Aug 11, 2021 18:05 UTC

Au sommaire : L’Iran dévoile son « FIRE & FORGET »

Dans la rubrique « Défense et sécurité » du journal iranien Mashreq du 11 août 2021, ces lignes attirent notre attention : « Ces dernières semaines, une bombe intelligente « Qaem » a été livrée aux forces terrestres du CGRI par le ministère de la Défense lors de la livraison des drones de combat et des drones de reconnaissance de la famille Mohajer-6.

« Ces propos sont tenus par le général de brigade Yousef Ghorbani, qui, tout en évoquant les dernières réalisations de l’unité en charge du développement de la bombe en question sous son commandement a également donné des précisions sur la profondeur stratégique de “notre pays”, affirmant que “la mise au point de cette bombe a un effet très efficace ‘pour la défense du pays’.

‘Notre unité est en charge de mener deux types de missions réparties en deux sous-catégories distinctes, organisationnelles et extra-organisationnelles. Les premières sont celles qui sont pensées et conçues pour assurer la sécurité de notre pays, et les secondes sont des missions destinées à être menées hors de nos frontières’, a précisé le commandant de l'armée de l'air de la République islamique. ‘Cette unité’, a-t-il poursuivi, ‘est par nature au cœur de l'armée de l'air iranienne et a montré de grandes avancées dans le domaine de l'armement’.

Il a ajouté : ‘Nous avons réussi à améliorer nos armes et à évoluer vers une technologie de pointe et à concevoir et construire de nouveaux missiles avec des portées différentes. Les missiles Shoot & FORGET fabriqués localement s'inscrivent également dans ce cadre’.

Il a par ailleurs affirmé que” les hélicoptères de l'armée sont équipés de missiles FIRE & FORGET, qui sont des missiles intelligents et précis et qui nous ont permis d'avoir un bon effet dissuasif pour la République islamique d’Iran. »

Et pour mémoire, voici quelques faits saillants soulignés par le chef de l'armée de l'air du CGRI sur le développement de ces armes de haute technologie qui « démontrent les prouesses des spécialistes iraniens de la défense »

 « Deux des points forts de l'événement ont été le développement d'une visionneuse vidéo, également appelée visionneuse de vision nocturne, doublé d’un détecteur d'imagerie thermique (IIR) pour la vision nocturne, tous deux connectés à un logiciel de traitement de donnée et provoquant ainsi le verrouillage des missiles FIRE & FORGET sur leur cible sans la lâcher et c'est donc « grâce à ce double dispositif que les bombes intelligentes entrent dans la catégorie des armes « tirer et oublier ».

L'importance de ce qui vient d'être dit réside dans le fait « qu'il y a une vingtaine d'années, lorsque nos drones n'étaient pas encore adaptés au combat, les experts considéraient qu'une des faiblesses des drones était la nécessité de développer des armes légères et de petit calibre ».

Mais alors que le besoin urgent de drones de combat augmentait, parallèlement à la flambée des prix des avions et hélicoptères de combat modernes ainsi qu'au développement rapide et rentable des drones, l'Iran a sérieusement réfléchi au développement d'armes largement compatibles avec les drones, ce qui a déclenché la construction de Drones de type « Reconnaissance-Combat ».

Au final, aux yeux du major pilote iranien, ce n'était qu'« une pente à gravir » mais aujourd'hui « nous avons en notre possession des bombes intelligentes qui peuvent être montées sur des avions d'attaque comme sur des hélicoptères avec ou sans pilote. ”.

 

2-Une base US en Ukraine ?!

Un haut responsable politique ukrainien a appelé Washington à déployer son armée, y compris des unités de l'armée et des systèmes de défense aérienne, dans ce pays troublé d'Europe de l'Est, dans ce qui serait sans aucun doute considéré par Moscou comme une grave provocation.

Dans un communiqué publié mardi, le vice-Premier ministre Alexey Reznikov a révélé qu'il en avait fait la demande dans le cadre d'une visite aux États-Unis, lors d'une réunion avec la Jamestown Foundation, un groupe de réflexion que le gouvernement russe a précédemment accusé de faire de la propagande contre le pays.

