats arabes unis (EAU) de trouver une position régionale et internationale sont dans l'intérêt des sionistes ; Parce qu'ils peuvent utiliser cette approche des EAU pour atteindre leurs objectifs », indique le journal arabe.

Mais dans tous les cas, la stratégie de sédition dans les zones environnantes est le moyen habituel des sionistes pour atteindre leurs objectifs, qui est également mis en œuvre dans un pays comme les Emirats arabes unis avec lesquels ils ont établi des relations normales et publiques.

Parmi les différends entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis figure le cas de l'accord de normalisation entre les pays arabes et le régime sioniste, qui a débuté aux Émirats arabes unis.

Et Abou Dhabi poursuit ses relations avec Tel-Aviv rapidement et dans un sens multilatéral, alors que les Saoudiens n'ont pas les conditions nécessaires pour normaliser leurs relations avec l’entité sioniste.

« Le rôle et les positions des Émirats arabes unis dans la guerre au Yémen font partie des autres problèmes entre Abou Dhabi et Riyad.
La coopération approfondie entre les Émirats arabes unis et le régime sioniste au Yémen a récemment été révélée et les deux parties cherchent à occuper des zones stratégiques dans le pays. Par conséquent, les experts estiment que le rôle d'Israël dans le différend entre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis au sujet de la guerre au Yémen ne peut être ignoré ; en particulier, Israël est actuellement insatisfait de la position de l'Arabie saoudite sur les accords d’Abraham et que Riyad n'a pas encore été en mesure d'établir des relations publiques avec Tel-Aviv », nous rappelle Rai Al-Youm.

Le différend entre les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite sur les politiques pétrolières conformément aux intérêts légitimes des deux pays est une chose naturelle qui a existé dans le passé mais n'a pas nui à la nature des relations entre les deux parties ; mais maintenant, l'escalade du fossé entre Riyad et Abou Dhabi, les vives critiques du ministre saoudien de l'Énergie envers les Émirats arabes unis et la réaction de son homologue émirati montrent l'impatience des Saoudiens envers Abou Dhabi, qui a des dimensions régionales et stratégiques.

« Il est vrai qu'il existe une concurrence entre les Emirats et le Royaume saoudien en matière d'armement et de qualité de l'armement, ainsi qu'une concurrence entre eux pour obtenir l'amitié et le soutien de la nouvelle administration américaine, mais le rôle israélien reste agité et est capable de tourner cette compétition en rivalité, au nom des intérêts israéliens », conclut le journal.

Cela intervient alors que le journal israélien Globes a rapporté que l'ancien chef du Mossad, Yossi Cohen, se retire pour diriger le bureau d'une géante société soutenue par l'Arabie saoudite.

Selon le journal, Softbank, dirigée par des investisseurs japonais et Masayoshi Sun, le fondateur et PDG de la société, ouvrira un bureau en Israël, qui sera dirigé par Cohen.

Le journal a souligné que le groupe multinational a d'énormes investissements dans des sociétés telles que Uber, Alibaba et Tik Tuk.

Selon le rapport, l'une des raisons pour lesquelles Cohen a été choisi comme directeur de la société en Israël est que malgré son manque d'expérience économique, il est une figure bien connue en Israël, et il a la capacité d’établir des liens avec les entrepreneurs et les techniciens israéliens et de leurs ouvrir les portes dans chaque entreprise, ou gouvernement dans la région.

Il convient de noter que Cohen a récemment joué un rôle clé dans la conclusion des Accords d’Abraham visant à normaliser les relations d'Israël avec les pays arabes, ce qui a conduit à parler de la possibilité de l’adhésion de l'Arabie saoudite à ce groupe.

Le Saudi Independent Wealth Fund est l'un des partenaires les plus importants de Softbank.

Le Fonds d'investissement public saoudien a plus de 347 milliards de dollars d'actifs. Softbank prévoit de fournir des millions de dollars pour soutenir les entreprises israéliennes, notamment dans le domaine de la technologie de l'intelligence artificielle.

 

 

Mots clés