Nov 13, 2019 16:12 UTC
  • L'arme russe qui désarme le Pentagone?

Le système de défense antiaérienne S-500 pourra neutraliser les menaces stratégiques les plus dangereuses des États-Unis, selon la défense russe.

Alors que des sources concordantes font part des tests du système de défense antiaérienne russe S-500 en Syrie, un haut responsable du ministère russe de la Défense a déclaré que le système était sur le point de production.

Selon le quotidien National Interest, un responsable de l’industrie de la défense russe a déclaré, en octobre, au quotidien Izvestia que le S-500 avait été testé en Syrie. Dans la foulée, Yury Borisov, vice-ministre russe de la Défense, a déclaré que le système S-500 serait sur la ligne de production. Les propos de Yury Borisov ont été confirmés par des responsables de haut rang de l’armée et de la défense russes qui réaffirment : « Ces systèmes de défense antiaérienne seront prêts à livrer d’ici 2027 alors que les premiers S-500 seront remis à l’armée en 2020 ».

Début octobre, la publication russe Izvestia a rapporté que l’armée russe avait testé le système S-500 en Syrie. Le ministère russe de la Défense a par la suite démenti ces affirmations, dans une déclaration publiée le 2 octobre, ajoutant qu’« il n’était pas nécessaire » de procéder à de nouveaux tests.

Le S-500 devance son prédécesseur S-400 du point de vue de vitesse et de puissance et il a une portée opérationnelle de 600 kilomètres. Les S-500 sont en mesure d’intercepter les missiles de croisière et les missiles intercontinentaux avec une vitesse qui dépasse cinq Mach.  

La compagnie russe Almaz-Antey, producteur de S-500, réaffirme que ce système est en mesure de prendre pour cible les satellites qui sont au-dessous de l’orbite de la Terre. « Le S-500 discréditera l’industrie militaire des États-Unis en neutralisant toutes les armes américaines et il contournera toutes les couches antiaériennes et de la défense balistique de ce pays », a déclaré Pawel Sosinow, un haut responsable de la compagnie russe.

Selon National Interest, « Les S-500 n’empêcheront pas l’armée russe d’utiliser les S-300 et les S-400 ».

Par ailleurs, un haut député du Parlement russe a récemment fait part du déploiement de puissants missiles d’Iskander, ayant la capacité de porter des ogives atomiques, dans la région de Kaliningrad qui constitue une forteresse de défense balistique pour la Russie.

Mots clés

commentaires