Sep 22, 2020 20:45 UTC
  • Clash

Les USA ont-ils peur d'un ICBM iranienne en herbe? En effet, en mettant en orbite "Nour-1", l'Iran a prouvé son maîtrise de la même technologie employée pour guider les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) à travers ce moteur de lancement Qassed a bien fonctionné.

Or une telle technologie permettrait à l'Iran non seulement de viser Israël, et de prendre pour cible les bases militaires des États-Unis et de leurs alliés en Asie de l’Ouest mais encore d'aller au-delà des limites géographiques de la région, si une menace pesait sur sa sécurité.

C'est sans doute sur base de ces spéculations que les USA viennent d'annoncer le déploiement dans la péninsule arabique de leur unité de Force spatiale, créée fin décembre 2019". 

Cette Force a déjà envoyé une vingtaine soldats sur la base aérienne d'al-Udeid au Qatar. Elle est la sixième composante des forces armées américaines et le premier service militaire depuis la création de son armée de l'air en 1947. « Nous commençons à voir d’autres nations extrêmement agressives pour se préparer à étendre le conflit dans l’espace. Nous devons être capables de rivaliser, de défendre et protéger tous nos intérêts nationaux », a dit Todd Benson, commandant de la force spatiale basée à al-Udeid cité par Associated Press.

Lors de la cérémonie de prestation de serment à al-Udeid au début de ce mois, 20 aviateurs sont arrivés à la base de la force spatiale, avec des drapeaux américains et des satellites géants. Davantage de personnes sont censés rejoindre l'unité des «Principaux opérateurs spatiaux» qui géreront les satellites. La tâche de cette unité est d’observer les exercices militaires des autres pays et on s'en doute il s'agit de l'Iran. Mais les USA sauront-ils créer une base satellite en plein golfe Persique? Pas si sûr.

National Reconnaissance Office ou organe US chargée d'envoyer des satellites espion dans l'espace vient ces temps ci d'enregistrer l'un de ses plus gros revers. Le lanceur de satellite Delta IV Heavy qui a du lancer dans l'espace une satellite espion du nom de NROL-44 a raté lamentablement sa mission, fixée pour le 29 août.

Les images mettent en scène une fusée dont les moteurs cessent de fonctionner à peine 3 secondes avant le lancement. La société en charge du projet United Launch Alliance a mis en avant une "désactivation mystérieuse et de la dernière minute du système du contrôle de la pression", soit un problème technique qui s'inscrit dans la durée. 

Le crash du satellite américain en Alaska

Mais les ratés des USA n'en restent pas là : le start-up spatiale Astra, qui a démarré en Californie, a récemment testé une autre fusée sans charge, mais cette tentative a également échoué. Cette société a lancé une fusée appelée Rocket 3.1 depuis une base de lancement en Alaska en direction d’une orbite.

Ce lanceur satellite a presque réussi dans la première phase de son vol, mais en raison d'un "problème" là encore non identifié,  avec le système de guidage dans la deuxième phase et de la déviation de la trajectoire de vol, le système de sécurité des missiles a désactivé le système de propulsion de la deuxième phase, ce qui a conduit à la chute du satellite. Alors une base satellite au Qatar réussira-t-elle? 

 

Mots clés

commentaires