Jul 01, 2022 10:39 UTC
  • Ukraine/Syrie: l'erreur US de trop!

En 2016, les Yankees mettant en scène un scénario de guerre Daech/FDS ont réussi à faire occuper les régions pétrolifères de Deir ez-Zor par les Kurdes et depuis, le pillage se poursuit sans répit.

En 2022, c'est à peu près le même scénario qui est en train de se jouer dans le Nord-Est mais dans le sens opposé puisque les Kurdes vendus au Sultan Erdogan après le feu vert de ce dernier à l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN risquent de basculer définitivement dans le camp de Damas et inverser le jeu.

Des terroristes de Daech ont lancé une attaque contre une petite base militaire des FDS vendredi à l'aube, dans la banlieue de Hassaké, avant de s’emparer d'un dépôt d'armes.

 

 

Des cellules dormantes de Daech ont attaqué un poste militaire des FDS dans le village d'al-Bawardi, à l'est de la région d'al-Hol dans la périphérie nord de Hassaké, ont rapporté certaines sources d’information.

« Après avoir saisi les armes les terroristes ont quitté la zone », a-t-on appris des mêmes sources.

Un certain nombre de membres des FDS ont été blessés dans cette attaque où les daechistes avaient saisi un dépôt d'armes légères sur le site susmentionné.

 

Il s'agit de la première attaque de ce type menée par Daech dans les zones contrôlées par les FDS dans le but de confisquer des armes et des munitions. Daech a récemment augmenté le nombre de ses attaques contre de petites unités des FDS et de l'armée syrienne sous la forme d'une stratégie d'attaque-surprise. Depuis le début de l'année 2022, des attaques ont fait des dizaines de morts et de blessés parmi les éléments des FDS et des forces syriennes dans les faubourgs de Hassaké, Deir ez-Zor, Raqqa et le désert de Syrie.

 

La politique réussie du gouvernement d’Assad visant à restaurer l’intégrité territoriale du pays et à mettre un terme à la présence illégale des forces américaines et turques semble inquiéter de plus en plus l’axe USA/Turquie/Israël, car un basculement des Kurdes dans le camp des forces gouvernementales syriennes coûterait très cher aux occupants qui par un pillage systématique des ressources syriennes et une présence illégale cherche à nuire aux efforts du gouvernement syrien afin d’instaurer la sécurité et la stabilité à travers tout le pays.

Le représentant permanent de la Syrie auprès des Nations unies, Bassam Sabbagh, a regretté l'échec du Conseil de sécurité à condamner l'agression d'Israël en Syrie, en particulier contre l'aéroport international de Damas. Il a déclaré qu'Israël devait être contraint de cesser ses attaques contre son pays.

 

 

Sabbagh a également condamné les attaques militaires en cours d'Israël contre la Syrie, qui mettent en péril la sécurité dans la région. Il a déclaré que le gouvernement syrien avait réalisé des progrès significatifs au cours des derniers mois, démontrant sa volonté de soutenir la réconciliation nationale.

« La Syrie insiste toujours sur une solution politique basée sur le dialogue syro-syrien sans aucune ingérence étrangère et sur la nécessité du plein respect des lois dans ce domaine », a-t-il réaffirmé.

 

« Le décret d'amnistie du président Assad publié en avril a bénéficié à un grand nombre de détenus », a-t-il ajouté et a déclaré que les missions diplomatiques à l'étranger et le ministère des Affaires étrangères ont reçu des demandes à cet égard.

« Les institutions syriennes poursuivent leurs efforts pour renforcer l'architecture juridique », a-t-il indiqué, notant qu'un certain nombre de décrets et de lois importants ont été promulgués pour réglementer des domaines tels que la possession d'armes et de munitions, amender le code pénal et abolir la réclusion à perpétuité avec travaux forcés.

« Le gouvernement syrien s'est engagé à supprimer tous les obstacles au retour sûr, volontaire et digne des réfugiés dans leurs lieux d'origine », a souligné Sabbagh.

 

 

Il a exhorté les pays qui empêchent les réfugiés syriens de retourner dans leur patrie à mettre fin à ces pratiques, soulignant la nécessité de lever les mesures coercitives unilatérales imposées à Damas.

Citant la déclaration finale de la dix-huitième réunion d'Astana sur la Syrie, il a souligné l'importance de prendre de nouvelles mesures pour lutter contre le terrorisme et de refuser toute tentative de créer une nouvelle réalité sur le terrain par des initiatives autonomes dans le nord-est de la Syrie.

Il s'est félicité de la libération des détenus et des personnes enlevées en juin, exprimant sa gratitude pour le soutien de la Russie et de l'Iran à cet égard.

 

 

Le diplomate syrien a déclaré que son pays prenait ses propres décisions en fonction de sa propre volonté, ajoutant qu'il n'épargnerait aucun effort pour établir des relations constructives avec tous les pays du monde.

Mais quel est le contre scénario syro Résistance? Resserrer l'étau autour des alliés US....à savoir terroristes pro-Turquie, daechistes et autres mercenaires avant de porter le coup fatal.

L'armée syrienne et ses alliés au sein de la Résistance avaient déployé d'importants renforts dans la périphérie nord d'Alep, a-t-on appris du site web américain, South Front citant un rapport du 29 juin de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), antenne du MI-6 britannique.

 

« Les renforts comprenaient des dizaines de chars de combat, des obusiers et des mitrailleuses lourdes montées sur camion ainsi que des centaines de soldats », ajoute la même source.

« Les renforts sont arrivés dans la banlieue nord d'Alep juste avant minuit mardi 28 juin, et sont entrés en trois groupes. Chaque lot comprenait environ 14 véhicules militaires 4 × 4, des véhicules de transport de troupes et des centaines de soldats lourdement armés », précise South Front.

Les renforts ont été déployés à la base aérienne de Minaq, le long de la ligne de front avec la ville d'al-Bab occupée par la Turquie et le long de la ligne de front au sud de la zone d'Afrin occupée par la Turquie.

 

 

L'armée syrienne et ses alliés au sein de la Résistance ont déployé d'importants renforts dans la périphérie du nord d'Alep depuis fin mai pour dissuader l'armée turque et les terroristes qui lui sont affiliés qui se préparent actuellement à lancer une nouvelle opération en Syrie.

« La Turquie éliminera les terroristes des zones de Tal Rifaat et de Manbij lors d'une nouvelle opération dans le nord de la Syrie », a dit le mercredi 1er juin, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, nommant pour la première fois des cibles spécifiques dans une opération transfrontalière.

 

 

« Nous entrons dans une nouvelle phase de notre détermination à former une zone de sécurité profonde de 30 kilomètres le long de notre frontière Sud. Nous allons nettoyer Tal Rifaat et Manbij des terroristes et nous ferons de même dans d'autres régions étape par étape. étape », a-t-il déclaré aux législateurs de son parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP).

 

Un rapport récent du site web américain, al-Monitor a révélé que des groupes kurdes, pro-gouvernementaux avaient établi une salle d'opérations conjointes appelée "North Thunderbolt" dans la banlieue du nord d'Alep pour se coordonner contre l'armée turque et ses mercenaires.

La Russie a déjà averti la Turquie qu'elle pourrait se retrouver dans une confrontation avec l’armée syrienne et ses alliés si elle lançait une nouvelle opération militaire en Syrie.

Mots clés