Sep 06, 2021 18:12 UTC
  • Afghanistan: la province du Panjshir visée par des drones pakistanais

Des positions de la résistance populaire anti-talibans dans la province afghane du Panjshir sont ciblées par des drones pakistanais.

Deux sources proches des forces de résistance dans la province du Panjshir ont déclaré que lors de la récente bataille dans la province du Panjshir, les forces spéciales pakistanaises, connaissant bien la situation géographique de la province et disposant d'une carte de la région, ont effectué des frappes aériennes sur les bastions des forces populaires anti-talibans.
 
Les attaques aux drones ont eu lieu alors que le chef du service de renseignement pakistanais, le lieutenant-général Faiz Hameed, s'est rendu samedi à la capitale afghan, Kaboul.
 
La voiture de Fahim Dashti, un porte-parole du Front de résistance afghane, et du général Wadud, un commandant du Panjshiri, a été prise pour cible par des drones pakistanais dans une zone sûre de la province. Tous deux ont été tués dans l'attaque.
 
La nouvelle de leur mort a été confirmée dans des tweets d'Ahmad Massoud et du général Bismillah Mohammadi, l'ancien ministre de la Défense afghan.
 
Les affrontements au Panjshir ont commencé il y a environ deux semaines entre les talibans, qui ont pris le contrôle de tout l'Afghanistan, et les forces du Front de résistance dirigé par Ahmad Massoud dans la province et se sont poursuivis jusqu'à ce jour.
 
À cet égard, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré que « l'Iran suit de près les développements en Afghanistan à différents niveaux. Le représentant spécial de l'Iran a été en contact avec diverses parties en Afghanistan ».
 
« Amir Abdullahian, le représentant spécial de l'Iran, a eu une conversation téléphonique avec Abdullah Abdullah. A l’initiative de l’Iran, un premier tour des pourparlers inclusifs en Afghanistan a eu lieu et nous étions prêts à en tenir un autre. La politique de principe de l'Iran est d'éviter le fratricide et de respecter les droits fondamentaux de l'Afghanistan afin de parvenir à une solution mutuellement avantageuse.
 
Le conflit du Panjshir n'a qu'une solution politique et son siège n'est en aucun cas acceptable selon les lois internationales et les droits de l’homme. Nous voulons arrêter le fratricide et condamner toute forme d'ingérence étrangère dans les affaires intérieures de l'Afghanistan. Nous ferons tout notre possible pour éviter qu'une erreur stratégique ne se produise car le peuple afghan s'est battu pour expulser les forces étrangères », a-t-il poursuivi.

 

Mots clés