Oct 05, 2022 18:43 UTC

Au sommaire : 1- L'ennemi double des États-Unis ? "Pour les États-Unis, la première crainte est l'alliance orientale du capital allemand, de la technologie allemande, combinée aux ressources naturelles russes et à la main-d'œuvre russe :

c'est la seule combinaison qui a effrayé les États-Unis pendant plus d'un siècle": ce sont les mots de George Friedman, le fondateur du centre d'analyse stratégique Stratfor, dans un discours qu'il a prononcé au Council on Foreign Relations le 4 février, dont nous publions ici la vidéo avec notre traduction intégrale (à partir de l'anglais parlé). Elle doit être diffusée avec toute l'attention requise, car elle mérite la plus large diffusion possible.

Friedman, qui est un juif né à Budapest en 1946, est un homme de l'" État profond " américano-militariste : professeur à l'US Army War College, chercheur à la National Defense University et à RAND (le porte-voix du système militaro-industriel), il exprime ici avec une franchise sans précédent la stratégie que Washington suivra pour maintenir sa domination mondiale. Dans cette stratégie, l'Europe est un simple pion, rien d'autre qu'un outil, dont Friedman parle avec un mépris infini. "L'arme utilisée sera la déstabilisation : en Ukraine, nous l'avons déjà fait en Afghanistan. Abandonnons toute ambition d'instaurer la démocratie ; une fois que nous aurons déstabilisé le pays, nous aurons fait notre travail... "Cela vaut la peine d'écouter Friedman. Et d'observer son sourire froid, ou son rictus, lorsqu'il expose son programme.

Voici ce que Friedman a dit en résumé :

- L'Europe n'existe pas.

- Seule l'intégration germano-russe peut nous menacer, nous ne la permettrons pas.

- C'est pourquoi nous soutenons Kiev.                                                                         

- L'armée de Kiev est notre armée, à tel point que nous donnons des médailles à leurs soldats.

- Nous plaçons des armes dans tous les pays d'Europe de l'Est, en profitant de leur russophobie.

- Bien sûr, nous agissons en dehors du cadre de l'OTAN.

- Notre objectif est d'établir un cordon sanitaire autour de la Russie.

- Nous pouvons envahir n'importe quel pays dans le monde, tandis qu'aucun pays ne peut nous envahir.

- Cependant, nous ne pouvons pas occuper l'Eurasie ; la tactique consiste à amener les pays à s'entre-déchirer.

Source : Reseauinternational.net

2- Révolte en Italie

Rome : Les Italiens brûlent leurs factures d'électricité pour protester contre la crise énergétique

À l'initiative de plusieurs syndicats, des manifestants se sont rassemblés à Rome le 3 octobre pour protester contre l'augmentation du coût de la vie, en particulier la flambée des prix de l'énergie. Une facture d'électricité représente 30% du salaire d'un ouvrier, d'un employé ou d'un employé Fabiola Bravi, membre du Syndicat de base (USB), a indiqué que les augmentations en question ont "triplé" pour les prix concernant "l'électricité, le gaz, le carburant et les denrées alimentaires". "Je décris une situation insoutenable, nous risquons l'effondrement", a-t-elle ajouté. "Une facture d'électricité représente 30% du salaire d'un ouvrier, d'un employé ou d'un salarié", a déclaré Pier Paolo Leonardi, président de l'USB. En Allemagne et en Autriche, d'autres manifestations ont éclaté contre la flambée des prix de l'énergie. En France également, un débat a eu lieu à l'Assemblée nationale sur les conséquences de la situation en Ukraine sur les prix de l'énergie. Les deux forces d'opposition LFI et RN ont critiqué la politique du gouvernement, s'inquiétant des conséquences économiques des sanctions sur l'énergie.

Source : RT France  

3- Où est "Belgorod"?

L'OTAN panique devant l'impossibilité de retrouver le sous-marin nucléaire russe Belgorod dans l'Arctique.

Un sous-marin russe a disparu des regards de l'OTAN dans les eaux arctiques.

