Jun 24, 2021 19:44 UTC

La tension reste vive dans l’océan Pacifique. Alors que la Chine a envoyé un nombre record de 28 avions de combat vers Taïwan, les navires de guerre britanniques se déplacent vers la mer de chine méridionale.

Le 23 juin, le ministre taïwanais des Affaires étrangères, Joseph Wu, a averti que Taïwan devait se préparer à un conflit militaire avec la Chine.

Selon lui, la menace militaire de la Chine à l’encontre de Taïwan ne fait que s’accroître et l’île « ​​doit se préparer » à un éventuel conflit.

Cet avertissement survient une semaine après le plus grand vol d’avions militaires chinois dans la zone d’identification de défense aérienne autoproclamée de l’île de Taïwan (ADIZ).

Cette opération aérienne a impliqué un nombre record de 28 avions de combat. Aucun d’entre eux n’a violé l’espace aérien souverain taïwanais ni le droit international, mais il a été considéré comme une démonstration de force par l’Armée populaire de libération de la Chine.

Le ministre taïwanais des Affaires étrangères, Joseph Wu, a déclaré : « En tant que décideurs taïwanais, nous ne pouvons prendre aucun risque face à l’éventuelle menace de la Chine et nous devons nous préparer. »

Joseph Wu a été accusé par Pékin en mai d’être un « séparatiste pur et dur » après des propos tenus lors d’une conférence de presse selon lesquels Taïwan se battrait jusqu’au dernier jour s’il était attaqué par la Chine.

« Taiwan doit renoncer à l’indépendance, c’est la condition au maintien des relations pacifiques entre les deux rives du détroit. Joseph Wu a incité, à plusieurs reprises et avec arrogance, à l’indépendance de Taiwan. Conformément à la loi, nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour punir sévèrement les partisans de l’indépendance de Taiwan », a déclaré Zhu Fenglian, porte-parole du bureau chinois pour les affaires de Taïwan.

En réponse, Wu a déclaré qu’il était honoré d’être pris pour cible par les autorités communistes à Pékin. « L’autoritarisme ne peut tolérer la vérité. S’ils continuent à dire qu’ils veulent me poursuivre pour le reste de ma vie, cela ne me préoccupe pas vraiment », a-t-il déclaré.

Le 22 juin, un navire de guerre américain a traversé le détroit de Taïwan. Selon la marine américaine, l’USS Curtis Wilbur, un destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke, a effectué un « transit de routine » à travers la voie navigable stratégique qui sépare Taïwan de la Chine continentale pour la mission de démontrer l’engagement des États-Unis en faveur d’un Indo-Pacifique libre et ouvert.

« L’armée américaine vole, navigue et opère partout où le droit international le permet », a-t-elle déclaré.

Une semaine plus tôt, le 15 juin, au moment de tensions croissantes entre Washington et Pékin, un groupe de porte-avions américains dirigé par l’USS Ronald Reagan est entré en mer de Chine méridionale dans le cadre d’une mission de routine.

La Chine s’oppose fréquemment aux missions militaires américaines en mer de Chine méridionale, affirmant qu’elles ne contribuent pas à promouvoir la paix ou la stabilité. La dernière mission intervient après que la Chine a condamné les pays du G7 pour une déclaration critiquant Pékin sur une série de questions.

La marine américaine a déclaré : « En mer de Chine méridionale, le groupe d’attaque mène des opérations de sécurité maritime, qui comprennent des opérations aériennes avec des aéronefs à voilure fixe et tournante, des exercices de frappe maritime et un entraînement tactique coordonné entre les unités de surface et de vol des Forces navales. Les opérations de porte-avions en mer de Chine méridionale font partie de la présence de routine de la marine américaine dans l’Indo-Pacifique».

Pour soutenir davantage les États-Unis et leur hostilité envers la Chine, un groupe de porte-avions britanniques dirigé par le Queen Elizabeth HMS se dirige vers la mer de Chine méridionale.

Selon les médias britanniques, le porte-avions de 65 000 tonnes avec plus de 30 avions prévoit de visiter la voie navigable asiatique pour des exercices militaires avec la marine américaine et les forces d’autodéfense maritimes japonaises.

 

Mots clés