Dec 27, 2021 18:45 UTC

Au sommaire : 1- Bagdad et Beyrouth

Des peintures murales de deux commandants martyrs iranien et irakien ont été érigées dans les capitales libanaise et irakienne, portant un message aux occupants américains, à l'approche du deuxième anniversaire de leur assassinat par une frappe de drone américain.

À l'approche du deuxième anniversaire de leur martyre, les peintures murales du lieutenant-général Qassem Soleimani, alors commandant de la force Qods du CGRI, et de son compagnon irakien Abou Mahdi al-Mohandes ont été installées sur la route menant à l'aéroport de la capitale libanaise.

Au même moment, un autre panneau d'affichage a été érigé sur la place Ferdows de Bagdad, intitulé "A partir de maintenant, ils ne seront plus en sécurité, nous ne les laisserons jamais rester".

Le général Soleimani et son compagnon de tranchée irakien Abou Mahdi al-Mohandes, ont été assassinés avec leurs compagnons lors d'une frappe de drone américain autorisée par le président américain de l'époque, Donald Trump, près de l'aéroport international de Bagdad, le 3 janvier 2020.

Les deux commandants étaient admirés par les pays musulmans pour avoir éliminé le groupe terroriste Daech, parrainé par les États-Unis dans la région, en particulier en Irak et en Syrie.

Source : Tasnim

 

2- Les États-Unis n’ont pas besoin de l’OTAN

Nous sommes habitués à évoquer les relations euro-américaines en termes de dépendance de l’Europe des États-Unis et de son incapacité d’avoir une autonomie stratégique. L’état de la discussion à ce sujet sur le Vieux Continent parle effectivement en faveur de cette version, les Européens craignent de perdre leur lien avec l’autre rive de l’Atlantique, même s’ils se plaignent de nombreuses actions américaines. Mais maintenant, il est plus intéressant de voir le problème de l’autre côté de l’océan.

L’Europe était le centre de la confrontation pendant la seconde moitié du XXe siècle, toute l’infrastructure militaro-politique et idéologique des relations atlantiques émanait de l’importance maximale de ce théâtre d’opérations. Après la fin de la Guerre froide, l’Europe a obtenu un autre rôle – servir de prototype de l’ordre mondial à l’époque de la mondialisation vainqueur. Les risques se sont nettement réduits, mais soudainement est apparue la possibilité de réaliser dans cette région du monde un idéal de la « fin de l’histoire », sans être limité par un cadre naturel de propagation d’un certain modèle sociopolitique. Pendant les deux étapes, le continent européen restait important pour les États-Unis, même si après la chute de l’URSS l’Amérique pouvait nettement réduire les dépenses pour la sécurité ici.

Mais une autre ère est arrivée ensuite. Les menaces, telles que Washington les voit, ne sont pas simplement parties d’Europe, elles se sont déplacées en Asie, ce qui a nécessité une restructuration profonde de la planification stratégique. Et l’incarnation du rêve libéral-démocratique a commencé à rencontrer des problèmes. Notamment dans le secteur de la sécurité. Quand la structure militaro-politique couvre un espace de plus en plus vaste pratiquement sans frais, c’est une chose. Mais quand des frais apparaissent et risquent même de devenir élevés, c’en est une autre. Et ils détournent de plus en plus l’attention des tâches prioritaires. Voici le dilemme aujourd’hui.

Source: reseauinternational.net

 

2- Poutine menace...

Poutine promet une réponse "toute différente" si l’OTAN refuse de garantir la sécurité russe

La Russie pourrait réagir de diverses manières à un éventuel refus de l’OTAN de lui présenter des garanties de sécurité, a déclaré Vladimir Poutine ce 26 décembre, expliquant que la réponse russe sera basée sur des propositions de spécialistes militaires. Toutefois, il espère atteindre des résultats positifs par voie diplomatique.

Si l’OTAN refuse de donner à la Russie des garanties de sécurité et continue de s’élargir à l’est, Moscou pourrait répondre de diverses manières, a déclaré le Président Poutine. Plus tôt, il avait qualifié l’éventuelle prolongation de l’élargissement de l’Alliance d’"inacceptable" en raison d’un risque accru pour la sécurité nationale du pays.

