Jul 21, 2021 19:43 UTC
  • USA: Riyad

La visite ultra-médiatisée du roi Abdallah II de Jordanie à la Maison Blanche alors même que Biden rechigne toujours à appeler Ben Salmane, dont le frère envoyé aux USA, il y a peu, n'a pas été bien accueilli et qu'il s'est même vu dans l'obligation d'annuler ses rencontres et rentrer bredouille,

n'augure rien de bon ni pour les Salmane ni pour la place qu'occupe Riyad, grand perdant de 6 ans de guerre au Yémen, au sein du camp des acolytes US au Moyen-Orient. Biden est-il sur le point de liquider Ben Salmane et au-delà de lui, l'Arabie saoudite, lui qui n'a cessé de rencontre en rencontre d'affirmer à Abdallah II que la Jordanie devra "jouer un rôle axial" dans la région? Pire pour Riyad, Aman a déjà commencé une opération de rapprochement avec "l'axe chiite" par Bagdad interposé...et certains analystes n'écartent pas que ce soit là, la clé de ce soudain retour en grâce qu'Abdallah a trouvé chez Washington, car après tout, ce même Biden a tenté de le renverser au mois de mars et à l'aide de son frère Hamzah....  Le journal britannique The Independent tente dans son analyse d'en accuser Riyad, mais on sait que les Salmane n'oseraient rien sans le feu vert de Washington. Et ce coup, était-il destiné à liquider Riyad géo-stratégiquement? 

The Independent se penche donc sur le récent coup d'État manqué en Jordanie et sur le rôle de l'Arabie saoudite dans cette affaire. Il évoque le changement de donne dans la région au détriment des Saoudiens et écrit que les Jordaniens cherchent à se refaire une place dans la région.

La Jordanie a rejeté la demande de l'Arabie saoudite d'extrader un responsable lié à Riyad et impliqué dans le coup d'État. Les cartes à jouer changent en faveur de la Jordanie dans la région. Et le récent coup d'État manqué a mis au grand jour les limites de la capacité de l'Arabie saoudite dans le monde arabe.

L’emprisonnement en Jordanie de l'ancien chef de la cour royale et cousin du roi Abdallah, avec des peines de 15 ans chacun pour sédition, est une étape importante avec un impact significatif tant dans le pays qu'à l'étranger. Bassem Awadallah et Sharif Hassan bin Zaid ont été reconnus coupables à l'issue d'un procès secret au cours duquel ils ont été accusés d'avoir comploté avec des puissances étrangères et des chefs tribaux jordaniens pour effectuer un coup d'État et mettre le demi-frère du roi, le prince Hamzah bin Hussein, sur le trône. Hamzah n'a pas été inculpé et les juges ont refusé les demandes répétées de la défense de le comparaître devant le tribunal en tant que témoin. Le palais a annoncé que le prince était traité « dans le cadre de la famille hachémite ». Le roi a ensuite déclaré que Hamzah était « avec sa famille dans son palais, sous ma garde ».

Les deux hommes avaient plaidé non coupables et le verdict est tombé sur des accusations d'erreur judiciaire. Un avocat d'Awadallah basé aux États-Unis, qui a la double nationalité jordano-américaine, a affirmé que les autorités avaient torturé son client, notamment avec des décharges électriques, et réduit la procédure à seulement six séances pour parvenir au verdict de culpabilité.

Les autorités jordaniennes ont nié ces allégations et ont souligné que les séances avaient eu lieu qu'à mesure que l'affaire touchait à sa fin.

Il y a eu une première surprise parmi de nombreux diplomates et politiciens quand Awadallah a été jugé.

L'ancien ministre des Finances possède également la double nationalité saoudienne et est conseiller économique du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane (MBS). Son réseau de relations internationales influentes comprend également le prince héritier et dirigeant de facto des Émirats arabes unis, Mohammed ben Zayed. La connexion saoudienne est un élément clé des allégations entourant le coup d'État. Hamzah, selon l'accusation, a demandé à Awadallah s'il obtiendrait le soutien saoudien s'il poursuivait le complot. Le vice-Premier ministre, Ayman Safadi, a affirmé que le prince avait été en liaison avec certaines « entités étrangères ». Riyad nie avoir été impliqué dans la tentative de coup d'État.

