Mar 08, 2021 17:23 UTC
  • Venezuela/Iran: le coup

Ce n'est uniquement dans le golfe Persique où il a envoyé hier ses B-52 que Biden cherche la guerre contre la Résistance. Cette Résistance qui déborde désormais les frontières du Moyen-Orient pour toucher le Maghreb, l'Afrique et l'Amérique latine, défie partout l'axe US/Israël.

A peine quelques heures après l'annonce de cette vaste manœuvre militaire des forces armées vénézuéliennes, manœuvre qui emploierait quelques 600 000 effectifs et qui toucherait tous les secteurs puisque le Venezuela n'écarte pas en cette année 2021 une action militaire Yankee, le pantin Guaido, dit chef de l'opposition à qui le secrétaire d'Etat US a passé un coup de file dans l'espoir de lui redonner de la légitimité, a fait sensation lors d'un entretien accordé à Israel Hayoum.

L'intéressé qui se dit déterminé à rétablir les liens avec Israël, "une fois Maduro renversé", ne tirant visiblement pas leçon de la royale déconfiture US/Israël en Bolivie croit savoir que le Venezuela exporte de "l'uranium à l'Iran". Un projet nucléaire irano-vénézuélien en vue? Pourquoi pas si l'info est fiable. Après tout l'année 2020 a vu la naissance d'une Résistance latino-américaine avec en toile de fond un corridor maritime anti sanction, reliant le golfe Persique aux Caraïbes, un secteur pétrolier irano vénézuélien se boostant mutuellemen, des coopérations militaires et mêmes des liens économiques bien florissants. Sauf que Guaido n'est pas l'homme à qui on puisse faire trop de confiance. 

Juan Guaido, qui a ces deux dernières années tenté, à multiples reprises, de renverser le président légal Nicolas Maduro dans l’espoir de garder les pays occidentaux à ses côtés et de trouver de nouveaux soutiens - Israël entre autres -, dit vouloir porter plainte contre la RII, en proférant des accusations infondées.Dans une interview accordée au journal Israel Hayom, Guaido a affirmé que « l'Iran est l'une des principales destinations de la """" contrebande"""d'uranium en provenance du Venezuela, et Maduro a autorisé les Iraniens à [accéder à l’uranium du Venezuela]. » Le mot contrebande cadre évidemment mal avec le contexte puis Maduro est président légitime, réélu en 2020 à une majorité de voix et que lui, le Pantin, il est toujours acculé dans le rôle de chef de l'opposition. Au fait, bien en quête du soutien du lobby sioniste, Guaido va encore plus loin et dit : " plusieurs membres de l'armée vénézuélienne ont été arrêtés en relation avec le dossier". Et puisque le ridicule ne tue pas, il se réfère à des documents publiés par WikiLeaks en 2010 qui " révélaient l'inquiétude des diplomates américains quant au désir de l'Iran d'acheter de l'uranium de la Bolivie et du Venezuela".  Le moment de ce vrai-faux coup de théâtre est bien choisi puisque les Etats-Unis et l'OTAN cherchent par tous les moyens à faire réintégrer l'Iran à la table des négociations nucléaires où seraient aussi évoqués les missiles iraniens. Guaido cherche donc à faire la porte voix d'Israël le temps d'un entretien. Ceci étant l'idée reste en soi attrayante : un uranium que l'Iran s'apprête à enrichir à 60 pourcent et qui serait venu d'un pays allié! 

Guaido a-t-il parlé de sa géniale découverte à Biden, lors du dernier coup de fil du nouveau locataire démocrate de la Maison Blanche? Toujours est-il qu'au Venezuela l'heure est à la préparation au combat. En riposte au récent soutien de Joe Biden à Guaido, Caracas a médiatisé la nouvelle de l’exercice militaire « Le Bouclier bolivarien 2020 ». Dans cet ordre d’idée, le Venezuela a déclaré reprendre les armes et se prépare à faire face à toute frappe éventuelle.

« Le Bouclier bolivarien 2020 » s'est tenu du 4 au 7 mars. De hauts commandants de l'armée vénézuélienne déclarent que l'exercice visait à démontrer « les capacités de défense des militaires vénézuélienne », à l'occasion de la commémoration du souvenir du défunt président Hugo Chavez. L’exercice a mobilisé près de 600 000 effectifs : ce qui devrait donner à réfléchir au duo Austin-Blinken.

Le chef d'état-major du Commandement stratégique opérationnel des Forces armées nationales bolivariennes (FANB), l’amiral Remigio Ceballos, a annoncé que près de six cent mille effectifs participaient à ce grand exercice, visant à renforcer les capacités défensives de l'armée vénézuélienne. 

« Plus de 545 000 soldats sous la forme de forces civiles, militaires et de police à travers le pays s'entraînent pour lutter contre la contrebande, les crimes organisés et assurer la sécurité du pays. Depuis le rapprochement du Venezuela avec la Russie, la Chine et l'Iran, le secteur de défense semble s'être diversifié. Reste que des coopérations "nucléaires" Téhéran-Caracas sont le case absent de ce tableau. 

 

Mots clés