May 23, 2022 15:53 UTC

Au sommaire : 1 - Le gaz iranien en Europe ?

La vice-ministre bulgare des Affaires étrangères, Mme Velislava Petrova, se trouve à Téhéran pour assister au troisième cycle de consultations Iran-Bulgarie. Elle a rencontré dimanche Mehdi Safari, le vice-ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique.

M. Safari s’est dit satisfait de la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays en 2021 et du développement de leurs coopérations dans le domaine énergétique.

Mme Petrova a également confirmé la tendance croissante des relations commerciales entre l’Iran et la Bulgarie et a déclaré que son pays était prêt à élargir son partenariat, compte tenu de la préoccupation grandissante de l’Europe quant à sa sécurité énergétique et alimentaire.

Selon elle, la tenue d’un nouveau cycle de la commission économique conjointe Iran-Bulgarie est une étape importante dans le développement des échanges commerciaux.

Notons que le montant des échanges entre l’Iran et la Bulgarie a atteint 185 millions de dollars en 2021, soit une augmentation de plus de 30 % par rapport à 2020.

Source : Fars News

2 - Marioupol : le massacre russe ?!

Le correspondant de Press TV s’est rendu pour la deuxième fois dans la ville quasi déserte de Marioupol en Ukraine pour couvrir le bilan des victimes du bombardement du théâtre de la Ville en mars dernier.

Le théâtre a été bombardé le 16 mars alors que 1 200 personnes s’y étaient réfugiées pour fuir l’opération militaire russe. Après l’attaque, le maire de Marioupol, Vadym Boychenko, l’a qualifiée de « génocide des Ukrainiens ».

Alors que l’Ukraine accuse la Russie d’être à l’origine d’un attentat, le ministère russe de la Défense a démenti avoir bombardé le théâtre, imputant l’explosion au régiment ultranationaliste ukrainien Azov, qui combat dans la ville aux côtés des forces ukrainiennes. Le nombre des tués varie entre 30 à plus de 600.

« Un ouvrier m’a emmené au sous-sol. Il n’a pas voulu parler devant la caméra, mais m’a dit que son équipe n’avait récupéré que trois corps. Il a regretté ne pas avoir pu opérer plus rapidement s’ils n’avaient pas reçu l’ordre d’enlever brique par brique en raison des rumeurs sur l’existence de centaines de personnes sous les décombres », rapporte le correspondant de Press TV en Ukraine, Johnny Miller.

« Certains témoins oculaires ont déclaré à la presse qu’il y avait 100 personnes à l’extérieur du théâtre, toutes tuées », a-t-il ajouté.

Johnny Miller a également interrogé un médecin de l’hôpital le plus proche qui travaillait au moment de l’explosion. « Peut-être que c’était une frappe aérienne, le théâtre a explosé, je ne peux pas le dire avec certitude… ce n’est pas clair », a déclaré le médecin.

« Si les ouvriers ont raison de dire qu’ils ont trouvé peu de corps sous les décombres, alors les Russes auraient-ils emporté des centaines de corps dans les quelques heures qui ont suivi l’explosion et la conquête de la ville avant le matin ? Peut-être. », a déclaré Miller.

Hormis la bataille sur le terrain, une guerre de propagande se joue entre les deux camps. La Russie cherche à justifier son opération alors que l’OTAN et l’Ukraine cherchent à faire passer la Russie pour coupable de crimes de guerre.

La question est que les bilans ont-ils été exagérés pour provoquer un plus grand tollé ? « Dans un monde honnête, une enquête indépendante serait menée pour déterminer ce qui s’est passé et le bilan des morts. Mais comme la guerre continue de faire rage, cela semble peu probable. Comme on dit, l’histoire est écrite par les gagnants », a déclaré Miller.

Après le bombardement du théâtre de Marioupol, des rapports ont indiqué que la plupart des personnes présentes sur les lieux avaient survécu à l’incident.

L’ancienne porte-parole du président ukrainien Volodymyr Zelensky, Iuliia Mendel, a posté sur Twitter après l’attaque que la majorité des personnes qui se cachaient dans le théâtre « étaient restées en vie ».

« L’abri anti-bombes du théâtre de Marioupol a survécu au brutal missile russe. Au moins, la majorité est restée en vie après les bombardements. Les gens sortent des décombres ».

