Mar 16, 2020 16:42 UTC
  • Biden :

USA: «Je suis sioniste. Il n’est pas nécessaire d’être juif pour être sioniste», lâche Joe Biden

«Je suis sioniste. Il n’est pas nécessaire d’être juif pour être sioniste », a déclaré le candidat présidentiel démocrate actuel, Joe Biden, en avril 2007, peu de temps avant qu’il ne soit choisi comme colistier de Barack Obama aux élections de 2008. Le journaliste du Memo, Ramzy Baroud, décortique les étapes de l’ascension de Joe Biden.

«Biden a bien sûr raison, car le sionisme est un mouvement politique qui est enraciné dans le nationalisme et le fascisme du XXe siècle. Son utilisation des dogmes religieux est motivée par l’opportunisme politique, et non par la spiritualité ou la foi».

Contrairement au président américain, Donald Trump ou Bernie Sanders, le seul adversaire sérieux de Biden aux primaires démocrates, la position de Biden sur «Israël» est rarement examinée.

Trump a fait de son soutien à «Israël» la pierre angulaire de son programme de politique étrangère depuis son inauguration à la Maison Blanche en janvier 2017. Le président américain s’est essentiellement transformé en génie politique d’«Israël», accordant à «Tel Aviv» tous ses vœux au mépris du droit international.

Sanders, d’autre part, est venu pour représenter l’antithèse du soutien aveugle et téméraire de Trump à «Israël». Lui-même juif, Sanders a promis de rendre au peuple palestinien ses droits et sa dignité, et de jouer un rôle plus équitable, mettant ainsi fin à des décennies de soutien inconditionnel et de parti pris américain en faveur de l’entité sioniste.

Mais où Biden joue-t-il un rôle dans tout cela?

Vous trouverez ci-dessous un bref examen du bilan de Biden sur la Palestine et «Israël» ces dernières années, dans l’espoir que cela donne au lecteur un aperçu d’un homme que de nombreux démocrates considèrent comme l’alternative rationnelle aux déséquilibres politiques et à l’extrémisme de l’administration Trump.

Août 1984: les Palestiniens et les Arabes sont à blâmer

L’héritage pro-israélien de Biden a commencé bien avant son passage en tant que vice-président ou candidat à la présidentielle.

Lorsque Biden n’était qu’un sénateur du Delaware, il a pris la parole lors de la conférence annuelle de 1984 «Herut Sionists of America». «Herut» est le précurseur du «Likoud», le parti de droite israélien.

Dans son discours devant la foule sioniste pro-israélienne jubilante de droite, Biden a tourné en dérision l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et les gouvernements arabes, pour avoir soi-disant «fait dérailler la paix au Moyen-Orient».

Biden a parlé de «trois mythes (qui) propulsent la politique américaine au Moyen-Orient» qui, selon le sénateur américain, sont: «la croyance que l’Arabie saoudite peut être un intermédiaire pour la paix, la croyance que le roi Hussein prêt à négocier la paix et la conviction que l’Organisation de libération de la Palestine peut parvenir à un consensus pour la paix.»

Avril 2007: «Je suis sioniste»

Le temps n’a fait que cimenter les convictions pro-israéliennes de Biden, conduisant à sa déclaration en avril 2007 selon laquelle il n’est pas un simple partisan d’«Israël» – comme cela est devenu la norme parmi les politiciens américains – mais est lui-même sioniste.

Dans une interview avec «Shalom TV», et malgré son insistance sur le fait qu’il n’a pas besoin d’être juif pour être sioniste, Biden a travaillé pour établir des liens avec «l’État juif», révélant que son fils était marié à une femme juive et qu’il «avait participé à une Pâque Seder chez eux», selon le journal israélien «Ynet News».

Mars 2013: «Qualitative Edge»

Cet engagement envers «Israël» s’est mieux articulé lorsque Biden a assumé de plus grandes responsabilités politiques en tant que vice-président américain sous l’administration Obama.

Lors d’une conférence chargée de l’AIPAC en mars 2013, Biden a développé ses convictions idéologiques sionistes et l’engagement de son président envers «l’État juif d’Israël». Il a dit: «C’est à cette table que j’ai appris que la seule façon de garantir que cela ne se reproduirait plus était la création et l’existence d’un État juif d’Israël sûr. Je me souviens que mon père, un chrétien, était déconcerté par le débat qui a eu lieu à la fin de la Seconde Guerre mondiale... que tout pays pourrait s’opposer à la fondation d’Israël sur les ruines de la patrie palestinienne».