"Elle [la réponse de la Russie] pourrait être toute différente. Cela dépend des propositions qui me seront présentées par nos experts militaires", a fait savoir Vladimir Poutine, ce 26 décembre, sur le plateau de la chaîne de télévision russe Rossiya 1.

Lors d’une réunion avec l’armée tenue le 21 décembre, il avait évoqué la possibilité de réagir de manière ferme en appliquant "des mesures militaires et techniques adéquates de représailles" si l’Occident maintient sa ligne "très clairement agressive".

Parallèlement, le fait que la Russie ait proposé aux États-Unis et à l’OTAN de se mettre d’accord sur la mise en place de garanties sur la sécurité stratégique relève d’un processus diplomatique:

"Nous ne l’avons pas proposé pour bannir ou arrêter quelque chose […] mais pour obtenir un résultat diplomatique via des négociations", a-t-il précisé ce 26 décembre.

Et d’ajouter: "C’est justement l’objectif que nous allons essayer d’atteindre".

Cette déclaration survient sur fond d’attentes de négociations entre la Russie et l’OTAN, dont les relations se sont exacerbées ces dernières semaines. L’Occident accuse Moscou de renforcer sa présence militaire sur sa frontière avec l’Ukraine en vue d’une éventuelle invasion, et promet de s’élargir davantage. La Russie dément ces accusations et proteste contre ces projets de l’Alliance.

À quand des pourparlers?

Selon les informations relayées par l’agence de presse turque Anadolu, le sommet Russie-Otan pourrait se tenir le 12 janvier. Cette date aurait été définie par le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, cité par des sources de l’agence. Celles-ci ont également rapporté que des échanges avec la Russie sur ce sujet seraient en cours. Une réunion des chefs des états-majors des pays membres de l’OTAN serait prévue pour le jour même, précise l’agence.

La veille, Moscou a annoncé avoir reçu une invitation pour participer à un sommet Russie-Otan de la part de Bruxelles. Pour sa part, M. Stoltenberg avait fait preuve le 21 décembre de son intention d’organiser une telle réunion début 2022. Les États-Unis ont affiché leur disposition à prendre part à des négociations diplomatiques, selon les dires du conseiller de Joe Biden à la sécurité nationale Jake Sullivan.

Ce que la Russie veut de l’OTAN

Deux textes de mesures visant à arrêter l’escalade des tensions - le Traité entre les États-Unis et la Russie sur les garanties de sécurité et l’Accord sur les mesures pour assurer la sécurité de la Russie et des États membres de l'OTAN - ont été publiés le 17 décembre.

Ces documents proposés prévoient notamment d’arrêter l’élargissement de l'OTAN à l'est, y compris vers les anciennes républiques de l'Union soviétique, d’exclure l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance, de ne pas déployer de militaires ni d'armements supplémentaires en dehors des pays dans lesquels ils se trouvaient en mai 1997, avant l'adhésion des pays d'Europe de l'Est à l'Alliance.

Ils proposent en outre de ne pas installer de missiles de moyenne et courte portées dans la zone d’atteinte réciproque ou encore de ne pas déployer d'armements ni de forces dans les zones où ils seront qualifiés par l'autre partie de menace pour la sécurité nationale.

En réaction, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a rapporté que les États-Unis n’y avaient rien vu qui puisse dissiper les inquiétudes.

Rappel au respect d’une promesse

Lors de sa conférence de presse annuelle, Vladimir Poutine a rappelé l’engagement fait en 1990 auprès du Président de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, par le secrétaire d’État américain James Baker, de ne pas élargir l’OTAN à l’est.

Pointant du doigt un mensonge, le Président russe a rappelé que "cinq vagues d’élargissement" avaient eu lieu depuis et que des armes avaient été déployées en Roumanie et en Pologne. Dénonçant le rapprochement de l’OTAN vers les frontières russes, et non pas de la Russie vers les frontières otaniennes, M. Poutine a déclaré que c’est précisément l’Alliance qui se doit de garantir la sécurité de la Russie.

Néanmoins, Washington a refusé début décembre de présenter de telles garanties à Moscou, estimant ne pas avoir enfreint la moindre promesse donnée à la Russie.