— Iuliia Mendel (@IuliiaMendel) 17 mars 2022

Mais le 4 mai, Associated Press a publié une enquête avec des preuves faisant état de 600 morts dans la frappe aérienne.

La Russie a nié avoir bombardé le théâtre et le Kremlin a déclaré à plusieurs reprises que les forces russes n’avaient pas pris pour cible des civils depuis que le président russe Vladimir Poutine a annoncé « l’opération militaire spéciale », le 24 février.

Source : Press TV

3- La Pologne a livré 90 % de ses missiles à l’Ukraine 

Le média polonais Onet rapporte que le ministère polonais de la Défense a remis à l’Ukraine presque tous les missiles des avions de chasse MiG-29, ainsi que des pièces de rechange et des kits. Selon un certain nombre de données, pour sa propre armée de l’air, la Pologne ne dispose que d’environ 10 % des pièces de rechange et des munitions de celles qui se trouvent dans les entrepôts à la fin de 2021.

La Pologne souligne que le transfert des ensembles restants de pièces de rechange et de munitions n’est plus possible, car ils sont nécessaires pour les besoins propres de l’armée de l’air polonaise, qui est toujours armée de 28 chasseurs MiG-29, à condition que ces derniers n’aient pas encore été transférés en Ukraine.

"La Pologne a transféré à l’Ukraine la quasi-totalité de ses pièces de rechange et de ses armes pour les avions MiG-29. Grâce à cela, l’armée de l’air ukrainienne peut restaurer la capacité de combat des chasseurs qu’elle a chez elle, rapporte l’édition polonaise d’Onet.

Quels missiles et en quelle quantité spécifique ont été remis à l’armée de l’air ukrainienne ne sont pas précisés.

Selon un certain nombre de données, au moins 12 chasseurs MiG-29 sont toujours en service dans l’armée de l’air ukrainienne, mais ces avions de combat n’ont pas encore pu faire leurs preuves.

Source : Avia-pro

4- Nouvelle bio-arme après Covid-19?

La prédiction de Bill Gates selon laquelle le monde serait confronté à une épidémie inattendue de variole se réalise miraculeusement. Devrions-nous être surpris ?

Je sais que je ne le suis pas. Voici la citation à charge prononcée par Gates 6 mois avant que le premier cas ne soit enregistré.

« Il faudra probablement environ un milliard de dollars par an pour un groupe de travail sur les pandémies au niveau de l’OMS, qui se charge de la surveillance et de ce que j’appelle des “jeux de germes” où l’on s’exerce… On se dit : “OK, et si un bioterroriste apportait la variole dans 10 aéroports ? Vous savez, comment le monde réagirait-il à cela ?”

On ne peut que s’émerveiller devant l’extraordinaire pouvoir de perception de Bill Gates. Il est comme une sorte de devin logiciel capable de prédire l’avenir à partir des entrailles des animaux. C’est ça, ou bien il a une boule de cristal cachée quelque part dans les entrailles de son manoir du lac Washington ? Quoi qu’il en soit, c’est vraiment étonnant. En voici plus sur le World Socialist Web Site :

“Une épidémie sans précédent du virus de la variole du singe s’est officiellement étendue à 10 pays en dehors de l’Afrique, avec 107 cas confirmés ou suspects signalés à ce jour, au Royaume-Uni (9 cas), au Portugal (34), en Espagne (32), en France (1), en Belgique (2), en Suède (1), en Italie (3), au Canada (22), aux États-Unis (2) et en Australie (1).

On ignore encore beaucoup de choses sur la cause de cette épidémie, qui est la plus dispersée géographiquement et la plus rapide depuis la découverte du virus en 1958. Dans les jours et les semaines à venir, davantage de données et de compréhensions scientifiques émergeront, mais déjà une profonde inquiétude règne au sein de la communauté scientifique et du public, qui a trouvé une large expression sur les médias sociaux”.

Je répète : la plus “rapide propagation de l’épidémie de variole du singe depuis que le virus a été découvert en 1958”.

Je me demande si la partie “propagation rapide” a quelque chose à voir avec la façon dont les chercheurs ont modifié le gain de fonction de ces agents pathogènes uniques afin de les rendre plus contagieux et plus mortels. Est-ce ce qui se passe ? Nous ne le saurons probablement jamais.

