Jul 15, 2021 14:57 UTC

Au sommaire : 1-L’Iran à l’OSC ? la Russie est pour La délégation russe exhorte à soutenir la candidature de l’Iran à l’adhésion à l’OCS

Moscou appelle à approuver la candidature de Téhéran à l’adhésion à l’Organisation de coopération de Shanghai, notant que le développement de l’alliance est directement lié à ses perspectives d’expansion, a déclaré le chef de la délégation russe mercredi lors d’une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OCS à Douchanbé, la capitale du Tadjikistan.

Selon des sources de la délégation russe, la Russie estime que le processus d’expansion de l’OCS devrait être progressif et assurer un équilibre entre les États membres, les observateurs et les partenaires de dialogue.

« Nous sommes convaincus qu’il est grand temps d’appuyer la candidature de l’Iran à l’organisation, qui est sur la table depuis 2008 », ont déclaré les sources, notant que l’Afghanistan n’était pas considéré comme candidat à ce stade.

Un critère clé dans cette question, selon la Russie, est « la réelle volonté du demandeur d’adhésion à l’OCS d’apporter sa pierre à l’édifice de façon efficace afin de travailler à l’amélioration de l’Organisme et au renforcement de son autorité à l’échelle internationale en conformité avec les processus qui se déroulent sur le continent eurasien.

La déclaration sur la création de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) a été signée à Shanghai en juin 2001 par la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. En 2017, l’Inde et le Pakistan sont devenus membres à part entière de l’OCS. Quatre pays (Afghanistan, Biélorussie, Iran et Mongolie) bénéficient du statut d’observateur.

Six autres pays sont des partenaires du dialogue de l’OCS : l’Azerbaïdjan, l’Arménie, le Cambodge, le Népal, la Turquie et le Sri Lanka.

Source : IRNA

2-Iran-Chine-Russie : le "danger" afghan ?

Le partenariat stratégique Iran-Chine, récemment solidifié, pourrait finalement conduire à une intégration plus étroite, avec un CECP étendu à l’Afghanistan. Les talibans en sont parfaitement conscients. Dans le cadre de leur offensive diplomatique actuelle, ils se sont rendus à Téhéran et ont fait entendre tous les bons bruits en faveur d’une solution politique.

Leur déclaration commune avec le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif privilégie les négociations avec Kaboul.

Les talibans s’engagent à ne pas attaquer les civils, les écoles, les mosquées, les hôpitaux et les ONG.

Téhéran, observateur à l’OCS et en passe de devenir membre à part entière, discute activement avec tous les acteurs afghans. Pas moins de quatre délégations étaient en visite la semaine dernière. Le chef de l’équipe de Kaboul était l’ancien vice-président afghan Yunus Qanooni (un ancien chef de guerre, lui aussi), tandis que les talibans étaient conduits par Sher Mohammad Abbas Stanikzai, qui commande leur bureau politique à Doha. Tout cela implique des affaires sérieuses.

La question, pour Téhéran, tourne autour du cadre idéal pour les négociations. L’OCS semble être la solution. Cela fait maintenant plus de deux ans que l’Iran ne participe plus au mécanisme de Doha, qui avance à pas de tortue.

Le directeur général du bureau de l’Asie occidentale au Ministère iranien des Affaires étrangères, Rasoul Mousavi, va droit au but : ‘Les talibans cèdent’ au peuple afghan. ‘Ils ne sont pas séparés de la société traditionnelle afghane, et ils en ont toujours fait partie. De plus, ils ont une puissance militaire’.

Sur le terrain, dans l’ouest de l’Afghanistan, à Herat – reliée par un couloir autoroutier très fréquenté à travers la frontière à Machhad –les talibans contrôlent désormais la majeure partie de la province d’Herat, à l’exception de deux districts.

Dans une situation qui évolue rapidement, les talibans contrôlent désormais au moins la moitié des 400 districts afghans et en ‘contestent’ des dizaines d’autres. Ils contrôlent certaines autoroutes clés (vous ne pouvez pas aller sur la route de Kaboul à Kandahar, par exemple, et éviter les postes de contrôle talibans). Ils ne tiennent encore aucune grande ville. Au moins 15 des 34 capitales régionales – dont la stratégique Mazar-i-Sharif – sont encerclées.

