Aug 08, 2022 18:10 UTC
  • Caspienne: l'OTAN prise de court?

En Caspienne le président azerbaïdjanais ami et allié de l’axe OTAN-Tel-Aviv travaille-t-il pour le compte de l’OTAN ?

Très probablement dans la mesure où Bakou surfant visiblement sur la vague de la guerre anti-russe en Ukraine multiplie les agissements au Caucase sud quitte à chercher les frontières naturelles des pays voisins dans le Haut-Karabakh à relier la très atlantiste Turquie à Nakhjavan via le corridor de Zangzur et de couper de facto la prolongation géographique Iran/Arménie et partant Iran/Europe.

Quant à la Caspienne où il organise en ce moment une compétition navale, son objectif semble consister à en faire sauter les verrous et à y introduire les Otaniens. Il y a quelques jours, l’armée azerbaïdjanaise a prétendu avoir occupé le mont Buzlug et hissé le drapeau azerbaïdjanais. Une situation issue d’un clash qui a duré quelques jours avec l’Arménie et qui n’a été calmée qu’après l’intervention russe. 

Ces agissements le président Aliev compte-t-il d’en refaire un remake en mer Caspienne avec l’appui des Otaniens ? Les coups de fil qui se multiplie depuis Washington en direction de Bakou en apportent la preuve. D’ailleurs, la compétition dite Sea Cup que Bakou vient d’organiser en Caspienne la Russie et l’Iran y ont été invités, mais aux côtés de certains pays de l’OTAN. 

Comment l’Iran compte-t-il réagir aux risques d’une otanisation de la Caspienne ? Début juillet l’exercice maritime de sécurité durable 1401 (2022) » a débuté, avec la participation de diverses unités de surface et aéroportées de la marine de l’armée, y compris des destroyers, des hélicoptères et des drones basés en mer et des systèmes de guerre électronique, ainsi que des unités de marine et de commando de la marine de l’armée.

Tenu pendant deux jours, l’exercice mettait l’accent sur des mesures précises de collecte de renseignements et sur l’application de dispositifs de brouillage radar ainsi que la mise en œuvre d’opérations de guérilla et d’anti-guérilla, la prise de contrôle des zones territoriales et le tir des unités participantes sur des cibles de surface et aériennes.

Et il semblerait que c’est sur cette piste que l’Iran compte étendre ses opérations anti-OTAN. Certaines sources font état depuis quelque temps d’une grande activité électronique dans le ciel azerbaïdjanais qu’on sait être ouvert non seulement à l’OTAN, mais encore aux drones israéliens. 

Avia.pro écrit : 

« Les premières applications des complexes de guerre électronique auraient été enregistrées le 3 août 2022 dans la Caspienne c’est-à-dire immédiatement au moment du premier incident enregistré à la frontière de l’Azerbaïdjan et de la République non reconnue d’Artsakh. À peu près à la même époque, il y aurait eu le transfert de matériel militaire iranien dans la région. Néanmoins, la plus grande activité des moyens EW (electronic warefare) est notée du côté de la mer Caspienne, ce qui a conduit à l’hypothèse que le travail des moyens EW est effectué depuis cette direction par les navires. »

La flotte iranienne contre-t-elle la militarisation de ce grand lac ? 

Mots clés