Apr 19, 2021 15:40 UTC

La Russie a répliqué vendredi aux sanctions de Washington annoncées la veille, en expulsant à son tour dix diplomates américains.

La Russie a annoncé vendredi qu’elle allait expulser dix diplomates américains en réponse aux sanctions prises la veille par les États-Unis, ajoutant avoir recommandé à l’ambassadeur américain à Moscou de rentrer à Washington.

« Dix diplomates ont été inclus à la liste qui nous a été remise avec la demande qu’ils quittent les États-Unis. Nous allons répondre à cette mesure de manière réciproque et demanderons à dix diplomates américains en Russie de quitter notre pays », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, au cours d’une conférence de presse.

L’ambassadeur des États-Unis à Moscou, John Sullivan, a été prié de rentrer à Washington pour « des consultations approfondies et sérieuses ».

L’ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoli Antonov, avait quant à lui été rappelé à Moscou dès le 17 mars pour « consultations ».

M. Lavrov a également évoqué une série de mesures de représailles telles que l’interdiction faite aux représentations diplomatiques américaines en Russie d’embaucher des Russes ou des citoyens d’autres pays que les États-Unis et un renforcement des restrictions dans les déplacements des diplomates américains sur le territoire russe. « Autre mesure : nous allons restreindre et mettre fin aux activités des fondations et ONG américaines sur notre territoire, qui, en réalité, s’ingèrent ouvertement dans notre vie politique intérieure », a-t-il expliqué assurant que Moscou avait « la possibilité de prendre des mesures douloureuses pour les entreprises américaines », mais les gardait « en réserve » pour le moment.

Washington a annoncé jeudi une nouvelle vague de sanctions à Moscou, en riposte à une série d’actes qu’il lui impute, dont des cyberattaques massives et des ingérences dans l’élection présidentielle américaine de novembre. De son côté, Moscou dément toute implication.

Fabrice Beaur, expert pour l’ONG EODE et Luc Michel, géopoliticien, s’expriment sur le sujet.

 

Mots clés