Jun 17, 2021 05:38 UTC
  • Chine : les USA refont le coup de

Les USA crient à la fuite de substance nucléaire en Chine un peu comme ils l'on fait pour l'origine chinoise du coronaviris à cette différence près que la France est aussi en partie impliquée puisqu'il s'agit d'une usine construite par l'EDF qui dans le viseur. Mais qu'en est-il? Le ministère chinois de l'Environnement a déclaré qu'il n'y avait pas de fuite dans sa plus grande centrale nucléaire à Taishan.

Ce mercredi, le ministère chinois de l'Environnement a répondu à la prétention évoquée plus tôt dans la semaine par la chaîne américaine CNN, affirmant qu'il n'y avait eu aucune fuite au sein de la centrale nucléaire de Taishan. Le ministère chinois de l'Environnement a déclaré dans un communiqué que « des allégations similaires et sans fondement concernant l'Administration nationale de la sûreté nucléaire de la Chine ont été faites plus d'une fois ».

Plus tôt, la chaîne de télévision CNN a rapporté que des responsables américains évoquaient de possibles « fuites » dans le circuit primaire du premier réacteur EPR conçu par EDF et mis en service à Taishan, en Chine. " L'une des allégations les plus graves formulées à cet égard est que les responsables de la sécurité chinoise ont augmenté le niveau acceptable de matières radioactives dans la zone autour de la centrale nucléaire de Taishan qui est l’une des centrales nucléaires les plus avancées en Chine pour l'empêcher d’être fermée », a déclaré un correspondant de CNN basé à Pékin.

Le réacteur a été lancé il y a trois ans en tant que premier réacteur nucléaire de troisième génération à Taishan, en Chine. Selon la plupart des experts internationaux cités par les agences de presse, l’incident ne semble guère présenter de risque de contamination radioactive. C’est malgré tout une mauvaise nouvelle de plus pour cette technologie dite de troisième génération développée par EDF et Siemens, conçue pour offrir une puissance et une sûreté améliorées, et désormais concurrencée par l’AP 1000 de l’Américain Westinghouse, le VVER-1200 du Russe Rosatom et le Hualong 1 du Chinois CGN. Toutes les énergies ont des avantages et des inconvénients, regardons-les mais ne réagissons pas à chaud D’autant que Taishan faisait jusqu’ici figure de réussite pour l’EPR d’EDF, alors que l’énergéticien français a accumulé les déboires, retards et énormes surcoûts sur ses trois chantiers européens : en Finlande avec la centrale d’Olkiluoto toujours pas en service alors que sa livraison était prévue pour 2009, au Royaume-Uni avec le troisième bloc de la centrale d’Hinkley Point elle aussi retardée et en partie financée par CGN, et enfin en France avec la centrale de Flamanville ayant elle-aussi accumulé les retards et les surcoûts. En France la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a réagi sur France Inter le 15 juin en déclarant : «Je crois qu’il ne faut pas avoir une réflexion sur notre politique énergétique en réaction à un fait qui se passe.» L’ancienne élue écologiste ralliée à La République en marche en 2017 et auparavant adversaire déclaré du nucléaire a ajouté : «Toutes les énergies ont des avantages et des inconvénients, regardons-les mais ne réagissons pas à chaud.»

 

Mots clés