Et est-il juste de se demander si la variole du singe n’est pas un autre virus généré en laboratoire, concocté dans les quelque 300 laboratoires secrets financés par le Pentagone et disséminés dans le monde entier, qui mènent actuellement une guerre massive contre l’humanité pour servir les ambitions d’élite milliardaire déterminée à réduire la population mondiale tout en imposant une surveillance stricte, digne d’un État policier, à chaque être sensible de la planète Terre ? Nous n’aurons probablement pas de réponse à cette question non plus.

Par souci d’équité, nous devons toutefois mentionner que des médias “réputés”, comme le magazine Newsweek, ont réfuté l’affirmation selon laquelle Gates aurait fait la prédiction à laquelle nous faisons allusion ci-dessus. Voici l’explication de Newsweek : “Si Gates a évoqué la possibilité d’attaques bioterroristes à la variole dans le passé, ses commentaires ont été tirés légèrement hors contexte et ne mentionnent pas la variole du singe”.

Source : Réseau international

5- La Russie réécrit la guerre hybride 

La guerre hybride se déroule principalement sur le champ de bataille économique/financier – et le cadran de douleur pour l’Occident collectif ne fera qu’augmenter.

L’Ukraine est en train de “gagner”, tel est le “récit” fictif imposé par l’OTAN.

Alors, pourquoi le marchand d’armes réaménagé en chef du Pentagone, Lloyd “Raytheon” Austin, a-t-il littéralement supplié depuis fin février que le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgu, réponde à ses appels téléphoniques, pour que son souhait soit finalement exaucé ?

C’est maintenant confirmé par une de mes meilleures sources. L’appel était une conséquence directe de la panique. Le gouvernement des États-Unis veut à tout prix faire échouer l’enquête russe détaillée – et l’accumulation de preuves – sur les laboratoires américains d’armes biologiques en Ukraine, comme je l’ai souligné dans une chronique précédente.

Cet appel téléphonique a eu lieu exactement après une déclaration officielle de la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU le 13 mai : nous utiliserons les articles 5 et 6 de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques pour enquêter sur les “expériences” biologiques du Pentagone en Ukraine.

Cette déclaration a été réitérée par le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé du désarmement, Thomas Markram, alors même que tous les ambassadeurs des pays membres de l’OTAN ont, comme on pouvait s’y attendre, nié l’existence des preuves recueillies en les qualifiant de “désinformations russes”.

Choïgu a vu venir l’appel depuis des lustres. Reuters, qui s’est contenté de citer le proverbial “officiel du Pentagone”, a affirmé que l’appel, qui aurait duré une heure, n’aurait mené à rien. Cela n’a pas de sens. Austin, selon les Américains, a demandé un “cessez-le-feu”, ce qui a dû provoquer un sourire de chat sibérien sur le visage de Choïgu.

Choïgu sait exactement de quel côté le vent souffle sur le terrain – pour les forces armées ukrainiennes comme pour les UkroNazis. Il ne s’agit pas seulement de la débâcle d’Azovstal – et de l’effondrement général de l’armée de Kiev.

Après la chute de Popasna – le bastion ukrainien le plus crucial et le plus fortifié du Donbass – les Russes et les forces de Donetsk/Lougansk ont ouvert des brèches dans les défenses le long de quatre vecteurs différents : nord, nord-ouest, ouest et sud. Ce qui reste du front ukrainien s’effrite – rapidement, avec un énorme chaudron subdivisé en un labyrinthe de mini-chaudrons : un désastre militaire que le gouvernement américain ne peut absolument pas éviter.

Maintenant, en parallèle, nous pouvons également nous attendre à une exposition complète – en surrégime – du racket des armes biologiques du Pentagone. La seule “offre que vous ne pouvez pas refuser” qui reste au gouvernement américain serait de présenter quelque chose de tangible aux Russes pour éviter une enquête complète.

Cela n’arrivera pas. Moscou sait parfaitement que rendre public un travail illégal sur des armes biologiques interdites est une menace existentielle pour l’État profond américain. Surtout lorsque les documents saisis par les Russes montrent que Big Pharma – via Pfizer, Moderna, Merck et Gilead – était impliqué dans plusieurs “expériences”. Exposer pleinement l’ensemble du labyrinthe, dès le début, était l’un des objectifs déclarés de Poutine.

Source : Réseau international

 

Mots clés