Oct 22, 2019 16:09 UTC

Au sommaire :

1-Une chute considérable des prix du pétrole, affectera-t-elle l’économie russe ?

Une chute vertigineuse des prix du pétrole ne peut pas menacer l’économie russe, selon son premier vice-Premier ministre, Anton Silouanov qui a indiqué sur CNBC que si cela arrivait, ce ne serait pas un choc pour le budget russe pendant les trois premières années.

La Russie pourra résister à une chute des prix du pétrole grâce aux réserves d’or du pays, selon Silouanov. Il a reconnu que des prix bas de l’or noir affectaient le développement de l’économie russe.

« Ainsi, notre tâche est de réduire notre dépendance vis-à-vis des prix internationaux de l’énergie.

C’est pourquoi le budget est basé sur des règles budgétaires qui définissent les prix du pétrole à 42 dollars le baril et, quel que soit le problème, nous aurons les moyens de respecter nos engagements, car nous avons accumulé de grandes réserves d’or, plus de 7 % du PIB », a affirmé Anton Silouanov sur CNBC.

Le ministre a noté que même une chute des prix du pétrole à 30 ou 20 dollars le baril ne serait pas un choc pour le budget russe pendant les trois premières années.

Néanmoins, la Russie est intéressée par des prix stables et prévisibles du pétrole, a tenu à souligner le responsable russe.

Auparavant, il a déclaré qu’il était possible qu’en 2020 la Russie renonce à emprunter à l’international en dollar. Il a indiqué que le gouvernement se penchait actuellement sur des devises telles que l’euro et le yuan.

 

Source : Sputnik

 

2-Armements : le char allemand Leoprad boudé

Les opérations turques dans le nord de la Syrie ont suscité des débats sur la qualité des chars Leopard 2.

Le Leopard 2 est largement considéré comme l’un des meilleurs chars au monde, mais les Turcs semblent les perdre sur-le-champ de bataille à un rythme alarmant :

Hier, un autre Leopard 2 a été cible d’un missile antichar et les forces kurdes ont publié des images de l’incident sur YouTube.

D’après le blog russe BMPD, le Leopard 2 souffre d’une erreur fatale dans sa construction, car « les munitions sont stockées dans les parties latérales légèrement blindées du char. Cela transforme fondamentalement le Leopard 2 en une “bombe sur les chenilles”.

Mais les complications ne s’arrêtent pas là. Selon la source “les chars turcs sont du modèle Leopard 2A4, une version non optimisée et partant inadéquate a la guerre asymétrique. Essentiellement, ils sont destinés à une bataille frontale avec l’ennemi, leur blindage se trouvant donc principalement à l’avant”.

Et la source d’ajouter :

“Les modèles 2A5, 2A6 et 2A7 suivants offrent une meilleure protection dans un environnement de contre-insurrection où les menaces telles que les EEI et les mines prédominent. Cependant, l’Allemagne a refusé de moderniser les chars turcs en raison de désaccords politiques.”

Sébastien Roblin a fait une belle analyse des devoirs de la Turquie avec le Leopard 2 en Syrie dans The National Interest :

Ce dernier suggère qu’il existe des raisons techniques aux problèmes du char, mais que les décisions tactiques y contribuent également :

Au lieu d’utiliser les chars aux côtés de l’infanterie, la Turquie les a retenus comme arme à feu de portée longue. Cela a isolé les Leopard 2 turcs sur des positions de faiblesse où leurs parties vulnérables étaient exposées aux tirs ennemis dans les embuscades, précise-t-il.

 

Source : Romeosquared.eu

 

3-Des hélicoptères russes arrivent sur une ancienne base américaine en Syrie

Des hélicoptères des forces aérospatiales russes se sont posés sur l’aérodrome militaire d’Al-Thawrah, qui abritait précédemment une base américaine, dans le gouvernorat syrien de Raqqa.

La protection du site, utilisé précédemment comme base militaire par les troupes américaines, est assurée par les militaires syriens et des détachements alliés de Damas.

En 2014, en pleine guerre en Syrie, les terroristes avaient placé l’aérodrome sous leur contrôle.

Durant l’été 2017, il a été repris à Daech par les unités des Forces démocratiques syriennes (FDS) anti-Damas et proaméricaines.

Pendant plus de deux ans, la ville de Tabqa et le reste du gouvernorat ont été contrôlés par les FDS et une base militaire américaine a été installée sur l’aérodrome.

Selon un officier syrien, les terroristes ont détruit la piste d’atterrissage et les Américains n’ont rien restauré.

À l’heure actuelle, les militaires syriens s’occupent du déblayage des gravats et de l’évacuation des restes des matériels de guerre endommagés.

 

Source : Sputnik

 

Mots clés

commentaires