Jul 10, 2021 18:38 UTC

Le colonel à la retraite de l'US Air Force, Mark Gunzinger, a expliqué pourquoi l'OTAN subira une défaite écrasante dans la guerre avec la Russie et la Chine. Il a écrit à ce sujet dans une chronique pour Defense News.

Selon l'officier, le département américain de la Défense a choisi la mauvaise voie de développement des forces armées. Le Pentagone, guidé par l'expression « la qualité plutôt que la quantité », réduit la taille de l'armée et espère que les nouvelles technologies augmenteront sa capacité de combat. Pendant 30 ans, le département militaire américain « a détruit pour construire ».

Désormais, les États-Unis n'auront pas assez de forces pour repousser une attaque d'un rival égal aux approches lointaines, dissuader une frappe nucléaire et protéger le territoire américain, estime l'expert.

« Pour réussir la guerre avec la Russie et la Chine, le pays aura besoin d'une armée capable de livrer des frappes de précision à grande échelle et de développer une offensive en profondeur dans le territoire ennemi. Tout cela devrait se produire en quelques heures, sinon les rivaux de Washington occuperont rapidement les États baltes et Taïwan », écrit Gunzinger. Seule l'aviation – bombardiers et chasseurs de cinquième génération – peut répondre rapidement à un tel défi mondial, a-t-il noté.

 Le colonel a déclaré que depuis la guerre froide, 66% des bombardiers de l'US Air Force ont été envoyés à la décharge.

« La puissance de notre armée de l'air est maintenant la moitié de celle qui a vaincu l'armée irakienne en 1991 », a-t-il ajouté.

« Les 140 avions B-1, B-2 et B-52 actuels peuvent effectuer 30 sorties d'attaque par jour. Parallèlement, lors de la « Tempête du désert » (l'opération des forces multinationales pour libérer le Koweït et vaincre l'armée irakienne), seuls des bombardiers B-52 étaient envoyés en mission en moyenne 50 fois par jour. Ces forces ne suffisent pas pour une guerre réussie avec les principales armées de la planète, a souligné l'expert. Si la Chine et la Russie frappent simultanément Taïwan et les pays baltes, et que les troupes américaines sont incapables de donner une réponse écrasante immédiate, cela aura un impact dévastateur sur les États-Unis, réduira le pays au niveau de puissance militaire secondaire et détruire l'OTAN », a résumé Gunzinger.

Auparavant, Vladimir Jabarov, vice-président de la commission des Affaires étrangères du Sénat russe, avait déclaré que les relations de la Russie avec l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) étaient très mauvaises, mais qu'elles n’étaient pas encore au bord de la crise.

Selon le sénateur russe, les généraux des États membres de l'OTAN maintiennent délibérément leurs relations avec la Russie dans un état critique afin de leur permettre de déployer davantage de troupes et d'équipements militaires pour développer les capacités de défense de l’Alliance atlantique.

En allusion aux propos du président russe Vladimir Poutine, Jabarov a déclaré que la Russie n'avait l'intention d'attaquer aucun pays, mais qu’elle ne permettrait pas qu'un seul morceau de son territoire soit attaqué par qui que ce soit.

 

Mots clés