Dans le cadre d'un avertissement lancé par les pays de l'OTAN à tous les navires de guerre et sous-marins en raison de l'entrée du sous-marin nucléaire russe "Belgorod" dans les eaux libres, on a appris que la panique observée au sein des pays de l'Alliance de l'Atlantique Nord était due au fait que, dans les eaux arctiques, le sous-marin russe aurait complètement échappé au regard des forces de renseignement.

Selon la publication italienne "La Repubblica", l'armement éventuel d'un sous-marin russe avec un véhicule sous-marin sans pilote équipé d'une ogive nucléaire d'une puissance estimée à environ 2 Mt, capable de détruire non seulement une ville côtière ou une base navale, mais aussi un pays entier, représente un danger extrêmement grave.

Si les rapports des médias occidentaux sur l'avancée du sous-marin russe dans les eaux arctiques sont confirmés, alors l'OTAN a effectivement perdu la capacité de surveiller l'activité du sous-marin, qui, en plus des armes standard sous forme de torpille nucléaire, transporte également un grand nombre de missiles de croisière, qui constituent une menace non moins grande vis-à-vis des adversaires russes. Il s'agit en particulier des missiles de croisière Calibre.

Le système océanique polyvalent Status-6 Poseidon ou Kanyon pour la CIA, est un projet russe d'arme sous-marine autonome à moteur alimenté par un réacteur nucléaire naval et qui serait capable de délivrer une tête thermonucléaire de 2 à 100 mégatonnes, nous dit Wikipédia.

La super torpille nucléaire Poseidon est capable de générer des tsunamis radioactifs 

Source: avia-pro.fr

4- Europe : le seul Etat résistant ?

Trois des quatre gazoducs qui acheminent le gaz naturel russe vers l'Europe étant hors service, la Hongrie est désormais le seul État membre de l'UE à recevoir encore du gaz russe, écrit Forbes Hongrie.

Il existe quatre gazoducs susceptibles de fournir du gaz naturel russe à l'Europe :

1. Nord Stream 1, d'une capacité de 55 milliards de mètres cubes par an ;

2. Nord Stream 2, d'une capacité identique de 55 milliards de mètres cubes (celui-ci n'est jamais devenu opérationnel après que le gouvernement allemand a refusé de l'approuver suite à la guerre en Ukraine).

3. Yamal Europe, le plus long gazoduc (4107 kilomètres) fournit du gaz de la péninsule de Yamal en Sibérie occidentale à l'Allemagne et a une capacité de 33 milliards de mètres cubes. Les livraisons ont été arrêtées par la Russie en mai.

4. Turk Stream, qui transporte le gaz de la Russie sous la mer Noire et à travers les Balkans, a une capacité de 31,5 milliards de mètres cubes et est le seul gazoduc encore en service. Il aboutit en Hongrie, ce qui signifie que ce pays est actuellement le seul État membre de l'UE à recevoir encore du gaz naturel russe.

En raison des revenus considérables qu'elle tire de la flambée des prix du gaz et de la réduction massive des autres échanges avec l'Europe, la Russie n'a aucun intérêt à fermer complètement ces gazoducs.

Bien que la Hongrie reçoive toujours du gaz, son prix est lié aux prix du marché, de sorte que le pays est fortement opposé à toute nouvelle sanction contre la Russie.

En début de semaine, le Premier ministre Viktor Orbán a annoncé une consultation nationale sur les sanctions de l'UE contre la Russie, demandant aux citoyens s'ils sont pour ou contre les sanctions.

Le gouvernement hongrois s'est fermement opposé à bon nombre des sanctions imposées à la Russie, estimant qu'elles nuisent davantage aux Européens qu'aux Russes.

La semaine dernière, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a appelé à la fin des sanctions russes d'ici la fin de l'année afin de juguler l'inflation, de réduire de moitié les prix des denrées alimentaires et de maîtriser la flambée des coûts énergétiques.

Source : Remix News via Aube Digitale

Partager Cet Article

E-mail

Tweet

Like

Mots clés