Jul 26, 2021 08:19 UTC
  • Israël : le Coup de grâce russe!

C’est la « méga pierre » que la Russie de Poutine compte visiblement porter au processus de l’effondrement de la « toute puissance US/Cie » dans le ciel d’un Moyen-Orient où pendant des années, les F-16, les F-15, les F-18 rasaient,

sous des tonnes de bombes anti bunker, à fragmentation, à l’uranium appauvri ou tout récemment de GBU et de JDAM des États-nations entières avant de s’emparer de leurs terres, de leurs richesses, puis d’y implanter dans la pure tradition des colons anglo-saxons d’il y a deux ans. Le mois de juillet 2021 a commencé en effet par une tonitruante campagne drone-missile «est-syrien » contre la présence des yankee dans la partie la plus riche du nord de Deir ez-Zor soit cette bande gazo-pétrolière étendue entre Tanak, Connoco et al-Omar, où l’Amérique, longtemps drapée d’un bouclier fait de FDS et de Daech, se croyait invulnérable, avant d’apprendre soudain et à ses dépens, qu’il n’en était rien.

Et à l’heure qu’il est, le coup paraît bien loin d’avoir été encaissé puisque les convois logistiques bourrés de blindés de chars de pièces de DCA continuent à affluer depuis l’Irak vers la base Ash-Shaddadi à Hassaka, les Yankee continuent à mener des fouilles dans des villages limitrophes de leurs bases de campement et ce, à la recherche des stocks de roquettes, de missiles et de drones, mais tout ceci ne se passe plus beaucoup au sol mais par voie héliportée, les forces américaines, françaises et britanniques ayant désormais diablement peur d’être pris de court non plus par des engins improvisés mais par des Ababil-3 ou Mohajer-6 quelque part entre l’est de la Syrie et le Kurdistan irakien.

Les agences de presse pro US tentent pourtant, quelques 15 jours après la quintuple frappe anti américaine en Syrie-est, de conjurer le sort, en diffusant pêle-mêle des informations sur l’intention US de se doter de nouvelles bases en Syrie mais vu que le Pentagone en est désormais à quémander l’assistance des tribus de l’est syrien, celles-là même dont il pille pétrole, blé, gaz et eaux entre autres, ce plan B américain visant à contre la bataille anti américaine des forces syriennes qui se déroule en parfaite synergie avec ce qui se passe en Irak, ne risque pas aller trop loin. Bref, l’Amérique est pleinement embourbée dans l’impasse syrienne d’autant plus que ce juillet de tous les dangers touche à sa fin sur fond d’une nouvelle surprise, aussi inattendue que perturbante, le divorce Russie/Israël ?

Le journal saoudien, Asharq al-Awsat aurait certes évoqué un feu vert US à la Russie pour que le général Choïgou recommande à ses officiers d’ouvrir le feu de leurs batteries de missiles antimissile BuK M2E sur les avions d’agression israéliens, d'où ils tireraient leurs engins en direction de la Syrie, ce, « puisque Biden ne serait pas partant pour une poursuite de la campagne de guerre dans la guerre sioniste en Syrie », les observateurs ont du mal à croire cette version qui oublie un peu trop vite la promesse d’Austin de « mettre Poutine à la porte du Moyen-Orient ».

Il semblerait plutôt que la Russie, ayant perçu des signes irréversibles de la fin d’une époque participent à cette entreprise de reconquête du ciel du Moyen-Orient et de la meilleure des manières. Dans la nuit de 25 à 26 juillet, deux F-16 sionistes ont tenté une troisième agression aérienne anti syrienne en moins d’une semaine depuis le sud-ouest, et chose nouvelle, sans oser de pénétrer le ciel d’al-Tanf. C’est un recule de taille quand on sait que cette base illégale US, entourée d’un périmètre autoproclamé de 55 km, sert depuis 2016 à espionner les sites de DCA syrienne, à offrir à l’aviation sioniste une base arrière, à envoyer des ondes de suppression à l’effet d’aveugler les radars syriens et tout ceci dans le stricte objectif de frapper plus fort.