Il a été dit que Riyad voulait que les poursuites contre Awadallah soient abandonnées, et de hauts responsables saoudiens, dont le ministre des Affaires étrangères Faisal bin Farhan, le chef des services de renseignement du pays et des membres de l'entourage du prince héritier saoudien, se sont rendus à Amman pour persuader les Jordaniens de laisser Awadallah revenir avec eux. À un moment donné, affirme-t-on, les Saoudiens ont refusé de quitter Amman tant qu'Awadallah n'était pas dans le vol avec eux.

Bien que les Jordaniens aient repoussé les Saoudiens au cours du procès, un scénario présenté par certains en Jordanie est qu'Awadallah sera libéré après avoir purgé une partie de sa peine, puis exilé de Jordanie.

L'Arabie saoudite serait une destination évidente, mais la Grande-Bretagne pourrait être un second choix. Awadallah, selon les archives de Companies House à Londres, a des partenariats étendus avec des hommes d'affaires saoudiens de la Banque nationale arabe, avec un poste de direction dans sa succursale britannique.

La résistance jordanienne à l'extraction d'Awadallah aurait été fortement renforcée par le soutien américain. William Burns, le chef de la CIA, a demandé à la Maison Blanche d'intervenir, selon des sources diplomatiques et sécuritaires.

Le président Biden a appelé le roi Abdallah pour lui offrir son soutien lors de la visite du chef du renseignement de Riyad. La CIA a refusé de commenter l'allégation de son implication.

Le roi jordanien, premier dirigeant arabe hébergé par Biden, doit arriver à Washington en fin de semaine. La Maison Blanche a déclaré dans un communiqué que la visite serait « une occasion de discuter des nombreux défis auxquels le Moyen-Orient est confronté et de montrer le rôle de leader de la Jordanie dans la promotion de la paix et de la stabilité dans la région ». Le rôle de Washington dans ce qui s'est déroulé est considéré comme un exemple de l'évolution de la realpolitik de la région depuis les élections américaines. Il est très peu probable que les Jordaniens aient reçu un tel soutien de la part de l'administration Trump avec son soutien massif aux Saoudiens.

Il y avait aussi de l'animosité envers le roi Abdallah au sein du camp Trump à propos du « Deal du siècle » de Jared Kushner. Le gendre de Donald Trump avait cultivé une amitié avec MBS et s'attendait à un soutien saoudien pour son projet d'accord entre Israël et les Palestiniens. Il avait également obtenu le soutien des Émirats arabes unis.

Abdallah II, avec une importante population palestinienne en Jordanie, avait soulevé de sérieux doutes sur la viabilité du plan américain. Selon les Jordaniens, cela saperait toute chance d'un État palestinien indépendant, comme convenu dans son propre accord de paix avec Israël en 1994.

Les Hachémites, la famille royale de Jordanie, ont la garde des lieux saints islamiques et chrétiens de Jérusalem (Qods, ndlr), et Abdallah avait déclaré à plusieurs reprises que la Jordanie n'accepterait pas les changements du statut juridique et historique de Jérusalem que les Israéliens essayaient de faire respecter. La position d'Abdullah l'a conduit à être écarté par Kushner, un problème majeur pour la Jordanie tant que Trump était au pouvoir. Un ancien diplomate britannique de haut rang qui avait servi dans plusieurs États du Moyen-Orient a déclaré : « Si ce que nous entendons est vrai, il y a un sentiment certain que de grands changements se produisent dans les relations de voisinage entre la Jordanie et l'Arabie saoudite. Ce qui s'est passé a montré que des pays comme la Jordanie sont désormais mieux préparés à résister à la pression de grands acteurs comme les Saoudiens. Ils l'ont fait, bien sûr, nous devons garder à l'esprit, avec l'assurance du soutien d'un acteur plus important, les États-Unis. »

Mots clés