Les médias afghans, toujours très animés, ont commencé à poser des questions difficiles. Par exemple : Daesh n’existait pas en Irak avant l’invasion et l’occupation américaines de 2003.

Alors comment se fait-il que Saech de la province de Khorasan ait émergé juste sous le nez de l’OTAN ?

Au sein de l’OCS, il y a de fortes présomptions que le programme de l’État profond américain consiste à alimenter les flammes d’une guerre civile imminente en Afghanistan, puis à l’étendre aux ‘stans’ d’Asie centrale, avec des commandos terroristes louches mélangés à des Ouïgours qui déstabilisent également le Xinjiang.

Dans ce cas, le retrait sans retrait – avec tous ces 18 000 contractants/mercenaires du Pentagone restants, plus les forces spéciales et les opérations noires de la CIA – serait une couverture, permettant à Washington une nouvelle tournure narrative : le gouvernement de Kaboul nous a invités à combattre une résurgence ‘terroriste’ et à empêcher une spirale vers la guerre civile.

La fin de partie prolongée ressemblerait à une guerre hybride gagnant-gagnant pour l’État profond et son bras de l’OTAN.

Eh bien, pas si vite. Les talibans ont mis en garde tous les ‘stans’ en termes très clairs contre l’accueil de bases militaires américaines.

Et même Hamid Karzai a fait savoir qu’il en avait assez de l’ingérence américaine. Tous ces scénarios seront discutés en détail ce mercredi à Douchanbé. Sans oublier la partie la plus prometteuse : l’intégration future – désormais très probable – de l’Afghanistan dans les Nouvelles Routes de la Soie.

Retour aux fondamentaux : L’Afghanistan revient, en beauté, au cœur du Nouveau Grand Jeu du XXIe siècle.

Source : reseauinternational.net

3-Manifestations contre les nouvelles restrictions sanitaires : tensions à Paris

Près d’un millier de personnes, dont des soignants et des Gilets jaunes, se sont rassemblées dans plusieurs endroits de Paris pour exprimer leur désaccord avec la vaccination obligatoire annoncée par Emmanuel Macron. La police a fait usage de gaz lacrymogène, notamment après des tensions entre pro- et anti-vaccins.

Une manifestation contre les nouvelles restrictions concernant les non-vaccinés annoncées par Emmanuel Macron le 12 juillet se tient ce mercredi dans la capitale française.

Des soignants, des aides à domicile, des enseignants et des Gilets jaunes participent à cette action de protestation, selon les médias.

Deux lieux de rassemblement ont été indiqués dans les appels à la manifestation : place de la République et place de Clichy.

Le premier cortège parti en début d’après-midi depuis la place de la République et réunissant plusieurs centaines de personnes a remonté le boulevard Saint-Martin avant d’être bloqué par la police.

La place de la République a aussi accueilli un rassemblement spontané de pro-vaccins vers 15 h. Des tensions ont eu lieu.

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants, indique un correspondant de Sputnik sur place.

Les Gilets jaunes se sont rassemblés vers 15 h place de Clichy. À la différence de celle de la place de la République, elle a été déclarée en préfecture, précise BFM TV. Selon la chaîne, le cortège devrait se rendre sur la place de la République vers 18 h. D’ailleurs, le parcours déclaré n’a pas été respecté, a indiqué la police.

De nombreux manifestants venus de la place de Clichy ont plus tard rejoint le cortège des Gilets jaunes, relate notre correspondant.

Des manifestations contre le pass sanitaire se tiennent aussi dans d’autres villes de France dont Marseille, Lyon, Perpignan ou Annecy.

Emmanuel Macron a annoncé le 12 juillet l’extension massive du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour les soignants et d’autres professions sous peine de sanction. Ces restrictions sont appelées à lutter contre la propagation du variant Delta du coronavirus en France.

Depuis ces annonces, les réactions critiques se multiplient dans le camp de l’opposition, laquelle ne mâche pas ses mots et parle d’‘apartheid’, d’‘atteinte à des libertés fondamentales’ et de ‘discrimination sociale’.

