Nov 26, 2020 15:55 UTC
  • Vietnam-Iran: la surprise anti-US?

Ce jeudi, le porte-parole du ministère chinois des A.E s'en est violemment pris aux Etats-Unis pour avoir sanctionné l'Iran et surtout n'avoir pas tiré leçon des erreurs passé, l'administration US ayant sanctionné mercredi 4 sociétés chinoises et russes pour des liens "présumés" avec le programme balistique iranien. 

Or pour la première et c'est le signe des avancées effectuées depuis l'annonce de la signature de l'accord stratégique Iran-Chine, le porte-parole n'a rien démenti, faisant croire que les sociétés chinoises entretiendraient effectivement des liens avec l'Iran. En effet, cette interaction sino-iranienne en termes militaires ne souffre d'aucun répit et de depuis longtemps. L'accord sino-iranien de 25 ans a ceci de bon qu'il est extensible à toute sphère asiatique. Surtout à ces pays qui ont un passé anti-US... 

Depuis la levée de l'embargo sur le commerce d'armes avecl'Iran,  la presse occidentale ne cesse de spéculer sur l'intention iranienne à compléter sa force aérienne avec des avions de chasse J-10 chinois. Mais cette interaction est à double sens. Selon des sources bien informées, les récentes expériences navales du CGRI intéressent de plus en plus la sphère asiatique. 

En aôut, le CGRI a ciblé lors d'un vaste exercice une réplique de l'USS Nimitz, et ce en quatre étapes : selon des images diffusées par le CGRI, parallèlement à une avalanche de centaines de missiles balistique et de croisière tirée contre le porte-avions US depuis les airs, la côte et la mer, une flopée de roquettes anti-navire avait atteint avec précision  le navire tandis que d'un hélicoptère de type Bell 206 était lancé un missile de croisière anti-navire Nasr-1 (d'une portée de 35 km) lequel a visé le passerelle de commandement de l'USS Nimitz. s'en était suivie une avalanche de tirs consécutive à un aveuglement de système de DCA du navire, bref, une démonstration totalement offensive comme l'avait souligné le commandant en chef du CGRI, succédé par un assaut des unités de plongeurs contre la timonerie et un débarquement héliporté des commandos à bord du faux USS Nimitz. 

Or  le Vietnam, pays emblématique dans la bataille anti impérialisme US, se serait inspiré de cette expérience pour  transformer ses avions de combat Mig-21 en drones kamikazes supersoniques et s'en servir dans le cadre de bataille navale anti-US.

Selon des sources publiques, cette opération impliquerait 35 Mig-21BIS et 15 Mig-21UM en réserve au sein de l’armée de l’air vietnamienne. Le Mig-21 est l’un des meilleurs avions de combat de sa génération en terme de manœuvrabilité et de fiabilité. Les équipes techniques vietnamiennes travaillent sur des systèmes autonomes embarqués capables de gérer le décollage et l’atterrissage d’un drone de la taille d’un chasseur bombardier sans l’aide de télé-opérateurs ou de relais. Destination possible de ces drones de choc : les gros bâtiments de surface de l’US Navy et plus spécifiquement les unités d’un groupe aéronaval US. Le Vietnam n'apprécie guère les politiques "colorées" de Washington, le retour de ses interventionnismes en Asie du Sud-Est.

Mots clés