« Il est important d'étendre le paquet de sécurité pour l'Ukraine », a déclaré Reznikov. « Tout d'abord, avec le stationnement de forces de défense aérienne, et même en déployant des unités américaines. Le politicien a ajouté que la législation ukrainienne permet déjà aux troupes étrangères d'être basées dans le pays.

L'Ukraine suggère à l'OTAN de faire voler des avions de combat et des transports de troupes près de la Crimée, augmentant ainsi la présence du bloc sur la côte déjà tendue de la mer Noire

La Russie a déclaré à plusieurs reprises que la présence de personnel militaire américain à ses frontières avec l'Ukraine serait une ligne rouge majeure dans le conflit politique latent entre les deux nations. En février, Kiev a appelé l'OTAN à commencer à faire voler des avions de combat et des transports de troupes près de la péninsule de Crimée contestée. Moscou a insisté sur le fait que de telles mesures sont « provocatrices » et augmentent les risques d'un incident potentiellement catastrophique, compromettant la stabilité régionale.

Dans le même temps, Reznikov a déclaré qu'une présence accrue des forces occidentales dans son pays était nécessaire en raison de la domination russe sur la mer Noire, de l'achèvement du gazoduc Nord Stream 2 et de « l'influence de Moscou dans les Balkans ».

Source : RT

 

3- La Chine attaque Israël

La Chine a lancé une cyberattaque massive contre Israël qui a touché des dizaines d’institutions gouvernementales et d’organisations privées.

La société internationale de cybersécurité FireEye a fait cette annonce lundi, après avoir examiné l’attaque au cours des deux dernières années, a rapporté Haaretz.

Il s’agissait de la plus grande cyberattaque contre Israël depuis la Chine, et « faisait partie d’une campagne plus large qui visait de nombreux autres pays, dont l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Ukraine, l’Ouzbékistan et la Thaïlande », toujours selon Haaretz.

Les entités étatiques et privées qui ont été ciblées par l’attaque en 2019-2020 appartenaient aux domaines de la défense, des technologies de l’information, du transport maritime, des universités, des télécommunications et de la haute technologie.

FireEye a déterminé que la cyberattaque provenait des services de renseignement chinois et du ministère de la Sécurité d’État en comparant les outils de piratage qui avaient été utilisés dans des attaques antérieures similaires à ceux utilisés dans celui-ci.

Les cibles populaires comprenaient les entreprises informatiques, car les pirates pouvaient atteindre d’autres entreprises par leur intermédiaire. Les informations que la cyberattaque visait à voler étaient l’intelligence d’affaires, le savoir-faire et les secrets commerciaux.

L’enquêteur principal de FireEye sur l’attaque, Sanaz Yashar, a déclaré que l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » pourrait être une partie de la raison de la cyberattaque, car elle vise à créer une route mondiale pour les produits chinois, et « est liée à d’énormes projets d’infrastructure dans lesquels la Chine est impliquée, y compris en Israël, comme les ports ou les chemins de fer.

“Un autre intérêt chinois pour Israël est son secteur technologique”, a ajouté Yashar. “Il y a beaucoup d’entreprises israéliennes qui sont impliquées dans les domaines mêmes au cœur des intérêts chinois, comme en témoignent leurs plans quinquennaux.

‘Leur objectif n’est pas nécessairement toujours de voler la propriété intellectuelle ; il est possible qu’ils recherchent en fait des informations commerciales’, a-t-elle poursuivi. ‘Du point de vue chinois, il est légitime d’attaquer une entreprise tout en négociant avec elle, afin qu’ils sachent comment évaluer correctement l’accord.

‘Quand les Chinois font des affaires, ils ne concluent pas le contrat les yeux fermés. Ils examinent les autres offres, les e-mails du conseil d’administration, la correspondance entre les gens, quelles sont les intrigues et qui sont les personnes clés.

