Jul 19, 2021 18:49 UTC
  • Israël cible d’une nouvelle cyberattaque

Un média israélien a fait part d'une cyberattaque contre les sites Web des plus grands hôpitaux israéliens. Ce n'est pas la première fois ces derniers mois qu'Israël est la cible de telles cyber-frappes bien orchestrées, ce qui démasque d'une certaine façon la faiblesse des services de renseignements israéliens.

Dans une telle conjoncture, la récente décision des EAU de céder le contrôle de ses services de renseignements aux Israéliens mérite une réflexion particulière. 

Un site Web israélien a révélé que les sites des plus grands hôpitaux en Israël avaient été cyber-attaqués et que des efforts étaient déployés pour récupérer des données afin de réactiver les serveurs de ces hôpitaux.

Le site Web Walla a rapporté qu'une cyberattaque avait été menée contre la société de systèmes d'information "Pionet" et que les sites piratés appartenaient aux plus grands hôpitaux de la Palestine occupée.

Selon le rapport, la cyberattaque a visé les sites Web des hôpitaux Rambam à Haïfa, Hadassah Eïn Kerem et Hadassah Jabal al-Masharef à Qods occupée, et les deux sites Web Sunol (celui de stations-service) et iDigital.

Selon Walla, la source exacte du piratage n’est pas encore identifiée, mais la société de systèmes d’information « Pionet » travaillait à récupérer les données des sites Web dans le but de redémarrer les serveurs et d'estimer le volume des dégâts.

Tom Quinn, analyste chez « Security Joes », a déclaré que le résultat de l'enquête faisait état de la destruction du site Web du groupe « Pionet ». « Une erreur de serveur a également été détectée sur des informations sensibles, ce qui renforce ainsi les rumeurs concernant une cyberattaque. En cas d'une cyberattaque, la divulgation des informations sur les patients suscite de nombreuses inquiétudes », dit Quinn.

Alors qu'Israël a été la cible de pirates informatiques, les Émirats arabes unis ont confié la mission du contrôle de leurs services de sécurité territoriale aux Israéliens.

Dans le sens de la normalisation avec Tel-Aviv, Abou Dhabi est allé encore plus loin en cédant aux Israéliens le contrôle total de ses services de sécurité qui est l'un des organes les plus sensibles de cette monarchie arabe du golfe Persique.

En référence aux médias israéliens, le site Web « Emirates Leaks » a divulgué que le gouvernement d’Abou Dhabi avait signé un contrat avec une société israélienne spécialisée dans la construction de drones.

Le site Internet « Israel Defence » a par ailleurs rapporté que la police de Dubaï avait reçu l'aide de la société israélienne « Aerobotics », spécialisée dans la production de drones.

« La police de Dubaï a décidé d'acheter le dernier produit d'Aerobotics : un drone destiné aux opérations de sécurité. Dans cet ordre d’idées, l' "International Expo 2020" qui se tient tous les quatre ans à Dubaï, a été sélectionné comme lieu de négociation pour l’achat de ce type d’aéronefs ainsi que le début de la coopération en matière de sécurité et de renseignement entre les Émirats arabes unis et Israël », précise la source israélienne. 

Certaines sources d’information ont révélé que des sociétés émiraties telles que « Dark Matter» avaient procédé à recruter d'anciens experts en cyberattaque de l'armée israélienne affiliés à l'unité de la série 8200 de l'armée israélienne pour coopérer avec l’armée émiratie.  

Parallèlement, une source d’information a rapporté que le logiciel espion d'une entreprise israélienne a été utilisé pour pirater avec succès 37 smartphones appartenant à des journalistes, des responsables gouvernementaux et des activistes des droits de l'homme du monde entier, selon les résultats d'une enquête menée par 17 médias publiés dimanche.

 

Mots clés