Oct 26, 2021 19:39 UTC

Au sommaire :

1-Raïssi appelle l'Europe à résister !

Le président iranien Seyed Ebrahim Rayeesi a critiqué les États européens pour ne pas avoir honoré leurs engagements dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015, soulignant que l'UE doit résister à la pression et à l'unilatéralisme américains. La Finlande et l'Union européenne ne doivent pas céder aux pressions de l'unilatéralisme américain, a souligné le Dr Rayeesi lors d'une rencontre avec l'ambassadeur de Finlande à Téhéran lundi.

Le Dr Rayeesi a également souligné la nécessité pour l'Europe d'honorer ses engagements, et a ajouté : « Nous espérons voir l'expansion des relations Iran-Finlande à la veille du 90e anniversaire des relations entre les deux pays et pendant le mandat de l'ambassadeur de Finlande qui a présenté ses lettres de créance au président iranien. »

Pour sa part, l'ambassadeur de Finlande a déclaré que les deux pays ont toujours entretenu de bonnes relations. Le nouvel ambassadeur finlandais a également décrit l'Iran comme l'un des acteurs clés de la région. La Finlande a toujours eu de bons investissements en Iran et nous voulons revenir à ce niveau des relation maintenant », a déclaré l'ambassadeur finlandais, appelant à son souhait de travailler avec l'Iran pour résoudre les problèmes régionaux, notamment l'Afghanistan.

Par ailleurs, lors de sa rencontre avec le nouvel ambassadeur de Suisse à Téhéran, le président Rayeesi a indiqué que la Suisse a toujours joué un rôle positif dans le maintien et la promotion de la paix et a souhaité que dans ce nouveau chapitre qui s'ouvrira entre les deux pays, la Suisse peut maintenir son indépendance face aux politiques unilatérales exercées par les États-Unis.

Le nouvel ambassadeur suisse a également présenté ses lettres de créance au président Rayeesi, affirmant que l'Iran est un pays doté d'une civilisation ancienne et brillante. L'Iran et la Suisse entretiennent de bonnes relations politiques, culturelles, économiques et scientifiques depuis plus d'un siècle, a-t-il ajouté. Il a également exprimé l'espoir que le terrain soit favorable à la reprise des activités des entreprises suisses et de ses actionnaires économiques en Iran.

Lors de sa rencontre avec le nouvel ambassadeur de Belgique, le président Rayeesi a déclaré : « L'Iran est intéressé à étendre sa coopération dans les domaines économique et commercial avec la Belgique et l'Europe, mais ; a poursuivi le président iranien, nous ne devons pas laisser les étrangers influencer ces relations.

Il a déclaré que la République islamique d'Iran avait toujours honoré ses données, notant que "Cependant, les pays européens n'ont pas rempli leurs obligations en vertu du JCPOA".

Les États-Unis ont toujours cherché à imposer leur volonté oppressive au monde, mais les autres nations ne doivent pas céder à l'unilatéralisme américain à travers le monde, a ajouté Rayeesi.

L'ambassadeur de Belgique a pour sa part souligné la primauté des relations amicales entre les deux pays et a exprimé le souhait que les relations économiques entre Téhéran et Bruxelles connaissent un nouvel élan.

Dans des remarques pertinentes dimanche, Rayeesi a fustigé Washington et ces alliés européens pour avoir violé leurs engagements dans l'accord nucléaire, et a déclaré que la décision finale de sauver l'accord avec l'Occident n'incombait pas aux États-Unis.

"Nous restons fermement attachés à nos promesses, mais les Etats-Unis et les Européens traversent une crise dans le processus décisionnel", a déclaré Rayeesi, s'adressant à une délégation invitée à la 35e Conférence internationale sur l'unité islamique tenue à Téhéran en présence du leader de la révolution islamique, l'ayatollah SeyedAli Khamenei,

 

2-Russie/Allemagne: la crise ouverte

Facebook serait conscient de la présence grandissante de contenus haineux visant la communauté musulmane indienne, mais n'aurait pas déployé les moyens suffisants pour mettre fin à ces pratiques. Le rôle de Facebook dans la propagation en Inde d'images et propos haineux de nature à exacerber les conflits intercommunautaires a de nouveau été mis en avant ce week-end via la divulgation de documents internes par divers médias américains. 

Les 23 et 24 octobre, le Wall Street Journal, le New York Times et le Washington Post, entre autres, se sont concentrés sur la présence de Facebook en Inde, son plus gros marché avec 340 millions d'utilisateurs. Selon eux, le groupe de Mark Zuckerberg est bien conscient de la présence grandissante de contenus problématiques visant en particulier la communauté musulmane, mais n'a pas déployé les moyens suffisants pour entraver ce phénomène.

