Oct 29, 2020 17:30 UTC
  • Fabrique de la Guerre civile, acte II

CA y est, on y est, Israël et ses amis français pourraient s'en réjouir : la fabrique de la guerre civile en France à laquelle a activement participé le président Macron à travers un discours résolument anti-islam a finir par entrer dans la phase la plus dangereuse, celle qui consiste à prouver que l'indignation du monde musulman face à l'offense faite à ses valeurs les plus sacrées, se traduit en "acte terroriste". 

 En l'espace de quelques heures, les scénaristes sionistes ont réussi à cumuler  trois coups :  3 personnes ont été tués dans une étrange attaque à Nice, perpétrés à coup de couteau, donnant toute de suite à penser que l'assaillant, tué pour le reste par les policiers , ne pourrait qu'avoir été un agent bien entrainé.

Puis il y a eu un coup de feu à Avignon laissant un mort tandis qu-à Djeddah, ville saoudienne, le gardien du consulat français  a été attaqué. Ces "incidents" interviennent alors que le président Macron a annoncé un nouveau reconfirment-couvre-feu propre à "museler" une majorité silencieuse de Français qui voient, ahuris, leur pays se diriger droit vers la guerre civile. Le président Jupiter est-il satisfait? A vrai dire, cette entreprise de diabolisation des Musulmans, de déclenchement des violences interconfessionnelles est destinée pars uniquement à la France qui sert là de cobaye à l'Empire mais aussi à toutes les autres régions du monde où Chrétiens et Musulmans coexistent. Au Liban surtout, où l'alliance chrétienne-Musulmane a un poids décisif en termes politiques. Au Haut Karabakh aussi, où la guerre des régions a déjà commencé et même "porté ses fruits": 5000 morts azerbaïdjanais et arméniens, en un mois de guerre! Et dire que le duo Erdogan-Macron continue comme dans le cas libyen à jouer les farouches adversaires alors qu'ils font partie tous deux d'un même et unique projet : répandre la guerre. 

L'agresseur a été blessé et arrêté par les forces de sécurité de la police avant d'être donné pour mort.  Suite à l'incident, le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé sur sa page Twitter qu'il avait présidé une cellule de crise mise en place au ministère de l'Intérieur concernant l'incident. En revanche, la maire de Nice, Christine Strauss, a déclaré dans un message sur sa page Twitter que toutes les preuves indiquaient que l'incident armé était un acte terroriste. Les semaines à venir risque d'être particulièrement sanglantes en France puisque l'axe US/Israël a décidé tour à tour d'allumer la mèche de la guerre au cœur de l'Europe et en tirer les dividendes dont et surtout la suppression de toute voix européennes un tant soit peu différent sur la scène internationale.

Mots clés

commentaires