Mar 26, 2020 11:39 UTC
  • Italie: la percée

Les USA sont en état de choc : l'arrivée des convois militaires russes en pleine Italie, pays transformé en une base nucléaire US grandeur nature, a littéralement choqué le monde atlantiste et avec à leur tête les Américains. 

Que les Italiens hissent décrochent le drapeau de l'US pour le remplacer celui de la Chine, cela est une chose mais qu'ils ouvrent les portes de leurs pays à une véritable base militaire russe spécialisée dans des guerres chimiques, microbiologiques, c'en est une autre.

Peu importe si avec déjà environ 5.500 décès sur les 60.000 cas confirmés, l’Italie a du mal à juguler la crise et avec tout le cri du cœur des autorités italiennes auprès de ces voisins d’Europe et de son allié US, aucun geste n’est fait en leur direction. Il ne fallait pas qu'elle appelle à la rescousse la Russie ou encore la Chine dont l'aide à Rome est toujours bloquée par la France, l'Allemagne et la Hongrie, tandis que la Pologne fait tout son possible pour obstruer le couloir établi par les forces aérospatiales russes vers l'Italie. Les avions de combat de l'OTAN ne sont pas non plus étrangers  à cet état de fats, multipliant, à l’instigation des Etats-Unis, les tentatives d'interception d'avions-cargos russes.

A peine quelques heures après l'arrivée des avions russes en Italie, celle-ci a été sommée d'envoyer en Crimée sa frégate lance-missiles "Virginio Fasan" équipée de missiles. Ce geste peu aimable s'ajoute au refus de l'Italie de lever les sanctions contre la Russie. Ceci étant, la Russie tout comme la Chine a bel et bien marqué une véritable percée en réussissant à faire parader ses convois militaires entre Rome et Bergame.

Pour la Russie, la crise connue sous le nom de la maladie pandémique de la Covid-19 est comme une guerre biologique et chimique. L'envoi de troupes russes spécialisées dans la lutte contre les NBCR (nucléaires, biologiques, chimiques et radiologiques) en Italie sous le commandement d'un major-général indique l'extrême importance que Moscou attache à ces menaces. Mais aussi le fait que la Russie tout comme la Chine sait parfaitement tourner les menaces en occasion. Car qui dit que les militaires russes n'étendaient pas leurs actions aux bombes nucléaires US, entassées en Italie dans l'objectif là aussi de les neutraliser. Le jeu que les USA ont bêtement commencé semble s'être tourné contre eux. 

En effet, le premier janvier,  Bloomberg annonçait que « Cinquante têtes nucléaires seraient prêtes à être transférées de la base turque d’İncirlik, en Anatolie, à la base Usaf d’Aviano, dans la région Friuli Venezia Giulia, car les USA douteraient de plus en plus de la fidélité à l’OTAN du président turc Erdogan ». La pseudo crise Turquie/Etats Unis autour des S-400 a bien servi les Américains pour qu'ils entreposent leurs ogives nucléaires en Europe. Mais paradoxalement la Covid-19 pourrait offrir à la Russie une contrepartie. D'où les agissements inquiets des Etats-Unis et leurs pressions sur l'Italie de répondre la bonté russe par la méfiance. Mais jusqu'où pourrait aller l'Amérique? Si comme le prédisent les analystes, l'épidémie perdure, les USA n'auront pas trop de chance face à l'axe sino-russe.  

Mots clés

commentaires