Apr 15, 2022 18:20 UTC
  • La Russie capture les officiers de l'OTAN

Le naufrage du navire amiral russe Moskva dans une attaque aux circonstances peu claires continue de faire des vagues, la Russie ayant intensifié le feu ces dernières heures. Jusqu'où ira la riposte russe ?

La Russie a mené une frappe de grande envergure avec "Kalibr" sur les installations des forces armées ukrainiennes à Kiev, a rapporté l'agence de presse russe Avia.pro.

Les navires russes ont frappé un coup puissant sur les installations des forces ukrainiennes à Kiev avec des missiles de croisière tactiques Kalibr. On sait que le coup a été porté à l'atelier de production, où sont effectués les travaux liés à la réparation et à la restauration des systèmes de missiles anti-aériens et antinavires et des systèmes de missiles.

Apparemment, la frappe visait non seulement à détruire les installations militaires des forces armées ukrainiennes, mais aussi à infliger des dommages importants aux troupes ukrainiennes dans le cadre des actes de provocation dirigés contre les citoyens russes.  "Nous parlons des frappes des forces armées ukrainiennes sur la région de Briansk, à la suite desquelles au moins 8 civils ont été blessés et près d'une centaine de bâtiments résidentiels ont été endommagés", indique Avia.pro.

"Des missiles de croisière Kalibr ont été utilisés pour frapper une position à Kiev. Suite à une attaque de missiles sur l'usine de construction mécanique de Zhulian "Vizar", les ateliers de production et de réparation de systèmes de défense aérienne et de missiles antinavires ont été détruits. Le nombre et l'ampleur des frappes de missiles sur les cibles de Kiev vont être augmentés en réponse aux sabotages commis par les forces de Kiev sur le territoire russe", informe le ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

Les experts notent que malgré le fait que la flotte russe de la mer Noire ait perdu le navire amiral Moskva, la Russie dispose toutefois de suffisamment de ressources pour effectuer des frappes avec des armes de haute précision.

Cette situation intervient alors que sur le territoire ukrainien, des troupes de l'OTAN se sont faites prisonnières, lesquelles, selon les propos du chef de l'Alliance de l'Atlantique Nord, Jens Stolenberg, "ne participent pas aux hostilités aux côtés des forces armées ukrainiennes."

Le nombre exact de soldats de l'OTAN capturés n'a pas encore été précisé, mais à en juger par des données non officielles, on peut parler de dizaines de militaires actifs des pays de l'OTAN.

"Nous avons déjà des prisonniers parmi les militaires des pays de l'OTAN, nous montrerons tout cela lorsque nous mènerons des procès, et le monde entier verra ce qui s'est réellement passé", a déclaré Andrey Klimov, chef adjoint de la Commission Russie Unie.

Il est déjà connu que non seulement des mercenaires, des militants et des "volontaires", mais aussi des militaires actifs de pays tels que la Pologne, la Slovaquie, la Roumanie, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, les États-Unis, etc. peuvent se trouver en Ukraine.

Compte tenu de la déclaration officielle, il est logique de supposer qu'une partie des militaires de l'OTAN a révélé la présence directe d'un contingent militaire de l'OTAN en Ukraine.

Auparavant, il a été signalé qu'un général américain aurait été capturé en Ukraine, mais cette information n'a pas été confirmée par le ministère russe de la défense et a été démentie par la suite par la partie américaine. On ignore encore dans quelles circonstances les militaires étrangers ont été capturés.

Mots clés