Le gouvernement propose de prolonger jusqu’au 31 décembre le régime d’état d’urgence sanitaire en France. Le projet de loi en question sera examiné en Conseil des ministres le 19 juillet et déposé dans la semaine au parlement.

source : Sputnik

4-Le non de Khartoum à la Russie

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a démenti la reprise de la construction d’une base militaire russe dans le pays

Le Soudan a déclaré qu’il n’autorisait pas l’armée russe à reprendre la construction de sa base militaire dans le pays.

Malgré l’information selon laquelle les parties russe et soudanaise avaient ratifié l’accord sur la construction d’une base militaire russe sur le territoire de l’État africain, nous sommes informés qu’en fait, le Soudan n’a pas encore pris une telle décision.

Comme il ressort des informations fournies par la ministre soudanaise des Affaires étrangères Mariam al-Mahdi, les législateurs n’ont pas encore envisagé une telle décision, cependant, jusqu’à présent, aucune décision positive n’a été prise pour Moscou.

‘La partie soudanaise n’a fait aucune annonce, mais la Russie a déclaré avoir signé un accord de 25 ans avec le Soudan en décembre pour construire un ‘point de soutien logistique’ pour la marine russe au Soudan.

Un haut responsable militaire soudanais a déclaré le mois dernier que le pays révisait le document après que certains articles eurent été jugés ‘quelque peu nuisibles’.

Lors d’une conférence de presse avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Moscou, il a été annoncé que le législateur étudierait l’accord.

Nous avons maintenant un gouvernement responsable devant le nouveau mécanisme législatif. La législature soudanaise discutera et examinera ce document. Les législateurs évalueront si l’accord est bénéfique pour le Soudan lui-même et pour les objectifs stratégiques poursuivis par la Russie et le Soudan’, a ajouté le ministre des Affaires étrangères. - rapporte la publication RFI.

Jusqu’à présent, les experts ne s’engagent pas à prédire l’issue de l’accord conclu précédemment, cependant, les doutes qui sont apparus avec les autorités soudanaises à ce sujet font craindre un certain nombre de craintes que la décision ne soit modifiée, voire annulée.

Source : avia-pro.net

5-HMS Defender de Sa Majesté, frappé

5-HMS Défenseur de Sa Majesté, frappé

Le porte-avions transocéanique britannique HMS Défenseur est menacé.

La poursuite de la mission du porte-avions britannique Queen Elizabeth et du groupe de frappe du porte-avions est menacée, car une centaine de cas confirmés de coronavirus ont été détectés à bord du porte-avions au cours des dernières 48 heures.

Cette forte augmentation des cas d’infection peut affecter jusqu’à 50 % de l’équipage du porte-avions d’ici la fin de la semaine, malgré les déclarations du ministère britannique de la Défense selon lesquelles la situation est déjà sous contrôle.

La BBC a rapporté qu’il y avait environ 100 cas d’infection signalés sur le porte-avions.

Plusieurs autres navires de la flotte regroupés autour du HMS Defender ont également souffert.

Le secrétaire à la Défense Ben Wallace a déclaré que tout l’équipage du déploiement avait reçu deux doses du vaccin Covid-19 et que l’épidémie était sous contrôle.

Le porte-avions HMS Queen Elizabeth a effectué environ un quart de la route au cours de sa mission de 28 semaines, à la tête du Aircraft Carrier Strike Group (AUG).

Maintenant, il est entré dans l’océan Indien. La Royal Navy a déclaré qu’elle devrait poursuivre son voyage vers le Japon plus tard cette année. », dit la BBC.

En l’absence de précautions appropriées, non seulement la situation risque de s’aggraver de jour en jour à bord des navires britanniques, mais aussi on s’attend à une augmentation du nombre des premières victimes, notent les experts.

Soit dit en passant, à ce jour, le Royaume-Uni n’a pas été en mesure de contrôler l’infection largement répandue. Et ce malgré l’adoption de restrictions sévères pour contrôler la propagation du virus mortel

Source : Avia.pro

Mots clés