Oct 17, 2021 18:52 UTC

Dans un meeting organisé par le parti chiite dans le village de Zrariyé au Liban-Sud, Mohammad Raad est revenu longuement sur les violences qui se sont produites en marge d’une manifestation organisée par le Hezbollah et le mouvement Amal devant le Palais de Justice pour réclamer le départ du juge Tarek Bitar, chargé de l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth.

Le chef de la fraction parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, a affirmé que son parti était déterminé à ne pas se laisser entraîner dans une guerre civile.

Le Liban laissera-t-il les Occidentaux atteindre leurs objectifs ? Ghada Houbballah, géopoliticienne à l’Université islamique du Liban nous répond. 

 

Mots clés