Feb 26, 2021 18:09 UTC
  • USA: Méga swap Iran-Venezuela!

Le Venezuela et l'Iran ont trouvé un moyen de s'entraider alors que les compagnies maritimes évitent de négocier avec les deux pays producteurs de pétrole de peur de se heurter aux sanctions américaines, a rapporté l’agence de presse russe Russia Today citant Reuters.

Le Venezuela expédie du carburéacteur (kérosène) vers l'Iran dans les mêmes pétroliers que ceux dans lesquels l'Iran livre de l'essence et des pièces de rechange pour les raffineries du Venezuela, a rapporté Reuters mercredi, citant des sources proches du dossier et des documents de la société pétrolière publique vénézuélienne PDVSA.

Le Venezuela, qui a un excès de kérosène dû aux vols ratés dans le pays au cours de l'année écoulée en raison du coronavirus, envoie du carburant d'aviation en Iran, après avoir reçu de l'essence de la République islamique, selon les sources de Reuters.

En effet, l’Iran échange son essence contre du kérosène vénézuélien dans le cadre d’un accord conclu par les compagnies pétrolières nationales des deux pays, selon un rapport.

Téhéran et Caracas ont intensifié leur coopération face à l'intensification des sanctions américaines contre les sociétés d'État Petroleos de Venezuela et la National Iranian Oil Company (NIOC).

Un échange complet du kérosène vénézuélien contre l'essence iranienne a été convenu entre NIOC et PDVSA l'année dernière, suggérant des expéditions à long terme, a rapporté Reuters citant ce qu'il appelait des personnes connaissant le sujet.

L’agence de presse porte un intérêt particulier au commerce du pétrole et du gaz iranien, qui fait l’objet des sanctions américaines les plus draconiennes, utilisant souvent des sources anonymes apparemment liées au gouvernement américain pour rendre compte des expéditions iraniennes dans le but évident de les arrêter.

Cependant, l'Iran n'a jamais essayé de cacher son aide au Venezuela, qui souffre de graves pénuries d'essence en raison des sanctions paralysantes des États-Unis.

La République islamique d’Iran a envoyé des flottilles de pétroliers transportant de l'essence et des matières premières pour le carburant au Venezuela, ainsi que des équipements et des pièces de rechange pour aider le membre de l'OPEP à redémarrer ses raffineries. Lors de ces expéditions de fournitures essentielles, l'Iran a averti les États-Unis de ne pas causer de problèmes à ses pétroliers.

Alors que de nombreuses sociétés pétrolières internationales refusent de transporter du pétrole vénézuélien ou du carburant importé pour le pays par crainte de représailles américaines, les pétroliers iraniens sont intervenus pour mener à bien la tâche en «voyages parfaits» au cours desquels les navires ont voyagé entièrement chargés dans les deux sens.

« Chaque cargaison est tarifée et compensée plus tard. S'il y a des différences de valeur entre les expéditions de swap, elles sont payées via de futures cargaisons », a rapporté Reuters. Selon Reuters, le pétrolier Fortune battant pavillon iranien a chargé 250 000 barils de kérosène vénézuélien début février dans le port oriental de Puerto La Cruz après avoir déchargé environ 300 000 barils d'essence iranienne.

Le Fortune et un autre pétrolier appartenant à l'Iran, le Faxon, qui ont effectué plusieurs voyages du port iranien de Bandar Abbas à Puerto La Cruz entre mai et février, étaient à nouveau pleins à leur départ d'Amérique du Sud.

Des rapports ont indiqué que ce mois-ci, le Venezuela avait commencé à recevoir une cargaison de catalyseurs de l'Iran pour aider son complexe de raffinage du Paraguana à produire du carburant.

Le pont aérien est intervenu après que l'Iran a envoyé plus d'une douzaine de vols vers le Venezuela l'année dernière pour aider à redémarrer la raffinerie de Cardon et atténuer les pénuries d'essence aiguës dans le pays de l'OPEP.

Cardon est la seule des raffineries du Venezuela à produire de l’essence, avec ses unités de reformage de naphta et de craquage catalytique produisant environ 60 000 barils par jour (b / j). La raffinerie Amuay de 645 000 b / j située à proximité, produit du naphta qui servira de matière première aux unités d’essence de Cardon.

Les catalyseurs expédiés d'Iran devraient aider à redémarrer la production d'essence à Amuay, dont le craquage catalytique est hors ligne depuis fin 2019, en prévision de la maintenance prévue à Cardon.

 

Mots clés