Jul 21, 2021 19:31 UTC
  • Pourquoi les USA bunkérisent la Jordanie?

Dans le temps, un attentat, de quelques dimension et degré de destruction qu'il était, ne tardait pas à s'effacer des mémoires et disparaître sous le flot des informations, dès qu'il était commis en Irak. Puisque suivant une logique mise en place après l'invasion de 2003, le sang irakien ne valait pas grand-chose.

Or ce n'est plus le cas et c'est cela la très grande victoire de la Résistance irakienne qui devra bien inquiéter non seulement les États-Unis d'Amérique dont l'armée, les bases, la force aérienne sont totalement à la merci des missiles et des drones de la Résistance, mais aussi Israël qui n'en revient toujours pas comment il a été déniché dans l'une des régions jugées les plus sûre de tout le Moyen-Orient à savoir Erbil au Kurdistan irakien.

Le 26 juin dernier, et de l’aveu de Haaretz, une salve de plusieurs missiles de croisière (drone) a visé pour la seconde fois depuis le mois d'avril un siège secret de la CIA et coûté la vie à plusieurs officiers israéliens qui ont été tout de même en état d'alerte depuis une première attaque similaire qui a eu lieu toujours à Erbil et en avril et qui a liquidé l'une des bases de renseignement le mieux loti de l'entité au Moyen-Orient. Toujours selon le journal, les morts et les blessés auraient été évacués à Tel-Aviv en faisant comprendre aux Israéliens que même le nord de l'Irak, où ils ont investi depuis près de 20 ans n'est plus un lieu sûr et qu'il faut le quitter avant qu'il ne soit trop tard. 
Mais Israël fera-t-il place nette? Une analyse assez conséquente de la situation Irak-Israël dressée par le secrétaire général d'Asaïb al-Haq, l'une des composantes les plus puissantes de la Résistance ce mardi soir tendrait à répondre non et à prévoir une confrontation totale avant la disparition d’Israël en Mésopotamie. "Les incendies en cascade qui éclatent tous dans les zones arabes et chiites n'ont pas l'air spontanés. Ils visent la Résistance et les Anti-US et les Anti-Israël. Il est fort possible qu'Israël y soit impliqué rien que pour épuiser l'Irak, car l'Irakien est l'ennemi juré des sionistes même suivant leurs textes saints. Mais ce sang irakien a un prix et quiconque le versera, devra en payer le prix et Israël n'en fait pas exception". 

A quoi renvoie cette mise en garde? Au train où vont les événements, Israël pourrait en subir les conséquences non plus seulement à Erbil, mais ailleurs, là où l'axe de la Résistance existe et cette zone, pour le grand malheur d’Israël s’étendre désormais de l'Irak à la Syrie en passant par Gaza où en mai l'entité a subi une première attaque au drone en provenance visiblement d'al Anbar, attaque qui via le ciel jordanien a ciblé droit au cœur une colonie du nord, Beit Shéan.

En effet, et comme le craint depuis très longtemps l'entité, un front irakien contre Israël avec la possibilité des frappes aux missiles et aux missiles de croisière n'est plus du tout à écarter. Surtout que les tensions sur les frontières avec la Jordanie ont toutes les chances de gagner en ampleur dans les semaines à venir, après que le roi Abdallah II eut décidé de louer une grosse partie de son territoire moyennant quel que 800 millions de dollars par an aux troupes US, qui quittent le Qatar pour s'installer en Jordanie et prendre position sur les frontières syro-irakiennes, façon évidemment de s'offrir une base de campement grandeur nature à l'effet de former les terroristes, et ce, en lieu et place d'un Irak qui devient inaccessible et une Syrie qui entre en conflit ouvert avec les États Unis. Ce mardi, le Commandement central de l'armée américaine a annoncé que des chasseurs F-16 étaient arrivés à la base aérienne Prince Sultan en Arabie saoudite.

Il a expliqué que le déploiement de ces avions de combat s'inscrit dans le cadre de "l'utilisation de la force dynamique", pour renforcer la capacité du CentCom à "dissuader l'agression et à renforcer la sécurité et la stabilité dans la zone de responsabilité du Commandement central". Les chasseurs appartiennent à la 113e escadre de la garde nationale aérienne, ou à ce qu'on appelle (les gardes de la capitale). L'une de leurs missions est "d'améliorer les capacités de défense de la base aérienne". 

Et le Commandement central américain a annoncé, la semaine dernière, l'arrivée d'avions de chasse F-18 Hornet, ainsi que de bombardiers stratégiques B1B, qui ont besoin d'une piste consacrée au décollage et à l'atterrissage. Visiblement les USA, tout en se repliant en Irak, et tendant à reculer vers la Jordanie voisine, chercheraient à remplacer leur système de DCA désormais totalement débordé par les capacités adverses par les avions. En mai, pour revenir encore à cette attaque au drone surprise irakienne contre le nord d’Israël, la presse sioniste a reconnu l'échec du dôme de fer à l'intercepter et surtout le fait que l'armée de l'air israélienne eut été obligée de faire décoller un avion pour chasser le drone Ababil 3.

A quel genre de scénario les Américains pensent-ils en cherchant de la sorte à bunkériser la Jordanie pour mettre à l'abri Israël? Dans un scénario de clash Israël/Résistance irakienne, l'ouest de l'Irak pourrait tout bonnement devenir la base arrière des nuées de drones suicides et vu la précision et la furtivité dont ont fait preuves les drones "irakiens" ces trois derniers mois où pas un seul de leurs attaques n'a échoué, les Américains ont parfaitement raison de déployer des flottes complètes de F-16 en rempart entre l'Irak d'une part et la Jordanie de l'être pour éviter que des attaques massives de drones ou de missiles irakiens ne se dirigent vers Israël. 

Mais il y a plus, ces 30 000 soldats et de grosses quantités de munitions et d'armes lourdes que les USA installent à la hâte en Jordanie, tout en faisant des concessions au roi Abdallah II cache une autre crainte : Que les attaques massives "ouest-irakiennes" soient combinées à des attaques similaires en provenance de la Syrie. Car imaginons un instant que les essaims de drones irakiens se combinent aux vagues de missiles et de roquettes est-syriens, un peu à l'image de ce qui s'est passé en mai à Gaza, pour s'abattre de façon synchrone sur Israël. Et bien une telle perspective ne relève pas du cinéma, mais d'un simple calcul des données et des capacités du camp d'en face ( Résistance). Reste à savoir si une méga base US, deux fois plus grande qu'Ain al-Asad et dressée entre l'Irak et la Syrie d’une part et Israël de l'autre, et ce en territoire jordanien, saura accomplir la mission de bouclier anti missile et anti drone tel que se l'imagine le chef du CentCom. 

Ababil 3 qui a percé en mai le Dôme de fer israélien à Beit Shéan saura le faire sans doute une fois placé face aux Patriot en Jordanie, car il l'a déjà fait à maintes reprises en Irak d'où d'ailleurs "le déploiement des F-16" "pour assurer la défense des bases aériennes".. Surtout si on ajoute à cet ensemble de capacités "irakiennes", un autre fait et pas des moindres. Cette riposte irakienne que promet Asaïb al-Haq pourrait avoir lieu aussi contre le front Nord où une armée de libération pour le Golan s’impatiente depuis des années pour en découdre avec Israël... Ses conseillers se trouveraient déjà dans des camps palestiniens, occupés à apprendre leur tactique de guerre aux combattants de la Palestine. L'attentat de Sadr City et sa vengeance mèneront bien loin... 

 

Mots clés