«C’est pourquoi nous avons travaillé si dur pour nous assurer qu’Israël conserve son avantage qualitatif au milieu de la Grande Récession. J’ai servi avec huit présidents des États-Unis d’Amérique, et je peux vous assurer, sans équivoque, qu’aucun président n’a fait autant pour sécuriser physiquement l’État d’Israël que le président Barack Obama».

Décembre 2014: «Obligation morale»

Dans l’un des discours les plus farouchement pro-israéliens jamais prononcés par un haut fonctionnaire américain, Biden a déclaré au Saban Forum annuel à la Brookings Institution à Washington le 6 décembre 2014: «S’il n’y avait pas d’Israël, nous aurions en inventer un».

Dans son discours, Biden a ajouté une nouvelle composante à la compréhension américaine de sa relation avec «Israël», qui va au-delà de l’opportunisme politique ou des relations idéologiques; un engagement fondé sur «l’obligation morale».

Biden a déclaré: «Nous parlons toujours d’Israël de ce point de vue, comme si nous leur rendions service. Nous respectons une obligation morale. Mais c’est bien plus qu’une obligation morale. Il est extrêmement dans l’intérêt des États-Unis d’Amérique d’avoir un ami sûr et démocratique, un partenaire stratégique comme Israël. Ce n’est pas une faveur. C’est une obligation, mais aussi une nécessité stratégique».

Avril 2015: «J’aime Israël»

«Je m’appelle Joe Biden, et tout le monde sait que j’aime Israël», Biden a commencé son discours lors de la 67e célébration annuelle de la soi-disant «fête de l’indépendance israélienne» à al-Qods occupée (Jérusalem) en avril 2015.

«Parfois, nous nous rendons fous», a déclaré le vice-président américain en référence aux désaccords entre «Israël» et les États-Unis concernant le Premier ministre israélien, le refus de Benjamin Netanyahu d’arrêter la construction de colonies juives illégales.

«Mais nous nous aimons», a-t-il ajouté. Et nous nous protégeons mutuellement. Comme beaucoup d’entre vous m’ont entendu le dire auparavant, s’il n’y avait pas d’Israël, l’Amérique devrait en inventer un. Nous devons en inventer un parce que… vous protégez nos intérêts comme nous protégeons les vôtres».

Juillet 2019: «l’ambassade américaine reste à Jérusalem»

En réponse à une question du site d’informations «AXIOS», qui a été présentée aux différents candidats du parti démocrate, sur la question de savoir si un président démocrate relogerait l’ambassade américaine à «Tel Aviv», la campagne Biden a répondu: «Le vice-président Biden ne reconduirait pas l’ambassade américaine à Tel Aviv.

Octobre 2019: soutien inconditionnel à «Israël»

Dans une interview accordée au «Wall Street Journal» le 31 octobre 2019, on a demandé à Biden s’il était d’accord avec la position adoptée par son adversaire plus progressiste, Bernie Sanders, concernant le soutien financier américain à «Israël» et à la colonisation sioniste.

Sanders avait déclaré que «s’il était élu président, il mobiliserait des milliards de dollars d’aide militaire américaine à Israël pour pousser Jérusalem à changer ses politiques envers les Palestiniens», a rapporté le site d’information «The Hill».

La réponse de Biden a été que «l’idée que nous allions tirer l’aide militaire d’Israël, à condition qu’ils modifient une politique spécifique, je trouve absolument scandaleux. Non, je ne le conditionnerais pas, et je pense que c’est une gigantesque erreur. Et j’espère que certains de mes candidats qui se présentent avec moi pour la nomination – j’espère qu’ils se sont mal exprimés ou qu’ils ont été sortis de leur contexte».

Mars 2020: «Au-dessus de la politique, au-delà de la politique»

Le discours enflammé de Biden devant le groupe de pression pro-israélien, l’AIPAC, lors de sa conférence annuelle en mars 2020, n’était que la continuation d’un long héritage fondé sur le soutien aveugle de son pays à «Israël».

Le discours de Biden sur «Israël» – un mélange de notions idéologiques confuses, d’idées religieuses et d’intérêts politiques – a abouti à un appel au «soutien américain à Israël au-dessus de la politique et au-delà de la politique».

«Les Israéliens se réveillent chaque matin face à une menace existentielle des roquettes de leurs voisins depuis Gaza, tout comme la semaine dernière. C’est pourquoi j’ai toujours insisté sur le fait qu’Israël devait être capable de se défendre. Ce n’est pas seulement critique pour la sécurité israélienne. Je pense que c’est essentiel pour la sécurité de l’Amérique», a-t-il estimé.

Source  : AlAhed 

Mots clés