Apr 08, 2020 10:24 UTC
  • USA: l'armée vénézuélienne passe à l'acte

Il y a quelques jours, juste après l'annonce par le pétrolier Rosneft de la remise de ses actions au Venezuela à l'Etat russe, les Etats-Unis ont annoncé avoir mis la "tête" de Maduro, à prix, pour cause de ce qui leur sied mieux, à savoir le narcoterrorisme.

Puis les médias ont rapporté les agissements navals des Américains non loin des côtes vénézuéliennes. La civd-19 servant de couverture, une action militaire US visant la République bolivarienne, n'est d'ailleurs pas à écarter. Mais c'est sans compter la puissance de frappe du Venezuela. Mardi l'armée vénézuélienne a annoncé se tenir prête pour parer à toute éventualité et ce mercredi elle vient de faire sa première démonstration de force, alors que le président Maduro a placé l'année 2020 sous le signe des exercices militaires fréquents et imprévus. Des narcoterroristes colombiens à la solde US viennent d'être visés par l'armée vénézuelienne.

Deux paramilitaires colombiens identifiés comme alias "El Caracas" et alias "El Turro", qui selon l'armée vénézuélienne seraient les numéros un et deux de la cellule dite paramilitaire, ont été tués lundi 6 avril, lors d'un combat.

Les autorités vénézuéliennes ont tué deux membres du groupe paramilitaire colombien Los Rastrojos, à proximité du secteur de Boca de Grita, près de l'État frontalier de Táchira (ouest), a annoncé une force de sécurité répondant au nom de Freddy Bernal.

Environ 60 hommes des Forces armées nationales bolivariennes ont participé à l'opération contre le groupe criminel.

« Le 6 avril, il y a eu une confrontation avec des gangs paramilitaires de Los Rastrojos, qui a abouti à la libération de deux paramilitaires colombiens, surnommés El Carata et El Turro avec de nombreux casiers judiciaires en Colombie et au Venezuela », a déclaré Bernal.

Le responsable a précisé qu'ils avaient saisi deux fusils AR15, un revolver, un fusil de chasse, deux grenades fragmentaires, quatre radios, 1600 cartouches AR15, des uniformes et des sacs militaires colombiens, des fournitures, des tentes de campagne et une camionnette.

Le ministre vénézuélien de la Défense rejette la présence dans le pays de paramilitaires colombiens.

Le 6 mars, Bernal a indiqué avoir capturé 37 membres du groupe Los Rastrojos et saisi 650 kilos d'explosifs, matériel avec lequel ils pouvaient préparer jusqu'à 2 000 bombes artisanales.

L'inspecteur de Tachira a assuré qu'ils continueraient de faire face au para militarisme dans sur le territoire vénézuélien.

Parallèlement, le gouvernement vénézuélien a décrété un couvre-feu le 6 avril dans les municipalités de Simon Bolivar, San Antonio del Tachira et Pedro María Urena, de 16 h 00 à 10 h 00, heure locale, après l'arrestation de trois paramilitaires et d'un mercenaire présumé.

Le ministre de la Communication et de l'Information, Jorge Rodriguez, a expliqué que la capture a eu lieu lorsque les criminels présumés ont tenté de se faufiler dans les Vénézuéliens qui reviennent dans le pays par la frontière colombienne.

Mots clés

commentaires