Cette attitude s'inscrit dans le sillage de ce que dénonce plus généralement la lanceuse d'alerte : Facebook connaît et étudie les problèmes, mais choisit, en bonne partie, de les ignorer ou de ne pas consacrer suffisamment de ressources pour les circonscrire. Un rapport des chercheurs de Facebook met en cause la politique du groupe

Un rapport des propres chercheurs de l'entreprise datant de juillet 2020 a démontré que la part de contenus incendiaires est montée en flèche à partir de décembre 2019 en Inde, raconte le Wall Street Journal. « Les rumeurs et appels à la violence se sont particulièrement propagés » sur WhatsApp en février 2020, quand des affrontements entre la majorité hindoue et la minorité musulmane ont fait plusieurs dizaines de morts, souligne le quotidien. 

Conscient de ces problèmes, le groupe a déployé des dizaines de chercheurs en Inde afin de discuter avec les utilisateurs locaux. Facebook avait aussi dès février 2019 créé un compte fictif, celui d'une femme de 21 ans dans le nord de l'Inde, pour mieux comprendre l'expérience des utilisateurs, rapportent plusieurs médias.

Sans aucune indication, le compte s'est rapidement retrouvé inondé de propagande en faveur du Premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi et de discours haineux envers les musulmans. « J’ai vu plus d'images de morts au cours des trois dernières semaines que j'en ai vu dans toute ma vie », a écrit le chercheur en charge de cette expérimentation selon le New York Times.

Une modération essentiellement centrée sur la langue anglaise Le groupe est « bien conscient qu'une politique de modération plus faible dans les pays non-anglophones rend la plateforme vulnérable aux abus de personnes mal intentionnées et de régimes autoritaires », affirme le Washington Post. Selon un document interne, la grande majorité du budget dédié à la lutte contre la désinformation est destinée aux Etats-Unis, même si ces derniers représentent moins de 10% des utilisateurs. 

En pleine polémique, le PDG de Facebook France dément la nocivité d'Instagram pour les adolescents Récupérés par la lanceuse d'alerte Frances Haugen, ces documents ont déjà alimenté plusieurs révélations sur l'impact de Facebook et de ses filiales WhatsApp et Instagram sur la polarisation intense de la vie politique aux Etats-Unis ou la santé psychologique de certaines adolescentes.

 

Source : RT France

 

3- Crise de l'énergie: le coup de fourré US

Douche froide des USA à l'UE : Les États-Unis ont mis en garde l'Union européenne sur l'impossibilité d'approvisionner le marché européen en gaz américain . Les États-Unis n'aideront pas l'Europe à surmonter la pénurie de gaz qu'elle traverse et à faire baisser les prix du gaz dans le bloc.

L'incapacité des États-Unis à approvisionner le marché gazier européen en GNL a été annoncée par Amos Hoxtin, conseiller principal du Département d'État américain pour la sécurité énergétique.

S'exprimant lors d'un briefing, Hostin a déclaré que les États-Unis fournissent de gros volumes de gaz liquéfié au marché mondial, à l'exception de celui de l'Europe.

Le diplomate américain a expliqué le manque d'approvisionnement américain en GNL spécifiquement sur le marché européen en justifiant que les autorités américaines ne pouvaient pas dire aux entreprises à qui et à quel prix vendre leur gaz. (...)

Le gouvernement américain ne peut pas demander à nos entreprises à qui vendre - a-t-il dit, soulignant que les entreprises américaines sont les plus gros exportateurs de GNL et fournissent donc une part importante du marché mondial du gaz liquéfié.

Selon l'Américain, les bons comptes font les bons amis, Ainsi, les États-Unis ont fait comprendre à l'Europe que le gaz promis par les Américains allait vers d'autres régions de la planète, aux meilleur offrants.

En général, les pays européens ne reçoivent aucune aide des États-Unis, il n'y a donc rien pour compenser la pénurie de carburant bleu dans les réserves de stockage souterrain, le "Gazprom" russe remplit toutes ses obligations au titre des contrats, mais n'aide pas les pays pour surmonter la crise énergétique en Europe.

Pendant ce temps, le même Hoxtin a "conseillé" à la Russie de fournir plus de gaz à l'Europe via l'Ukraine et via les gazoducs existants plutôt que d'attendre que le gazoduc Nord Stream 2 soit opérationnel.

Auparavant, certains pays européens accusaient la Russie d'avoir déclenché la crise énergétique en Europe et la hausse des prix du gaz et de fermer la vanne sur l'Europe

Moscou, à son tour, a prévenu, considérant ces accusations infondées, la Russie étant physiquement incapable de pomper plus de gaz, a honoré toutes ses obligations en la matière. Comme l'a dit Vladimir Poutine, la Russie est et sera un fournisseur de gaz fiable.

 

Source : Topwar

 

4-3ème Guerre mondiale: la Pologne avertit

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a mis en garde l'Union européenne contre l'incitation à ce qu'il a qualifié de "troisième guerre mondiale" en empêchant l'accès du pays aux fonds du bloc.

