Dec 11, 2019 00:11 UTC

Au sommaire

1-Russie : Paris gagnerait à s’occuper de la situation des droits de l’homme des Français

Le ministère russe des Affaires étrangères a publié un communique ce lundi dans lequel il a appelé les autorités françaises à respecter les droits de l’homme et les libertés de ses citoyens français lors des rassemblements de « gilets jaunes » notamment.

Le ministère russe des Affaires étrangères a enjoint les autorités françaises à respecter les droits des Français plutôt que de faire la morale aux autres gouvernements.

 « Nous espérons que les responsables, à Paris, qui aiment tant critiquer la situation des droits de l’homme dans les pays du monde se souviendront enfin de leurs principales obligations en matière de respect des droits de l’homme et de la liberté des citoyens français », indique le communiqué.

Source : Sputnik

2-USA : la Russie, « État parrain du terrorisme » ?!

Les États-Unis pourraient désigner la Russie comme un État parrain du terrorisme. Il s’agit d’un nouveau niveau de détérioration des relations russo-américaines, un déclin sans précédent.

Le 11 décembre, la commission sénatoriale pour les relations étrangères en Amérique doit examiner un projet de loi qui pourrait potentiellement désigner la Russie comme « un État parrain du terrorisme ». Le projet de loi a été proposé par le sénateur républicain Cory Gardner le 11 avril 2019.

S’il est approuvé et mis en avant par le Comité sénatorial, la loi devra être votée au Sénat et à la Chambre des représentants. L’étape d’après sera alors la signature par le président US, Donald Trump.

Source : banquedesterritoires.fr

3-Ukraine : Poutine remporte une marche

Lors du sommet Normandie à Paris, les Présidents Macron et Poutine ont rappelé à Volodymyr Zelensky qu’il fallait se retourner pour une photo commune. Avant cette scène, M.Macron a empêché M.Zelensky, désorienté, de prendre la place de M.Poutine à la table ronde.

Emmanuel Macron a montré de la main à M.Zelensky que les journalistes se trouvaient derrière lui. Le dirigeant ukrainien n’a pas immédiatement compris ce que son hôte français attendait de lui. Le Président russe l’a alors invité à regarder les journalistes et M. Zelensky a souri aux reporters.

Au début de la réunion, M.Zelensky, qui avait l’air plutôt désorienté, a failli prendre la place de Vladimir Poutine à la table ronde installée dans le salon Murat et Emmanuel Macron l’a aidé à retrouver son siège.

Les chefs d’État français, ukrainien, russe et la chancelière allemande se sont réunis lundi 9 décembre au palais de l’Élysée pour une rencontre sur l’Ukraine et une série d’entretiens bilatéraux. Il y a eu là la première rencontre officielle entre Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine.

En dépit de plusieurs années de tentatives américano-européennes pour empêcher la normalisation des relations russo-ukrainiennes, les deux dirigeants de la Russie et de l’Ukraine viennent de se rencontrer. Cette rencontre signifie une grande victoire pour Poutine et pour la Russie qui a annexé la Crimée en 2014.

En effet, le 18 mars 2014, à la suite d’un référendum tenu le 16 mars, le gouvernement russe annonce que la république de Crimée (correspondant à l’ancienne république autonome de Crimée) et la ville de Sébastopol, anciennement ukrainiennes, deviennent deux nouveaux sujets de la Fédération de Russie et le gouvernement ukrainien commence alors à retirer ses troupes de Crimée.

Dans la foulée, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays ont dénoncé la Russie, l’accusant de violer le droit international et la souveraineté de l’Ukraine. L’Assemblée générale de l’ONU a adopté le 27 mars 2014, une résolution non contraignante qui dénonce le référendum en Crimée et le rattachement de cette péninsule à la Russie. Or, 58 pays se sont abstenus de voter et une vingtaine n’ont pas pris part au vote.

Mots clés

commentaires