Jun 29, 2022 19:27 UTC
  • Caspienne: le super coup russe!

Dans un acte préventif avant que Bakou, avec qui les USA et la Turquie entretiennent des relations privilégiées sur le plan militaire, n’agisse dans le sens des intérêts de l’OTAN en faisant une percée atlantiste en Caspienne, la Russie prend les devants.

Cité par TASS News, le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré hier, mardi 28 juin, que les dirigeants des cinq États riverains de la mer Caspienne (Russie, Iran, Kazakhstan, Azerbaïdjan et Turkménistan) avaient convenu d'accélérer les travaux sur un accord visant à renforcer les mesures de confiance et la coopération militaire en mer Caspienne.

« Nous avons souligné l'importance de la coopération dans ce domaine. Il a été suggéré d'accélérer les travaux sur l'accord sur l'élaboration de mesures de confiance concernant les activités militaires des États riverains de la Caspienne », a affirmé Sergueï Lavrov.

Selon M. Lavrov, les parties ont insisté sans équivoque sur le principe de la Convention sur le statut de la mer Caspienne selon lequel toute présence militaire d’Etats non riverains de la mer Caspienne est exclue.

 

« Dans le cas de la navigation en général, y compris la navigation civile, il a été décidé qu'en vertu de la Convention sur le statut de la mer Caspienne, la navigation ici n'est possible que pour les navires portant le pavillon de chacun des États riverains de la Caspienne », a-t-il ajouté.

« Nous avons approuvé ce principe qui comprend également l'entrée en mer Caspienne et le départ de tout navire », a-t-il poursuivi.

Evoquant le sommet des Etats de la Caspienne tenu à Achgabat, la capitale du Turkménistan, le conseiller du Kremlin, Iouri Ochakov, a déclaré aux journalistes : « Moscou s'attend à ce que le sommet de la Caspienne confirme le caractère stratégique de la coopération multilatérale dans la région. »

De son côté, le ministre des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran, Hossein Amir-Abdollahian, a assisté à la réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats riverains de la mer Caspienne.

 « Nous soutenons la proposition de tenir la deuxième ‘’Conférence économique de la Caspienne’’ en Russie », a déclaré le plus haut diplomate iranien en appelant à prêter une attention particulière aux deux domaines du commerce et du transport en mer Caspienne, en tant que moteurs de la croissance, du développement et de la prospérité des Etats littoraux.
 

Ces propos interviennent alors que le président iranien Ebrahim Raïssi a mis en garde contre l'ingérence étrangère dans la région, affirmant que lors de sa visite à Achgabat, il discutera des moyens de contrer le problème avec les États riverains de la mer Caspienne.

« En plus du régime juridique de la mer Caspienne, tous les États riverains soulignent la coopération dans le domaine des transports, la gestion des ressources de la mer Caspienne et la prévention de la présence d'étrangers », a indiqué le président Raïssi.

Ayant quitté Téhéran dans la matinée de ce mercredi 29 pour la capitale turkmène où il a assisté au 6e sommet des chefs d'État des États riverains de la mer Caspienne, M. Raïssi s'est aussi entretenu avec son homologue russe en marge de l’évènement.

 

Mots clés