Source: Sputnik

 

4- Ankara se battra pour l'Ukraine!

La Turquie a confirmé qu'elle était prête à se battre pour l'Ukraine contre la Russie.

Le ministère turc des Affaires étrangères rapporte qu'Ankara n'ignorera pas les relations étroites avec l'Ukraine, malgré une interaction active avec Moscou en cas de conflit armé entre les deux pays. Selon Mevlut Cavusoglu, dans le contexte de la forte probabilité d'un conflit entre la Russie et l'Ukraine ou l'OTAN, Ankara est prête à agir dans l'intérêt de l'Alliance et de Kiev, malgré "des relations globales avec Moscou".

 Des informations à ce sujet ont été annoncées dans un contexte d'émergence d'informations selon lesquelles la Turquie pourrait mener une opération militaire de l'OTAN dans le Donbass et dans une autre partie du territoire ukrainien en cas de conflit à grande échelle dans la région. Dans le même temps, la Turquie souligne qu'il existe actuellement une tentative de résoudre les problèmes existants dans la région à l'aide de mesures diplomatiques.

« Le conflit Russie-Ukraine et Russie-OTAN a atteint des proportions dangereuses. Le fait que nous ayons une relation globale avec la Russie ne signifie pas que nous ignorerons nos principes et nos relations étroites avec l'Ukraine. En résolvant des équations aussi complexes, nous faisons tout ce qui est nécessaire pour notre sécurité nationale. C'est un travail difficile, mais c'est à ça que sert la diplomatie. ", - rapporte le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

De telles menaces, bien que très voilées, suscitent de vives inquiétudes, d'autant plus que la Turquie, en tant que membre de l'OTAN, a également refusé de négocier des garanties de sécurité pour la Russie.

Source: avia-pro.net

 

5- Trump bientôt emprisonné? 

La commission d'enquête du Congrès, qui enquête sur l'attaque de l'année dernière contre les partisans de Trump, pourrait encourir jusqu'à 20 ans de prison s'il est prouvé que l'ancien président a empêché une enquête du Congrès sur l'attaque.

Le président américain pourrait théoriquement encourir jusqu'à 20 ans de prison si une enquête du Congrès sur l'attaque de l'an dernier contre le bâtiment du Congrès conclut que Trump a bloqué une enquête du Congrès sur l'attaque. Selon Hill, deux républicains et sept démocrates membres de la commission d'enquête examinent les attaques de Trump contre le Congrès le 6 janvier. Le site d'information du Congrès confirme que s'il est reconnu coupable, Trump pourrait encourir jusqu'à deux décennies de prison. Après que Donald Trump n'a pas réussi à garder secrets les documents confidentiels liés à l'attaque meurtrière du 6 janvier contre le Congrès, l'ancien chef de cabinet de la Maison Blanche, Mark Meadows, a été contraint de soumettre une déclaration PowerPoint décrivant le complot de coup d'État de Trump au comité de la Chambre des représentants des États-Unis à ce sujet et le dossier reste ouvert.

Plus tôt dans la journée, un tribunal fédéral a rejeté la demande de Trump de bloquer la publication de documents de la Maison Blanche sur l'attaque du 6 janvier contre le bâtiment du Congrès.

La commission d'enquête pense qu'il y a eu au moins une certaine coordination entre la Maison Blanche de Trump et les organisateurs de l'attaque meurtrière du 6 janvier contre le Congrès.

Le 6 janvier, le Congrès des États-Unis était occupé à compter les voix du Collège électoral pour approuver les résultats de l'élection présidentielle du 3 novembre.

Après que plusieurs législateurs américains ont protesté contre le vote en Arizona, Trump a appelé ses partisans à organiser des manifestations dites pacifiques.

Les partisans de Trump ont cependant attaqué le Congrès en grand nombre et, après des affrontements avec les forces de sécurité, ont fait irruption dans le bâtiment et ses différentes salles. Cinq personnes, dont un policier, ont été tuées dans l'attaque.

L'attaque des partisans de Trump contre le bâtiment du Congrès américain a marqué sa deuxième destitution du Congrès. Cependant, le procès de Trump au Sénat américain a rencontré l'opposition des républicains et a échoué.

Source: Alalam

 

Mots clés