Jun 03, 2021 16:17 UTC
  • Chine/Iran: le coup au drone anti US?

Le Pentagone recommande que l’armée américaine utilise des drones chinois malgré l’opposition bipartite et les craintes d’espionnage.

Le secteur de drone US est-il mort? Plus d'un analyste verraient à travers cette décision un ultime aveu d'impuissance pour un US Air Force de qui le chef du CentCom disait qu'elle opérait d'égal à égal" avec les "drones de la Résistance" et que cela n'avait pas de précédent depuis la guerre de Corée. Et puis ce secteur de drone US que la Chine est sur le point de conquérir, il a gravement saigné un certain juin 2019 quand une "simple batterie de missiles antimissiles iranienne Khordad-3  a abattu un RQ-4 Global Hawk dans le ciel du sud de l'Iran! Alors la bataille de drone USA/Iran perdue en terre US au profit de la Chine? visiblement. Après des années d'allégations d'espionnage et de restrictions, le Pentagone a autorisé l'armée à utiliser deux drones de fabrication chinoise. Cette décision a déjà suscité la polémique.

L'épave du drone américain RQ-4A Global Hawk présentée ce jeudi par le CGRI à Téhéran. ©Fars News

Un récent rapport du Pentagone consulté par le site web américain, The Hill n'a trouvé "aucun code malveillant ni aucune intention" dans deux modèles de drones fabriqués par Da Jiang Innovations (DJI), une société chinoise et l'un des principaux fabricants de drones au monde. Le rapport, daté du 6 mai et publié mardi, conclut que les drones de DJI sont "recommandés pour une utilisation par des entités gouvernementales et des forces travaillant avec les services américains".

Près de 80% de tous les drones utilisés aux États-Unis et au Canada sont fabriqués par DJI. Cependant, le gouvernement américain se méfie des appareils depuis plusieurs années. L'armée américaine a cessé de les utiliser en 2017, et deux ans plus tard, le département de la sécurité intérieure a mis en garde les entreprises américaines contre leur utilisation, prétendant qu'elles avaient donné au Parti communiste chinois "un accès sans entrave" aux données des utilisateurs. Le Pentagone a tenu compte de l'avertissement du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis et a immobilisé tous les 500 drones DJI de l'armée l'année dernière, tandis que le ministère du Commerce a ajouté DJI à sa liste noire économique, ainsi que des dizaines d'autres entreprises technologiques chinoises.

L'utilisation de drones chinois est répandue au Moyen-Orient, en particulier dans des pays comme la Jordanie, l'Irak, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Photomontage fourni le 18 juin 2020 par le bureau des Forces armées iraniennes montrant le tir d'un missile du pont d'un navire. ©AFP

Auparavant, l'Associated Press avait rapporté que les pays du Moyen-Orient n'étaient plus intéressés par l'achat de drones américains et que les entreprises chinoises avaient pu prendre un bon contrôle du marché des drones dans la région, qui occupe une place particulière dans les intérêts de sécurité américains.

Cette bataille perdue des drones US devient encore plus intéressante quand on se rappelle que Taïwan a dépensé 600 millions de dollars pour acquérir quatre drones américains spécialisés dans la surveillance maritime il y a de cela quelques mois. La Chine prévient que cet achat sape la paix régionale et qu’il aura des conséquences désastreuses pour les habitants de l’île. Il s'agissait de quatre drones MQ-9B Sea Guardian à Taipei et d’une valeur totale de 600 millions de dollars. Et les drones Sea Guardian seront totalement opérationnels d’ici 2023.

Un pétrolier transportant du pétrole brut importé d'Iran au port de Zhoushan, en Chine, en 2018. ©AP

“Ces appareils augmenteront les capacités de l’île à répondre aux menaces futures en lui fournissant des capacités de renseignement et de surveillance. Mais également de ciblage et de frappe à terre, en mer et sous l’eau”, détaille un communiqué du département américain. Concrètement; ces engins permettront à l’aéronavale taïwanaise de pouvoir surveiller plus efficacement les bateaux militaires et civils dans le détroit de Taïwan".

La Chine pourrait être sûre : rien de trop menaçant de la part de ces drones US!

 

Mots clés