Sep 23, 2020 17:24 UTC
  • Une révolution de couleur aux États-Unis?

« Nous ne voudrions pas qu’une puissance mondiale de premier plan comme les États-Unis tombe dans une crise profonde après les élections de novembre et connaisse une quelconque instabilité sociale après les cas de violence et de racisme qui sont maintenant observés dans différentes villes et États américains », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Interrogé lors d’une interview accordée à l’agence TASS le 22 septembre sur l’éventualité d’une « révolution de couleur » aux États-Unis si l’une des parties ne reconnaît pas les résultats du scrutin, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a déclaré :

« Ce n’est pas à moi de juger. Il y a une blague qui dit que les États-Unis n’auront jamais de révolution de couleur, car ils n’ont pas d’ambassade américaine [à Washington]. Mais il y a toujours une part de vérité dans la plaisanterie. »

Le ministre russe des Affaires étrangères a ajouté :

« Des hypothèses ont été avancées sur la possibilité que l’une des parties refuse de reconnaître les résultats du scrutin. Vous savez, le président Donald Trump commente le vote par correspondance en accusant directement ceux qui compteraient les votes de vouloir fausser les résultats. Il existe de nombreuses suppositions et spéculations sur les élections de novembre aux États-Unis, mais je ne veux pas les commenter. »

Le chef de la diplomatie russe a souligné que le président Vladimir Poutine et les autres autorités russes avaient annoncé à plusieurs reprises que Moscou travaillerait avec le prochain président des États-Unis, élu en conformité avec la Constitution américaine.

Lavrov a ajouté :

« Soit dit en passant, il y a beaucoup d’interrogations sur la loi électorale aux États-Unis pour savoir pourquoi un candidat qui a gagné la majorité absolue des votes des citoyens américains a finalement perdu les élections. Cela s’est produit plusieurs fois dans l’histoire des États-Unis. Nous savons que c’est à cause des votes du collège électoral qui sont répartis différemment et ne reflètent pas le ratio des votes directs des citoyens. Mais c’est un problème interne des États-Unis. »

« Nous ne voudrions pas qu’une puissance mondiale de premier plan comme les États-Unis tombe dans une crise profonde après les élections de novembre et connaisse une quelconque instabilité sociale après les cas de violence et de racisme qui sont maintenant observés dans différentes villes et États américains », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Les élections présidentielles des États-Unis auront lieu le 3 novembre 2020.

Mots clés

commentaires