Quant aux informations sur lesquelles la cyberattaque était axée sur le ciblage, Yashar a déclaré : ‘Cet attaquant s’intéressait particulièrement aux e-mails, aspirant d’énormes quantités d’e-mails. Nous voyons qu’immédiatement après être entrés, ils ont cartographié le réseau et recherché des serveurs de documents et de messagerie.

Des noms d’utilisateur et des mots de passe ont également été arrachés, qui pourraient être utilisés pour entrer à nouveau dans les cibles ou les utiliser pour attaquer d’autres cibles, selon Haaretz.

FireEye, une société cotée en bourse de 4 milliards de dollars, a collaboré avec le bureau du Premier ministre israélien et des experts gouvernementaux en cybersécurité dans le cadre de l’enquête.

Israël a été la cible de cyberattaques au fil des ans de la part de l’Iran, des Palestiniens et des groupes islamistes. Cependant, en raison de l’ampleur de cette cyberattaque chinoise contre Israël, le pays pourrait devoir y répondre, a rapporté Haaretz.

La Chine a été condamnée par les États-Unis, l’UE, l’Australie et la Nouvelle-Zélande le 19 juillet pour une cyberattaque massive sur le serveur de messagerie Microsoft Exchange, qui a subi des dommages importants dans le monde entier.

Source : Marseillenews.net 

 

4-Russie : coup de semonce

Le vaste exercice conjoint russo-ouzbèke-tadjik près de la frontière afghane est terminé.

La Russie a terminé mardi des exercices militaires conjoints au Tadjikistan, à la frontière avec l’Afghanistan, où les talibans ont conquis plusieurs capitales provinciales ces derniers jours, à la faveur du retrait des forces américaines et de leurs alliés.

Les gains territoriaux des talibans suscitent l’inquiétude chez les ex-républiques d’Asie centrale, et la Russie, puissance régionale, y a multiplié les manœuvres militaires ces dernières semaines. La Russie avait donné le coup d’envoi de ces exercices militaires conjoints avec l’Ouzbékistan et le Tadjikistan près de la frontière tadjiko-afghane le 5 août.

Après une première phase en Ouzbékistan, se déroulait depuis une semaine la phase finale au Tadjikistan.

Un haut responsable de la Défense tadjike, Cherali Mirzo, a affirmé mardi que l’organisation djihadiste État islamique (EI) était l’un des ‘ennemis symboliques’ combattus lors des exercices organisés avec la Russie.

Le général russe Alexandre Lapine, commandant de la Région militaire Centre, a déclaré pour sa part que les exercices se sont déroulés sur fond de ‘situation qui continue de s’aggraver en Afghanistan et de menace d’incursion de groupes terroristes radicaux aux frontières des pays d’Asie centrale’.

Lapine a salué un ‘haut niveau de coordination’ entre les forces russes, ouzbèkes et tadjikes lors de ces exercices et noté que l’exercice a été mené dans un contexte d’aggravation de la situation et de menace de pénétration de groupes terroristes radicaux dans les pays frontaliers de la région d’Asie centrale. ‘Je suis convaincu que les futures actions conjointes renforceront la communauté militaire, protégeront nos pays de l’agression militaire’, a ajouté le commandant de la Région militaire Centre.

Scénario et déroulement de l’exercice

Au total, 2500 soldats, dont 1800 soldats de Russie, et environ 500 moyens militaires ont été impliqués dans l’exercice.

Cette phase principale et finale de l’exercice conjoint russe-tadjik-ouzbek s’est terminée par la défaite des formations armées illégales simulées qui ont traversé la frontière de l’État.

Le personnel militaire des unités de tir a été soutenu par l’artillerie et l’aviation.

Cette phase de l’exercice a été menée au polygone Harb-Maidon dans le sud du Tadjikistan, à 20 kilomètres de la frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan.

Les équipages de l’avion L-39 de la République du Tadjikistan ont effectué une reconnaissance aérienne de la région. Les pilotes ont transmis les coordonnées des cibles aux équipages des chasseurs Su-25 russes, aux équipages russes et tadjiks d’hélicoptères de combat Mi-24, ainsi qu’à ceux des camions lance-roquettes ′′Grad′′ et ′′Ouragan’.

