Jun 18, 2021 16:28 UTC
  • Ukraine/OTAN : la Russie avertit

Selon la chaîne de télévision syrienne Al -khbariya, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a mis en garde contre l'adhésion de l'Ukraine à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), soulignant qu’une telle décision serait une ligne rouge pour la Russie.

Selon Peskov la réunion des présidents de la Russie et des États-Unis à Genève a montré qu'il était impossible pour les deux pays de se mettre d'accord sur les développements en cours en Biélorussie.

« Bien sûr, Moscou avait indiqué dès le début qu'il ne fallait pas trop attendre de cette rencontre », a-t-il également déclaré ajoutant que dans l'ensemble, la rencontre a été positive, selon le président Poutine.

Pour rappel, en novembre 2020, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait annoncé, que l'accord de libre-échange entre son pays et Israël entrerait en vigueur dès le 1er janvier 2021.

Zelensky avait affirmé, dans un tweet, que l'accord frayerait la voie aux deux parties pour hisser leurs relations à un niveau supérieur.

Le dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky faisant le signe des cornes, aussi appelé cornes du diable,
©CNN

Ainsi fin d’avril 2021, alors que les tensions était monté d’un cran dans la région du Donbass, les forces russes ont lancé des exercices militaires d’envergure en Crimée avec la présence du chef de la Défense russe ; un avertissement de la Russie contre les répercussions des actes de l’Ukraine et de l’OTAN.

Sous la supervision directe du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, les forces russes ont lancé, jeudi 22 avril, des exercices militaires d’envergure dans la péninsule de Crimée.

Selon le ministère russe de la Défense, Choïgou a survolé en hélicoptère les zones où des troupes et du matériel militaire étaient déployés, vérifiant ainsi l’état de préparation des forces navales et terrestres.

L’agence de presse Interfax avait déclaré que les exercices auraient impliqué plus de 10 000 soldats et plus de 40 navires de guerre.

Quelques jours avant le déroulement de ces exercices, les Ukrainiens avaient accusé la Russie d’avoir déployé des troupes autour de la frontière commune, affirmant que les séparatistes soutenus par la Russie violaient systématiquement le cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine.

Cette allégation intervenait alors que Kiev avait reçu des centaines de millions de dollars d’aide matérielle américaine, notamment des véhicules blindés, des drones et des missiles antichars tous stockés près de la frontière russe.

Par la voix de son ministre des Affaires étrangères, l’Ukraine était allée jusqu'à appelé l’Union européenne à imposer des sanctions à Moscou et à lui couper l’accès à Swift.

Dans la foulée, le ministère russe des Affaires étrangères avait averti l’Ukraine et l’OTAN de s’abstenir de toute action qui pourrait conduire à un conflit.

La Russie prend des contre-mesures en réponse aux provocations de l'OTAN. ©Sputnik/Archives

 

Mots clés