S'exprimant dans une interview au Financial Times publiée lundi, Morawiecki a menacé que son gouvernement "défendrait nos droits avec toutes les armes à notre disposition", suggérant que la Pologne pourrait faire échouer les plans ambitieux du bloc pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Son ton belliqueux intervient après que la Pologne a obtenu un répit dans sa dispute croissante avec le bloc au sujet de la décision unilatérale du pays de rejeter la primauté du droit de l'UE, sapant l'ordre juridique dans l'union des 27 nations. Alors que les dirigeants du bloc ont discuté du défi lors de leur sommet la semaine dernière, des poids lourds tels que l'Allemande Angela Merkel et le Français Emmanuel Macron ont appelé à la retenue.

L'UE réévalue l'agressivité avec laquelle aborder la crise de l'État de droit en Pologne après que Morawiecki a déclaré aux dirigeants que son gouvernement dissoudrait le mécanisme controversé de discipline des juges. Le Premier ministre a déclaré au journal que la législation pertinente sera présentée au plus tard à la fin de l'année.

Mais Morawiecki a également déclaré que la Commission européenne doit revenir sur sa décision de septembre de demander des amendes quotidiennes à la Pologne pour ne pas avoir mis en œuvre les décisions des tribunaux de première instance de l'UE concernant les changements dans les tribunaux. "Ce serait la chose la plus sage qu'ils puissent faire", a-t-il déclaré au journal. "Parce qu'alors nous ne nous parlons pas avec une arme sur la tempe."

Cette dispute est la dernière d'une longue bataille entre l'UE et le gouvernement nationaliste polonais à propos de changements dans le système judiciaire qui ont accru l'influence politique sur les tribunaux. L'inquiétude suscitée par le flou des poids et contrepoids dans le plus grand membre oriental de l'UE a entraîné un retard dans l'approbation de 36 milliards d'euros de fonds de l'UE destinés à la Pologne.

Donald Tusk, chef du principal parti d'opposition du pays et ancien président du Conseil européen, a déclaré que l'UE était « abasourdie » par la rhétorique de guerre de Morawiecki et que le bloc finirait par accorder à la Pologne l'accès aux fonds.

Source : luxtimes

 

5-Russie/Allemagne: la crise ouverte 

"Dissuasion" de Moscou: l'attaché militaire allemand convoqué au ministère russe de la Défense

Le ministère russe de la Défense a annoncé avoir convoqué l'attaché militaire allemand pour lui remettre une note relative aux propos de la ministre Annegret Kramp-Karrenbauer concernant la dissuasion nucléaire de la Russie.

L'attaché militaire allemand s'est vu remettre une note au ministère russe de la Défense suite aux déclarations de la ministre Annegret Kramp-Karrenbauer, sur la nécessité d’une politique de dissuasion envers la Russie à l’aide d’armes nucléaires, a annoncé ce lundi 25 octobre le ministère de la Défense.

"Aujourd'hui, l'attaché militaire auprès de l'ambassade d'Allemagne en Russie a été convoqué au département principal pour la coopération militaire du ministère russe de la Défense. Nous avons attiré son attention sur les propos de la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer portant sur la dissuasion nucléaire de la Russie et lui avons remis une note", a indiqué le ministère aux journalistes.

Selon le ministère, "de telles déclarations font monter la tension en Europe et ne contribuent pas à l'amélioration de la situation".

Le 21 octobre, Annegret Kramp-Karrenbauer s'est exprimée devant les journalistes en marge d'une rencontre des ministres de la Défense de l'Otan à Bruxelles.

À la question de savoir si l'Otan réfléchissait à des scénarios de dissuasion de la Russie dans les régions de la Baltique et de la mer Noire, y compris dans l'espace aérien à l’aide d’armes nucléaires, elle a noté que les pays occidentaux étaient prêts à avoir recours à "de tels moyens pour qu'ils aient un effet dissuasif à l'avance et que personne n’ait l'idée d’attaquer les partenaires de l'Otan".

Dans ce contexte, son homologue russe Sergueï Choïgou l’a ensuite mise en garde contre une telle prise de position en rappelant les leçons de l’Histoire. "Dans le contexte d’appels à la dissuasion militaire de la Russie, l'Otan rassemble conséquemment ses forces à nos frontières. Or, un ministre allemand de la Défense se doit de savoir par quoi des opérations semblables se sont terminées pour l'Allemagne et l'Europe."

Les relations entre la Russie et l'Otan sont actuellement au plus bas. Le 18 octobre, la Russie a annoncé la suspension des travaux de sa représentation permanente auprès de l'Otan après que l'Alliance a pris la décision de réduire à 10 personnes le personnel de celle-ci, y compris le personnel technique et administratif.

Source: Sputnik

 

Mots clés