Aug 13, 2022 17:08 UTC
  •  The Guardien:

Les sanctions occidentales contre la Russie sont la politique la plus mal conçue et la plus contre-productive de l'histoire internationale récente. La guerre économique est inefficace contre le régime de Moscou et dévastatrice pour ses cibles involontaires.

Le journal britannique The Guardian a vivement critiqué les sanctions inefficaces de l’Occident contre la Russie et s’est adressé aux dirigeants européens en ces termes : « Poutine peut geler l'Europe cet hiver... La sanction de la Russie a été l'une des plus grandes erreurs de l'Europe. »

Simon Jenkins, auteur de l’article pour The Guardian a poursuivi que « la guerre en Ukraine a placé l'Europe dans une situation très difficile ».

 

« D'une part, les sanctions anti-russes n'ont pas été en mesure d'arrêter la machine de guerre russe au sixième mois de conflit en Ukraine, et l'Europe ne sait plus quoi faire pour gagner la guerre ; de l’autre, la poursuite des sanctions a gravement affecté l'économie du Continent Vert, et ces jours-ci, l'Europe, comme les Etats-Unis, connaît l'inflation la plus sévère de ces quatre dernières décennies », a-t-il indiqué.

Différentes villes d'Europe sont depuis longtemps le théâtre de manifestations et de grèves sur fond de crise économique. Pour ne citer qu'un exemple, samedi, les conducteurs de train en Angleterre ont lancé leur plus grande grève depuis des décennies, provoquant d'importantes perturbations dans les transports ferroviaires au Royaume-Uni.

L'Europe, bien sûr, est plus préoccupée par l'hiver à venir. Si la Russie coupe les robinets de gaz à l'Europe en hiver, l'Union européenne s'effondrera probablement.

 

« Le remplacement du gaz russe par l'Europe a déjà échoué, et le responsable de la politique étrangère de l'Union européenne a également déclaré que l'espoir que les importations d'énergie en provenance de Russie s'arrêteront du jour au lendemain ressemble plus à un miracle », indique le journal britannique.

The Guardian s’en prend ensuite violemment aux sanctions anti-russes de l’Europe et écrit : « Alors que les pays occidentaux prétendaient qu'en bombardant l'économie russe, ils ramèneraient ce pays à l'âge de pierre, mais maintenant, après environ six mois depuis le début de la guerre en Ukraine, l'impact négatif des sanctions occidentales sur ces pays devient de plus en plus évident...  Les sanctions occidentales contre la Russie sont la politique la plus mal conçue et la plus contre-productive de l'histoire internationale récente. L'aide militaire à l'Ukraine est justifiée, mais la guerre économique est inefficace contre le régime de Moscou et dévastatrice pour ses cibles involontaires. »

 

« Les prix mondiaux de l'énergie montent en flèche, l'inflation monte en flèche, les chaînes d'approvisionnement sont chaotiques et des millions de personnes sont privées d'essence, de céréales et d'engrais. La réalité des sanctions contre la Russie est qu'elles invitent à des représailles. Poutine est libre de geler l'Europe cet hiver. Il a réduit l'approvisionnement des principaux pipelines tels que Nord Stream 1 jusqu'à 80 %. Les prix mondiaux du pétrole ont grimpé en flèche et le flux de blé et d'autres denrées alimentaires de l'Europe de l'Est vers l'Afrique et l'Asie a été pratiquement suspendu », a écrit The Guardian.

« Critiquer les sanctions occidentales est proche de l'anathème. Les analystes de la défense sont muets sur le sujet. Les groupes de réflexion stratégiques sont silencieux. Les dirigeants putatifs britanniques, Liz Truss et Rishi Sunak, s'affrontent dans une rhétorique belliqueuse, promettant des sanctions toujours plus sévères sans un mot de plus. Pourtant, faites allusion au scepticisme sur le sujet et vous serez excoriés comme « pro-Poutine » et anti-Ukraine. Les sanctions sont le cri de guerre de la croisade occidentale », note le journal.

 

 

D’après l’auteur de l’article pour The Guardian, Simon Jenkins, les factures de gaz domestique de la Grande-Bretagne risquent de tripler en un an. Le principal bénéficiaire n'est autre que la Russie, dont les exportations d'énergie vers l'Asie ont explosé, entraînant sa balance des paiements dans un excédent sans précédent. Le rouble est l'une des devises les plus fortes du monde cette année, s'étant renforcé depuis janvier de près de 50 %.

« Les actifs de Moscou à l'étranger ont été gelés et ses oligarques ont déplacé leurs yachts, mais rien n'indique que Poutine s'en soucie. Il n'a pas d'électorat pour l'inquiéter », a-t-il ajouté.

Mots clés