May 31, 2020 12:45 UTC
  • A2/AD chinois: les USA, désarmés?

Entre les "Patriot" plantés en Syrie et en Irak et les THAAD que les Américains viennent de renforcer et de moderniser en Corée du Sud, il y a sans doute un lien : une Amérique qui veut intimider puisqu'elle n'est plus sûre de ses capacités militaires.

Aussi bien en Irak qu'au Yémen, la Résistance a apporté un total discrédit au fonctionnement des Patriot, en mer de Chine, cette infériorité militaire a poussé les Etats-Unis à retirer leurs B-52. Le 16 avril en effet, les cinq bombardiers stratégiques quittent l'île de Guam au bout de 16 ans de présence. 

De nouveaux missiles d'interception ont été transportés vers la base du système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) en Corée du Sud ce vendredi, a déclaré le ministère sud-coréen de la Défense, lors d'une opération surprise menée avant l'aube afin de contourner l'opposition des résidents locaux.

L'équipement de production d'énergie et d'autres éléments utilisés pour améliorer la qualité de vie des troupes stationnées là-bas ont été également acheminés vers la base située à Seongju, toujours selon le ministère.

L'USFK (le QG conjoint des forces armées US en Indopacifique) opère une batterie de six lanceurs THAAD dans le comté de Seongju, situé dans le sud-est du pays, depuis 2017. En raison de la forte contestation des résidents locaux, l'armée américaine avait utilisé le transport aérien pour déplacer les équipements.

Le transport de ce vendredi a cependant été réalisé par voie terrestre, car les chargements étaient trop lourds pour être transférés par voie aérienne. Ces chargements ont pour but de remplacer quelques "équipements décrépits pour garantir les performances, ainsi que d'assurer la santé et la sécurité des troupes coréennes et américaines stationnées là-bas". Mais cette nouvelle cargaison a-elle pour objectif de changer la donne militaire en faveur des USA? 

Les articles militaires transportés ce vendredi incluent des missiles d'interception, des générateurs et un équipement électronique pour la collection des données : « Les nouveaux missiles sont du même type que ceux opérés actuellement. Alors que la mission est de remplacer les produits périmés, le nombre de nouveaux missiles est exactement similaire au nombre de missiles qui sont sortis de la base». Militairement parlant, la somme du jeu est donc nulle, les Américains n'ayant rien à apporter de nouveau à la DCA anti-chinoise de Séoul. S'ajoutent à ceci la réticence des populations mais aussi les sanctions décidées par Pékin contre Séoul justement pour faire face au déploiement du THAAD . D'où cette remarque des officiels sud-coréens qui se lit comme un excuse: « A l'approche de cette opération, nous nous sommes expliqués auprès de la Chine à ce sujet et demandé sa compréhension».

Pékin estime que le déploiement du THAAD constitue une menace sérieuse pour l'intérêt sécuritaire de la Chine, mais Séoul et Washington ont souligné que le THAAD visait seulement à mieux surmonter "les menaces balistiques croissantes de la Corée du Nord". "Evidemment ce prétexte est bien loin d'être acceptable pour la Chine qui pas plus tard que fin avril, a prouvé qu'elle ne plaisantait pas avec les USA. Une tentative d'incursion dans les eaux territoriales chinoises s'est soldée par une spectaculaire interception. Le déploiement de THAAD en Corée du Sud n'est que le signe du bon fonctionnement du concept A2/AD chinois et l'incapacité US à le surmonter, estime un expert.

Mots clés

commentaires