Depuis les coups portés contre al-Omar et Connoco, il semblerait que le contingent US qui y est déployé n’a plus trop de confiance en soi pour permettre aux pilotes sionistes de manœuvrer sur son dos. Pour la troisième fois consécutive depuis le 18 juillet, les missiles israéliens ont été interceptés et pulvérisés dans le ciel sous les yeux ahuris d’une entité qui voit là l’émergence d’une alliance aérienne Russie-Résistance. Cette alliance, elle s’en était douté en février quand le Hezbollah a réussi à battre un drone tactique Hermes-450 dans le ciel d’al-Zahrani, et que Tel-Aviv y a vu une démonstration de force de Buk M2E, puis ce 22 juillet quand ce même système Buk-M2E a abattu l’un des quatre missiles tactiques tirés contre Homs pas dans le ciel syrien mais dans l’espace aérien du sud Liban, non loin de Qusseir et qu’un communiqué inhabituel du Hezbollah l’a revendiqué. C’est donc désormais formel, la Russie fait bloc « aérien » avec l’armée de l’air asymétrique de la Résistance et rien qu’à voir les missiles intercepteurs 9М38M1 et le 9М317 russe  protéger ce 25 juillet le mausolée de Zaynab au sud de la capitale, Israël devra avoir le cœur net de ce changement radical qui vient de se produire a la 11ème année de la guerre en Syrie.

Avia.pro commente : « De 5 h 40 à 5 h 54 le 25 juillet, deux chasseurs tactiques F-16 de l'armée de l'air israélienne, sans entrer dans l'espace aérien de la République arabe syrienne, en provenance du sud-ouest, ont frappé avec deux missiles guidés aériens sur des cibles dans le village de Seydat-Zaynab province Damas. Les deux missiles ont été détruits à l'aide des systèmes de défense aérienne Buk-M2E de fabrication russe des forces armées ATS. ", - a déclaré le contre-amiral de la marine russe Vadim Kulit commandant du Centre russe pour la réconciliation.

Le Buk M2 que les conseillers russes ont activé dimanche matin iront-ils bientôt laisser place aux S-300, S-400 qui n’ont jamais tiré depuis 2011 maintenant que la Russie ne s’estime plus lié par un quelconque engagement envers Tel-Aviv ? Après tout, le BuK-M2 est un système mobile à moyenne portée capable d'intercepter des avions et des missiles de croisière, mais conçu pour compléter des systèmes plus coûteux à longue portée tels que le S-300 et le S-400. Et à l’heure des grands déboires des Patriot, des C-Ram, des Avenger dans la région pour cause de grande campagne aérienne de la Résistance, Moscou pourrait bien envisager cette alternative. Surtout que l’échec de ce troisième raid aérien sioniste depuis le 18 juillet est allé de pair avec un autre revers de taille de l’armée de l’air sioniste, ayant lieu celui-ci à quelques kilomètres seulement du sud-ouest de la Syrie, à Gaza : Avia.pro le relève en ces termes : « Il devrait y avoir quelque chose de coordonné… Car les Syriens et les factions pro Iran en Syrie se concentrent sur les Apache israéliens !

« Il y a quelques heures, un hélicoptère de combat israélien AH-64 Apache a été contraint d'effectuer un atterrissage d'urgence en Cisjordanie en raison de la défaillance de tous les systèmes de contrôle. On sait que personne n'a été blessé à la suite de l'incident, cependant, les experts attirent l'attention sur le fait que des incidents similaires dans les mêmes circonstances se sont produits avec les hélicoptères d'attaque américains AH-64 Apache dans l'est de la Syrie. Ensuite, il a été supposé que les systèmes de guerre électronique russes Krasukha-4 pourraient être utilisés, cependant, apparemment, nous parlons d'autres systèmes de suppression électronique, qui auraient bien pu être fournis par les factions pro Iran. Il semblerait que la portée de la DCA syrienne s’étend désormais au cœur d’Israël, en Cisjordanie tout comme au mois de mai où la Syrie soutenait les attaques balistiques de Gaza contre Israël »

La Syrie, le Sud Liban, Gaza… et la Cisjordanie… c’est presque la totalité du Levant. Ce n’est pas sans raison si les exercices aériens américano-israéliens en cours en Israël se placent sous l’égide de l’EUCOM. Poutine y voit évidemment un acte pro OTAN de la part de Tel-Aviv, autant à en finir avec « IDF » ici au Moyen-Orient…

 

Mots clés