Après la frappe initiale, les unités motorisées des trois pays, sur des véhicules blindés BTR-82 A, BMP-2, renforcés par les équipages de chars T-72, ont défait les principales forces de l’adversaire simulé. Et finalement, des unités spéciales du Tadjikistan parachutés d’un avion An-26 ont bloqué la retraite à l’adversaire.

Les mortiers de la 201e base militaire russe et des forces armées de la République d’Ouzbékistan ont pour leur part aidé à neutraliser l’ennemi simulé qui se cachait dans les montagnes.

Parallèlement, l’armée russe a annoncé mardi avoir envoyé de nouveaux armements — notamment des systèmes de défense antiaérienne portables et des fusils d’assaut — pour moderniser la base dont elle dispose au Tadjikistan.

Les dirigeants des ex-républiques d’Asie centrale s’étaient réunis la semaine dernière au Turkménistan pour évoquer la situation en Afghanistan, source de préoccupation notamment pour le Tadjikistan, qui partage près de 1300 km avec le pays en guerre.

Avec AFP via 45enord.ca

 

5- Exercice naval conjoint Inde/Arabie

En mars dernier, l’Indian Air Force a participé pour la première fois à l’exercice aérien Desert Flag, qui, organisé aux Émirats arabes unis, avait réuni la France, les États-Unis, l’Arabie saoudite et Bahreïn. Pour l’occasion, des Su-30 MKI avaient été déployés sur la base aérienne d’al-Dhafra.

Au début de ce mois, le chef d’état-major de l’IAF, l’air marshal K S Bhadauria s’est rendu aux Émirats arabes unis [ainsi qu’en Israël] afin de renforcer davantage la coopération bilatérale en matière de défense. Celle avec la force aérienne émiratie est déjà relativement importante. Outre la participation indienne à l’exercice Desert Flag, rappelle India Today, ce sont des A330 MRTT émiratis qui assurent le ravitaillement en vol des Rafale au moment de leur transfert de France vers l’Inde.

Outre les Émirats arabes unis, New Delhi cherche aussi à approfondir ses liens militaires avec Riyad, en particulier dans le domaine naval. Ainsi, l’Indian Navy et la marine saoudienne vont organiser leur premier exercice conjoint, appelé ‘Al Mohed Al Hindi’.

À cette fin, et après avoir pris part aux manœuvres ‘Zayed Talwar’ organisées par la marine émiratie [voir photo ci-dessus], le ‘destroyer’ indien INS Kochi est arrivé à Al-Jubayl [Arabie Saoudite].

Les objectifs d’Al Mohed Al Hindi n’ont pas été précisés, si ce n’est indiqué la Saudi Gazette, qu’il ‘comprend un certain nombre d’exercices à terre et en mer entre les deux marines amies’. Et d’estimer que ces manœuvres ‘annoncent un nouveau chapitre dans les relations bilatérales de défense’ entre l’Inde et l’Arabie Saoudite.

Pour rappel, mis en service en 2015, l’INS Kochi est le second navire de la classe Kolkata. Affichant un déplacement de 7’400 tonnes pour une longueur de 163 mètres, ce ‘destroyer lance-missiles furtif’ de conception locale est notamment armé d’un canon Oto-Melara Compact SR de 76 mm, de quatre systèmes de défense anti-missile AK-630, de 16 cellules pour missiles de croisière supersoniques BrahMos, de 32 cellules pour missiles surface-air Barak 8 et de tubes lance-torpilles de 533 mm.

Selon le journal ‘ Times of India « , ces manœuvres avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pourraient faciliter la commande par ces deux pays de missiles BrahMos ainsi que celle de missiles de défense aérienne Akash. En outre, poursuit-il, Riyad et Abu Dhabi seraient intéressées par des ‘co-entreprises d’armement’ en Inde.

Source : Opex.360

 

Mots clés